La fin du Polaroid

Depuis soixante ans, le Polaroid fait partie de la vie de la plupart des familles. L'odeur, la chaleur des couleurs et le cadre blanc très particuliers des photos instantanées que produit l'appareil Polaroid les rendent reconnaissables entre toutes. Sans compter qu'elles sont par définition uniques. Mais les années Polaroid sont terminées: la société américaine a annoncé le mois dernier qu'elle arrête la commercialisation de ses films, deux ans après avoir mis un terme à sa production d'appareils. Au moins 450 personnes perdent leur emploi et des milliers d'amateurs se retrouvent orphelins. Le numérique a finalement eu raison aussi du génial procédé chimique instantané de Polaroid.

Chez les marchands d'appareils photo, les films Polaroid s'envolent à toute vitesse depuis cette annonce. Certains amateurs espèrent que le film Polaroid pourrait connaître une seconde vie si la compagnie de Concord au Massachusetts conclut une entente avec un sous-traitant asiatique. Mais pour l'instant, Polaroid fermera bel et bien ses fabriques au Massachusetts, au Mexique et aux Pays-Bas. Des films Polaroid resteront disponibles chez les marchands jusqu'en 2009 au plus tard.

Dans l'incertitude, les amateurs s'arrachent donc les boîtes de pellicule encore sur les tablettes des marchands afin de constituer des réserves. Une photo Polaroid peut coûter désormais au minimum 2 $ pièce, si on s'en remet aux principaux sites Internet qui en assurent la commercialisation.

Le site consacré à certains objets-cultes, unsaleable.com, avoue d'entrée de jeu être débordé par les commandes de Polaroid depuis l'annonce de cet arrêt de commercialisation. Le site affirme être tout simplement incapable de suffire à la demande.

Jean Bardaji, propriétaire des boutiques Camtec Photo à Montréal, confirme que les ventes ont soudain gonflé. «J'ai beaucoup de demande maintenant!, explique-t-il. Tout le monde achète pour stocker. L'annonce a certainement créé une nouvelle demande. Le film le plus populaire, le 600 pour les appareils moyen format, se vend entre 20 et 30 $ la boîte de 10 poses.»

Culte

Fondée en 1937 par Edwin Land (1909-1991), la société Polaroid était déjà connue dans l'entre-deux guerres pour avoir développé des filtres polarisants destinés à divers usages, depuis les lunettes de soleil des militaires jusqu'à des applications scientifiques.

Land a abandonné ses études à Harvard pour breveter ses inventions et les commercialiser. Sa grande réussite demeure le film à développement instantané. Dès son apparition, en 1948, l'appareil Polaroid s'impose comme un objet culte de l'Amérique.

C'est à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, à la suite d'une promenade avec sa fille qui lui demandait pourquoi on ne pouvait pas voir les photos tout de suite, qu'Edwin Land imagine un procédé qui permet à la pellicule d'être vue immédiatement sur un tirage positif. L'idée n'était pas nouvelle: en Hongrie aussi, on avait déjà imaginé un procédé semblable. Mais c'est le commerce florissant de Land aux États-Unis qui fit en sorte de faire connaître partout le procédé.

Après trois ans d'essais, le premier appareil Polaroid, le Model 95, voit le jour en 1947. L'année suivante, le premier Polaroid est mis en vente à Boston et connaît un très vif succès.

Dès 1950, Polaroid avait vendu plus d'un million de films à travers un réseau d'une cinquantaine de marchands. Le succès sera bientôt planétaire, même si Polaroid n'hésite pas à devenir la seconde compagnie internationale à cesser ses activités en Afrique du Sud pour protester contre sa politique ségrégationniste.

Le système Polaroid a connu plusieurs améliorations avec le temps. La compagnie est d'ailleurs l'une de celles qui détient le plus de brevets aux États-Unis. Au début des années 1970, les techniciens de l'entreprise développent pour la première fois un appareil de poche doté d'un système de miroirs semblable à celui des appareils reflex haut de gamme, le SX-70. Désormais, la photo apparaît en quelques secondes à peine, et même les professionnels l'utilisent avec bonheur.

Des applications nombreuses

Le Polaroid a vite été associé aux photos de familles prises sans formalité, dans le plaisir partagé de l'instant. L'appareil permettait aussi de prendre des photos couleur libertines sans craindre de se voir épinglé par l'oeil d'un éventuel censeur moral oeuvrant dans un laboratoire.

On ignore assez souvent que le Polaroid était aussi utilisé par les grands photographes pour s'assurer d'obtenir les meilleurs résultats possibles avec leur équipement normal. Ainsi, nombre de photographes de mode commençaient leur séance en prenant quelques photos Polaroïd pour mieux juger de l'effet d'un éclairage ou d'un décor particulier.

Ces dernières années, le Polaroid a été largement utilisé dans le milieu de la photographie d'art. Des photographes célèbres l'ont utilisé, comme Walker Evans et André Kertész, pour produire tout un versant de leur oeuvre.

Les photographes contemporains apprécient non seulement le rendu particulier de cette pellicule, mais aussi la possibilité qu'elle offre de briser les repères traditionnels entre photo d'amateur et photo d'artiste. Mieux, le Polaroid assure du caractère unique d'une oeuvre par son procédé même.

Les films Polaroid permettent en outre plusieurs applications scientifiques. On l'utilise notamment sur le terrain pour prendre des photos de rayons X lors d'expéditions archéologiques. Il sert aussi en micrographie et en oscillographie, entre autres choses. En médecine, dans des hôpitaux, il est toujours utilisé, même si son usage a souvent cédé la place à de nouveaux procédés informatiques. Dans les pays moins nantis, il demeure très utilisé.

Toutefois, la popularité du Polaroid tient encore surtout aux photographes amateurs qui vouent un quasi-culte à ce procédé populaire. Parmi d'autres sites Internet spécialisés, polanoid.net regroupe des milliers de photographes convaincus du caractère proprement magique des photos réalisées avec ce procédé. Les polaroidistes y ont consigné à ce jour plus de 130 000 images! Nombre de livres ont été réalisés à partir de cette unique source d'images prises au Polaroid.

Un pan de l'histoire

Au début des années 1970, le Polaroid est devenu l'appareil le plus vendu en Amérique du Nord. Son statut s'est maintenu jusqu'en 1991. Mais en 2001, la compagnie Polaroid avait déjà évité de justesse l'effondrement complet. Son rachat, quatre ans plus tard, l'a fait s'orienter depuis du côté de la commercialisation de produits électroniques divers.

À peu près au même moment où la société Polaroid annonçait, il y a quelques semaines, la fin de sa production de films, elle lançait la mise en chantier d'une mini-imprimante sans encre, baptisée Zink. Cette imprimante thermique, de la taille d'un jeu de carte, doit pouvoir imprimer instantanément des photos à partir de petits appareils numériques ou de téléphone portables. Un pan de l'histoire de la photographie se ferme tandis qu'un autre s'ouvre.

À voir en vidéo