Le poète John Giorno sera l'invité d'honneur du festival Voix d'Amériques

C'est le poète américain John Giorno qui sera cette année la tête d'affiche du festival Voix d'Amériques, qui se déroulera du 1er au 8 février à Montréal. À 72 ans, John Giorno est considéré comme le dernier poète de la beat generation, qui rassemblait entre autres, dans les années 1960, Jack Kerouac, Allen Ginsberg et William Burroughs.

Depuis la création du festival Voix d'Amériques, il y a sept ans, sa conceptrice et directrice D. Kimm s'est fait un point d'honneur d'y donner la parole à de nouvelles voix, en plus de donner une scène au spoken word. Mais elle se réjouissait aussi hier, au cours de la conférence de presse, d'accueillir ce poète qui faisait ses débuts dans les années 1960. Il faut dire que John Giorno a très tôt exploré de nouvelles voies de diffusion de la poésie. Alors qu'il fréquentait assidûment le milieu artistique new-yorkais, étant notamment l'amant d'Andy Warhol, il crée la ligne Dial-a-poem, grâce à laquelle les gens peuvent obtenir un poème au téléphone en composant un numéro. L'événement, publicisé dans les journaux, a connu un succès fou. À travers le John Giorno Poetry Systems, qu'il crée, il utilise la technologie, l'électronique et le multimédia pour transmettre la poésie.

«Au contact des artistes que je fréquentais, j'ai compris que la poésie était en retard de 75 ans sur la peinture, la sculpture, la musique et la danse. Et pourquoi ne pourrais-je pas faire en poésie ce qu'ils ont réalisé? J'ai eu le temps d'observer comment leur esprit fonctionnait, comment ils s'emparaient d'une idée et la développaient. C'est dans cette optique que j'ai commencé le John Giorno Poetry Systems, en 1965», disait Giorno, en 2005, dans une entrevue accordée à L'Humanité.

À Montréal, Giorno sera notamment accompagné sur scène par le violoniste Malcolm Goldstein. Thomas Hellman a quant à lui mis en musique des textes du poète qu'il interprétera sur scène avec Olaf Gundel. Un groupe d'écrivains d'ici lui dédiera par ailleurs deux soirées intitulées John Giorno, meet Montreal.

Aux côtés de cette icône, on retrouve dans la programmation du festival Voix d'Amériques des nouveautés, tout comme les formules éprouvées qui font son succès depuis sept ans.

Traditionnellement bilingue, voire multilingue, le festival propose de nouveau cette année son combat contre la langue de bois, où l'on retrouvera notamment Brigitte Haentjens, Jean-Marc Massie, Serge Bouchard et Mado Lamothe. Les poètes méconnus pourront utiliser les shifts de nuit, à 23h, où des poètes invités, accompagnés de musiciens, précèdent des sessions de «micro ouvert» accessibles au public. Le festival reprendra aussi La Salle des pas perdus, le spectacle qu'il a présenté dans le cadre du Poésie Festival Berlin, en juin 2007. «Un spectacle inclassable et troublant», dit le programme, avec notamment Fortner Anderson, Alexis O'Hara, D. Kimm et Michel Vézina.

Un cabaret dada permettra également de faire connaissance avec les voix les plus déjantées de Montréal, promet D. Kimm.

Enfin, l'événement Body and Soul, mettant en scène des femmes, accueillera cette année la musicienne Baby Dee, transgenre qui propose, dit-on, «des ballades folks aux accents brechtiens, parfois romantiques, parfois burlesques». Jérôme Minière promet quant à lui de dévoiler La Vérité sur les arbres, dans un spectacle de son cru.

***

- Renseignements: www.fva.ca.

À voir en vidéo