Nuit blanche à Paris: cinq gares, des églises et deux tours parisiennes

Paris — Les usagers des gares parisiennes seront aux premières loges de la septième Nuit blanche, qui se déroulera dès 19 heures le samedi 4 octobre jusqu'aux premières lueurs de l'aube le lendemain.

«Cette nouvelle édition se veut la fête du beau, de l'art contemporain exigeant mais accessible à tous», a annoncé hier le maire de Paris, Bertrand Delanoë, depuis l'hôtel de ville.

L'édile parisien a aussi promis «un rapport à la ville encore jamais expérimenté», qui, en plus de cinq grandes gares, en partenariat avec la SNCF, mettra en vedette plusieurs églises et deux tours emblématiques de la capitale: la Tour Montparnasse et la Tour Saint-Jacques, fraîchement restaurée.

Les cinq épicentres de Nuit blanche seront ainsi: la gare du Nord et la gare de l'Est, la gare de Lyon et la gare de Bercy, la gare Montparnasse et la Tour Montparnasse-Saint-Germain-des-Prés, la gare Saint-Lazare-Champs-Elysées et la Tour Saint-Jacques-quartier du Marais.

«Nuit blanche, c'est le contraire du succès assuré, c'est tout sauf la facilité», a soutenu Christophe Girard, adjoint au maire en charge de la culture, à l'origine du concept en 2002.

«Nous tenterons de prouver en 2008 que ce sont bien les artistes qui écrivent le monde de demain», a-t-il insisté, donnant pour exemple le cinéaste indien Shaad Ali, qui tournera un vrai film «bollywoodien» toute la nuit à la gare de Lyon.

Les deux directeurs artistiques, Hervé Chandès, directeur général de la Fondation Cartier pour l'art contemporain, et Ronald Chammah, distributeur et restaurateur de films anciens, mettront aussi à l'honneur le cinéma, notamment à travers de nombreuses projections géantes où se mêleront cinéma, musique et art contemporain.

La Comédie-Française, se fera, elle, le théâtre des arts martiaux sur une scène éphémère ajoutée à l'édifice, grâce au réalisateur hong-kongais Johnnie To.

Autre temps fort, la présence de Patti Smith, accompagnée de sa fille Jesse et de son fils Jackson, pour «un concert poétique» tout au long de la nuit en l'église Saint-Germain-des-Prés.

Au même moment, d'autres «Nuits blanches» se dérouleront en Seine-et-Marne, Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine, Val-d'Oise, Val-de-Marne et dans les Yvelines. En province, Nuit blanche se déclinera à Amiens, Metz, Mayenne et dans le fidèle village de Brison-Saint-Innocent, en Savoie.

Avec plus d'un million de visiteurs à Paris depuis plusieurs années, de nombreuses villes ou capitales ont adopté le concept — déposé — de Nuit blanche en 2008. Elles se sont déjà déroulées à Montréal, Chicago et Santa Monica.

Toronto connaîtra la sienne le 4 octobre, les villes de Gaza, Bethléem, Ramallah, Naplouse et Jérusalem-Est le 9 octobre, Miami fermant la marche le 1er novembre.

À voir en vidéo