Orford a 51 ans!

Le prochain Festival Orford se tiendra du 28 juin au 17 août. La directrice artistique du Centre d'arts Orford, Agnès Grossmann, a concocté près de 20 grands événements où musique de chambre, opéra et jazz seront à l'honneur. D'Orford à Magog, en s'arrêtant par Saint-Benoît-du-Lac, chanteurs, musiciens et jazzmen convient le public à une programmation éclectique.

Parmi ses coups d'éclat, le Festival propose les 19 et 21 juillet le très populaire opéra Don Giovanni de Mozart. Le comédien et mélomane Albert Millaire, qui n'en est pas à ses premières armes, signera ici sa première mise en scène à Orford. Les jeunes chanteurs de l'Atelier lyrique d'Orford, sélectionnés scrupuleusement par Agnès Grossmann, seront les acteurs de cette célèbre comédie dramatique. La partie musicale sera assumée par Mme Grossmann et les musiciens de l'Ensemble Montréal. Notons en passant que le 19, la prestation sera présentée à 20 heures, tandis que le dimanche 21, elle sera offerte à 14 heures et sera précédée d'un repas champêtre aux couleurs de l'Italie, servi sur les terrasses du Centre d'arts.


Rompu à la mise en scène, Albert Millaire rappelle qu'il en compte quelque 85 à son actif et qu'il a par ailleurs effectué un stage au Covent Garden de Londres dans les années 1960. Alors quand Agnès Grossmann lui a téléphoné pour lui proposer l'expérience d'une classe de maître, la chose allait pour lui de soi ou presque. «Je lui ai demandé pourquoi il ne prenait pas Serge Denoncourt qui avait monté le Don Juan de Molière [que Millaire a déjà interprété au TNM] durant la saison d'hiver. Non seulement Denoncourt est-il très occupé mais apparemment leur choix s'était déjà arrêté sur moi», explique avec enthousiasme le comédien de sa belle voix de stentor.


Malgré les moyens modestes mis à sa disposition, il entend faire de son mieux pour inculquer à ces jeunes — qui comptent peut-être une future Callas en leur rang, spécule-t-il, avant d'être emporté par un grand éclat de rire — certaines notions de jeu. «Nous allons emprunter des costumes de l'Opéra de Montréal. C'est important pour tenir un style de faire l'expérience du costume, j'y tenais. Mon travail auprès des jeunes en sera un d'interprétation. C'est une tâche terrible d'être habité par son personnage avec l'obligation de respecter la merveilleuse musique de Mozart, d'être habité par celle-ci et de rester plausible. Cela va constituer un beau défi pour ces jeunes.» Il rappelle avec à-propos que la nature n'a pas toujours donné des talents d'acteurs à ceux qui ont une belle voix, ce qui peut donc occasionner un certain travail. «J'ai bien hâte de les rencontrer. C'est un peu comme une blind date. Mme Grossmann a fait les auditions et procédé à la distribution des rôles. Je lui fais confiance, c'est une grande musicienne.»





CENTRE D'ARTS ORFORD


Du 28 juin au 17 août


www.arts-orford.org


1-888-310-3665


(819) 843-3981