Festivals - Le retour d'Henri, de Mozart et de Gustave

La programmation des Francofolies de Montréal, qui auront lieu du 25 juillet au 3 août, donne cette année tout son sens au mot variété. De Henri Salvador à Tarmac, de Robert Charlebois à Dominique A., de Catherine Durand à Yann Tiersen, la quatorzième édition des Francos veut en effet marier toutes les couleurs, agencer tous les styles, réconcilier toutes les générations.

Henri Salvador, qui viendra décorer sa magnifique Chambre avec vue, y parvient quant à lui sans l'aide de personne. Le Mathusalem de la chanson française n'a pas mis les pieds sur une scène québécoise depuis 1957. Invité, il l'a souvent été, mais il a dû chaque fois décliner: «Au Canada, ils ne paient pas, et moi, je ne fais pas ça pour rien, je dois gagner ma vie», me confiait récemment au téléphone le chanteur de 85 ans, qui montera sur la scène de la salle Wilfrid-Pelletier, le 28 juillet.


On ne compte plus les «Carte blanche à» et les «Fête à» inscrites dans la programmation de cette édition. André Gagnon écrira son Histoire de famille (avec Claude Léveillée, Marie-Denise Pelletier, Renée Claude); France D'Amour fera sa Sortie de filles (avec Sylvie Moreau, Sophie Prégent et Nanette Workman); Renée Martel et Patrick Norman remonteront le fil de l'histoire du country à l'occasion de La Grande Soirée country; Mario Pelchat fêtera ses 20 ans de carrière, Jim Corcoran, ses 30 ans de métier, et Gilbert Bécaud recevra les éloges posthumes de ceux et celles qui, comme lui, considèrent que l'important, c'est la rose.


Dans un tout autre registre, le groupe Loco Locass aura son party au Métropolis; quelques gars supplémentaires s'allongeront sur les Divans, tandis que Bïa et Paulo Ramos donneront une saveur brésilienne à la traditionnelle Soirée multiculturelle. Quant à la Carte blanche de Lynda Lemay, qui promet d'être la fête des fêtes, la liste des invités n'est pas encore complète; toutefois, on peut d'ores et déjà s'attendre à ce que monsieur Henri, ami de la chanteuse, se joigne aux Marie-Jo Thério, Robert Charlebois, France D'Amour et Martin Deschamps, déjà inscrits au tableau.


Côté performances solo, la palette est, comme c'est trop souvent le cas, modeste et consensuelle. Passé les vétérans Adamo et Serge Lama, attendus à bras ouverts à la salle Wilfrid-Pelletier, les programmateurs sont revenus en courant du puits français avec des seaux vides. Quelques plaisirs à retrouver (Dominique A., Jérôme Minière, Sinclair, Enzo Enzo) ne font pas oublier que la grande variété française, défendue par les Daho, Souchon et Sanson, répond non à l'invitation des Francos depuis trop longtemps.


À l'inverse, c'est l'opulence du côté des têtes d'affiche québécoises, dont la plus en vue, cette année, est frisée comme un caniche et a pour nom Robert Charlebois. Le chanteur de Lindbergh sera en effet au Cabaret music-hall, sept soirs durant. Les Paul Piché, Daniel Bélanger, Gabrielle Destroismaisons, auront chacun leur show solo tandis que, dans les rues et dans les partys de fin de soirée, le coeur francofou de Montréal battra la chamade.





Francofolies de Montréal


Du 25 juillet au 3 août


(514) 525-7732


www.francofolies.com





Martin Bilodeau





***





Wolfgang Amadeus Mozart continue d'avoir la cote. Alors que l'excellent film Amadeus, que le cinéaste Milos Forman consacrait à sa vie il y a quelque 20 ans, vient d'être restauré et relancé, le petit festival que Montréal lui dédie annuellement — depuis deux décennies incidemment —, est toujours pimpant. Nul besoin de rappeler que l'oeuvre immense de ce génie bien-aimé a de quoi sustenter les conduits auditifs pour des lustres et des lustres à venir. Charles Dutoit avait vu juste en initiant l'événement et en convainquant le responsable de la basilique Notre-Dame de la pertinence de tenir l'événement dans cette enceinte au décor soutenu. Depuis, chaque été que le calendrier amène voit se tenir cet hommage qui rameute amateurs, touristes, abonnés et autres mélomanes.


Les compositions du Maître sont jumelées à celles de pairs de l'époque classique, préromantique ou romantique, ou encore de périodes plus récentes. «Cette attraction est éminemment touristique. Ce lieu splendide du patrimoine qui a son identité propre et reconnue ajoute du caractère à l'événement. Le Festival Mozart Plus permet aussi de présenter de grands solistes et offre habituellement des oeuvres relativement connues. L'aspect visuel et solennel de l'endroit et la bonne acoustique offrent une heureuse combinaison et nous avons toujours une excellente collaboration de la part des ecclésiastiques», précise Céline Choiselat, porte-parole de l'Orchestre symphonique de Montréal, qui rappelle que l'OSM s'y produit aussi de façon ponctuelle durant l'année.


