Des dépenses gouvernementales de 5,9 milliards - La culture retrouve la cote

La reprise se confirme. Pour une deuxième année consécutive, les statistiques viennent confirmer la hausse des dépenses consacrées à la culture au pays. En 1999-2000, selon les données diffusées hier par Statistique Canada, les trois ordres de gouvernement ont dépensé 5,9 milliards dans le vaste champ de la culture, qui inclut les bibliothèques et les musées jusqu'aux parcs naturels et à la radiodiffusion.

Les dépenses ont progressé de 1,5 % par rapport à 1998-1999. En fait, le total combiné des dépenses des trois échelons de gouvernement est revenu à peu près au niveau observé lors de l'exercice de 1993-1994, période où les premières diminutions importantes de dépenses ont été enregistrées.


On demeure cependant loin des années de vaches grasses. En dollars constants de 1999, le pays consacrait 6,5 milliards à la culture en 1990-1991.


Les dépenses des municipalités ont le plus progressé, avec une hausse de 6,7 %, pour atteindre 1,5 milliard en 1999, en hausse de 6,7 %. Les provinces et les territoires (sauf le Nunavut) ont augmenté leurs budgets culturels de 2,9 % en moyenne pour atteindre environ 1,9 milliard de dollars. Les dépenses fédérales sont demeurées pour ainsi dire inchangées, à hauteur de 2,8 milliards.


Le Québec demeure la province la plus choyée du point de vue des dépenses publiques au chapitre de la culture, par habitant. Le fédéral y dépense le plus (123 $ per capita, alors que la moyenne canadienne est de 92 $) et le gouvernement provincial figure en tête des plus généreux du pays (89 $ par rapport à 44 $ en Ontario et une moyenne pancanadienne de 63 $). Par contre les municipalités québécoises dépensent moins que les autres (33 $ par rapport à 47 $ en moyenne).