Plus de 60 artistes s'unissent pour défendre leurs droits devant l'essor du numérique

Thom Yorke, le chanteur de la formation britannique Radiohead. En octobre 2007, Radiohead a lancé son dernier album In Rainbows en téléchargement sur Internet.
Photo: Agence Reuters Thom Yorke, le chanteur de la formation britannique Radiohead. En octobre 2007, Radiohead a lancé son dernier album In Rainbows en téléchargement sur Internet.

Londres — Radiohead, Robbie Williams, Kaiser chiefs ou Iron Maiden sont quelques-uns des 60 musiciens ou groupes britanniques qui viennent de créer une organisation pour protéger leurs intérêts par rapport aux maisons de disques, notamment dans le cadre du développement numérique.

Ce groupement, baptisé Featured artists' coalition (FAC), a expliqué samedi dans un communiqué qu'il avait vocation à protéger les droits des chanteurs et musiciens en leur «donnant la voix dont ils ont besoin pour obtenir un plus grand contrôle sur leur musique».

«Il est temps pour les artistes d'avoir une puissante voix collective pour défendre leurs intérêts. Le paysage numérique évolue rapidement et de nouveaux accords sont conclus en permanence, mais trop souvent sans consulter les gens qui en fait font la musique», a relevé Brian Message, l'un des managers de Radiohead et Kate Nash.

Selon lui, la FAC «aidera tous les artistes, jeunes et vieux, connus ou non, à apporter les changements qui auraient dû intervenir depuis longtemps au sein de l'industrie dans leur intérêt et celui des fans».

Plus de 60 artistes ont déjà signé la charte, qui devait être officiellement lancée hier à Manchester (nord-ouest de l'Angleterre).

La FAC aura pour mission d'obtenir que les artistes conservent la propriété des droits de leur musique qui seraient loués ensuite à une maison de disques.

Elle demandera que les industriels indiquent aux artistes comment, où et pourquoi leur musique est utilisée, et qu'ils leur reversent une part plus importante des profits.

Les signataires estiment qu'avec l'explosion du numérique, leurs chansons peuvent être exploitées de multiples nouvelles façons et qu'ils sont souvent oubliés dans les accords commerciaux.

Plusieurs groupes ont récemment utilisé Internet, sans passer par une maison de disques. En octobre 2007, Radiohead a lancé son dernier album In Rainbows en téléchargement sur Internet.

Cette semaine, Oasis a diffusé en exclusivité son dernier opus Dig out Your Soul sur le site de socialisation MySpace, plusieurs jours avant sa sortie dans le commerce. Les fans pouvaient écouter, mais pas télécharger.