Cette année, Joseph Rescigno, chef attitré du Florentine Opera of Milwaukee qui a aussi dirigé l'OSM dans le cadre du Festival Mozart Plus en juillet 2001, sera aux commandes du programme du 25 juin. On pourra entendre, cette fois, l'ouverture des Noces de Figaro de Mozart, le Concerto pour violon (Ida Haendel, violon) du Finlandais Sibelius et la Symphonie no 2 de Brahms.


Le 3 juillet, ce sera au tour de Yakov Kreizberg de diriger l'OSM. On se souvient que le chef attitré de l'Orchestre mondial des Jeunesses musicales a dirigé l'OSM lors des Grands Concerts des 9 et 10 avril derniers. Y seront présentés l'ouverture du Carnaval romain de Berlioz, des extraits d'airs d'opéra de Mozart (Janice Chandler, soprano), L'Oiseau de feu, suite 1919, de Stravinski et le Boléro de Ravel.


Le chef d'orchestre Roberto Abbado dirigera la symphonie no 26 de Mozart, le concerto pour violon de Mendelssohn et la symphonie no 4 de Brahms le mercredi 10 juillet, avec Kyoko Takazewa comme invité au violon.


Le mercredi 17 juillet, le chef d'orchestre James Depreist présentera la Bootlegger's Tarentella d'Estacio, le concerto pour violon no 4 de Mozart et la symphonie no 1 Titan de Mahler. James Ehnes (violon) agira comme soliste invité. Rappelons que le récent enregistrement des concertos pour violon nos 1 et 3 de Bruch par James Ehnes et l'OSM remportait le Juno du meilleur disque classique dans la catégorie grand ensemble ou soliste avec grand ensemble en avril dernier.


Enfin le mercredi 24 juillet (à 19h30 toujours), le chef d'orchestre Jean-Claude Casadesus, Jonathan Crow (violon), Nicolò Eugelmi (alto) et de nombreux musiciens de l'OSM exécuteront la suite Ma mère l'Oye de Ravel, la symphonie concertante de Mozart et la suite Roméo et Juliette de Prokoviev.





FESTIVAL MOZART PLUS


Montréal


Du 25 juin au 24 juillet


www.osm.ca


514 842-9951





Madeleine Leblanc





***





Le Festival de Trois présente chaque mois d'août des spectacles dont la plupart sont constitués de lectures, et qui ont comme fibre principale la littérature dans tous ses états: prose, poésie, chanson, récit, théâtre, etc. La douzième édition de ce festival créé par Anne-Marie Alonzo se déroulera cette année sous la présidence d'honneur de la comédienne Sophie Faucher. Comme d'habitude, il s'étalera sur cinq lundis, à la Maison des arts de Laval. Le programme estival 2002 a de quoi mettre en appétit, littéralement et littérairement, puisque le premier rendez-vous, celui du 29 juillet, a pour thème «Les écrivains dans leur assiette: À table en compagnie de Flaubert et George Sand, maupassant et Zola, Proust et Colette». Les comédiens Sylvie Drapeau, Hélène Loiselle, Michel-André Cardin et Marcel Pomerlo seront leurs hôtes. La mise en lecture a été confiée à Marcel Pomerlo; l'accompagnement musical à Érik Shoup.


Le 5 août, accompagnée d'un violon tzigane, Sophie Faucher (qui revient d'une tournée européenne d'Apasionada, sa pièce sur Frida Kahlo) sera l'unique vedette de la soirée, avec la lecture d'une texte d'Alain Fortaich Momento Mori «une sorte de conte tzigane où il est question d'une mère et de la perte de son enfant», explique France Castel qui en assurera la mise en lecture. Le lundi de la semaine suivante, 12 août, les spectateurs pourront découvrir un texte de François Godin intitulé Adriaan Dehollander qu'interpréteront Louise Marleau et Jacques Lavallée, dirigés dans leur lecture par la metteure en scène Alice Ronfard. Pour la soirée du 19, Françoise Faucher et Jean Marchand ont mis en gerbe des extraits choisis chez Marguerite Duras. On y retrouvera notamment des passages de L'Amant, du Ravissement de Lol V. Stein, de L'Été 80, et aussi de Cet amour-là, de Yann Andréa, qui faisait récemment l'objet d'un film réalisé par Josée Dayan. Le Festival se terminera le 26 août avec un spectacle intitulé Le fil de la vie: hommage à Marcel Dubé. La soirée promet des surprises, puisque les interprètes Suzanne Clément, Jean L'Italien, Guy Nadon et Gérard Poirier liront des scènes choisies parmi des oeuvres inédites du dramaturge, sous la direction de Béatrice Picard.





Festival de Trois


Laval


Du 29 juillet au 26 août


www.trois.ca/


(450) 667-2040


(514) 790-1245





Solange Lévesque