Festival international de littérature - Aimé Césaire et les nègres blancs et noirs d'Amérique

Aimé Césaire
Photo: Agence Reuters Aimé Césaire

On l'a dit père de la négritude, mais il a enfanté plusieurs mouvements de revendication partout dans le monde. C'est particulièrement vrai au Québec, où les «nègres blancs d'Amérique», ainsi nommés par Pierre Vallières, se sont reconnus dans son oeuvre. Aussi Rodney Saint-Éloi a-t-il baptisé le cabaret Césaire, qui rendra hommage au grand poète martiniquais Aimé Césaire, disparu le 17 avril dernier: hommage d'Haïti et du Québec au poète Aimé Césaire, dans le cadre du Festival international de littérature.

Poète mais aussi homme politique, puisqu'il a été député et maire de Fort-de-France durant des décennies, Aimé Césaire a eu ses ambiguïtés. Poète de la rébellion, il a aussi signé l'assimilation, relève Rodney Saint-Éloi. C'est ainsi que les Martiniquais deviennent voisins des Québécois: ils sont mus par un désir d'indépendance et se trouvent, au même moment, dans l'impossibilité de la faire.

Il y a ambiguïté et paradoxe chez Césaire, dit Rodney Saint-Éloi. Et ce paradoxe lui est «fondamental», alors que son «imaginaire a nettement dépassé la réalité».

«Il porte l'espoir et la dignité volée de tous les nègres du monde, avec une certaine exaltation», note-t-il.

Pour Rodney Saint-Éloi, Aimé Césaire est un héros tragique, qui s'est notamment beaucoup intéressé à Haïti, premier pays d'esclaves libres, mais aussi pays qui semble condamné à la misère et aux déchirements. Haïti, ajoute Saint-Éloi, donne en effet à penser que la liberté pour les anciens esclaves se paye par l'enlisement. Certains héritiers de Césaire trouveront par ailleurs que le grand poète ne va pas assez loin dans sa défense de la créolité.

Tout éloigné qu'il soit de la Martinique, le Québec a été un terreau particulièrement fertile pour les idées contenues dans l'oeuvre de Césaire, diffusée notamment, à l'époque, par Gaston Miron.

«Il nommait cette conscience de dominé et a trouvé ici un territoire fécond», dit Saint-Éloi. Paul Chamberland, qui a rencontré Césaire, lui a notamment dédié un poème intitulé «Méridien de la colère».

Le cabaret Césaire mettra en scène essentiellement des extraits du Cahier d'un retour au pays natal, qui seront lus par Frantz Benjamin, Mireille Métellus, Pascale Montreuil et Michel Vézina, mais présentera aussi des extraits de films relevant l'influence de Césaire au Québec. C'est une heure et demie de spectacle au cours duquel on souhaite donner au public l'impression d'être dans un volcan.

On veut exploiter le côté «ésotérique» de l'oeuvre, mentionne Saint-Éloi. «On est dans ce que j'appelle la complexité cosmique. [...] Quand je nomme les plantes, c'est un monde enchanté que je fais surgir.»

Cet hommage à Aimé Césaire sera accompagné, dans le cadre du Festival international de littérature, de la projection de quatre films qui lui sont dédiés. Le festival accueillera également Christiane Yandé Diop, directrice des Éditions Présence africaine, et veuve d'Alioune Diop, fondateur de la publication et ami proche de Césaire. Mme Diop participera à un échange le samedi 27 septembre à 13h, dans l'auditorium de la Grande Bibliothèque, à Montréal.

À voir en vidéo