Entretien avec la ministre Christine St-Pierre - Un sixième studio du Québec ouvrira au Japon en juin 2009

Le gouvernement québécois ouvrira en juin 2009 un studio du Québec à Tokyo, que les artistes pourront utiliser en résidence pendant six mois.

En visite au Japon pour la semaine, la ministre de la Culture Christine St-Pierre en a fait l'annonce hier. Rappelons qu'en juin dernier, Québec avait indiqué son intention d'ouvrir un studio similaire à Londres en janvier prochain.

Avec Londres et Tokyo, le gouvernement québécois possède maintenant six studios pour les artistes, après les studios de New York, de Paris, de Berlin et de Rome, qui sont en place depuis longtemps.

L'annonce de la ministre québécoise contraste, bien sûr, avec l'attitude récente du gouvernement fédéral, qui a remis en question des programmes de soutien aux artistes en tournée à l'étranger.

«J'ai eu l'occasion d'exprimer mon désaccord envers ces compressions, indique la ministre. Notre gouvernement considère que ces studios à l'étranger sont d'excellents investissements, et qu'investir dans les artistes est créateur d'emplois. Ce n'est pas du gaspillage d'argent. Les artistes vont s'y ressourcer et créer, ils ont besoin d'aller à l'étranger, ne serait-ce que parce que notre marché est très petit.»

Un tel studio nécessite un budget d'environ 5000 $ par mois, indique-t-elle. Les artistes qui posent leur candidature pour l'occuper doivent être établis depuis dix ans dans leur discipline. En occupant le studio pour six mois, ils reçoivent également une bourse de subsistance de 15 000 $. Ce programme est à frais partagés entre le ministère de la Culture et celui des Affaires intergouvernementales.

Québec songeait depuis longtemps à se doter d'un tel studio en Asie, et c'est le Japon qui a été choisi. «Les artistes qui viennent au Japon fonctionnent très bien», ajoute la ministre St-Pierre, qui cite en exemple Robert Lepage, Marie Chouinard et La La la Human Steps.

Festivals de cinéma et de manga

En plus d'assister au nouveau spectacle du Cirque du Soleil, Zed, la ministre a eu l'occasion cette semaine de discuter de plusieurs projets avec des représentants gouvernementaux japonais.

Ainsi, a-t-elle indiqué hier au cours d'un entretien téléphonique accordé au Devoir, Tokyo organisera probablement un festival de cinéma québécois l'automne prochain, et la Bibliothèque nationale du Québec travaille à un projet de grande exposition sur le manga. Christine St-Pierre a d'ailleurs visité le musée du manga, à Kyoto.

La ministre a également rencontré des responsables de programmes patrimoniaux, parce que Québec est en train de revoir ses politiques en matière de patrimoine. Christine St-Pierre veut introduire dans les programmes la notion de «patrimoine immatériel», qui est bien connue au Japon et qui consisterait à protéger des «us et coutumes et des savoir-faire», dit-elle, par exemple les langues autochtones.