En réaction à la Guilde des musiciens - Des musiciens rebelles créent une association

Une nouvelle association de musiciens québécois est née mercredi, un peu avant le spectacle Molotov du mouvement «Tous contre la Guilde», présenté au bar Le Quai des brumes. Lors de ce spectacle qui a attiré plus de 300 personnes, des signatures ont été recueillies pour fonder l'Association des musiciens autonomes du Québec (AMAQ).

Cette nouvelle ajoute un chapitre aux remous qui secouent la Guilde des musiciens du Québec.

L'AMAQ est un organisme sans but lucratif enregistré auprès de l'Inspecteur général des institutions financières. L'association a été fondée par Simon Jodoin, porte-parole de «Tous contre la Guilde», Pierre Thibault et Jules Hébert, trois des membres les plus en vue du mouvement contre les agissements de la Guilde.

Selon Simon Jodoin, «à force de jaser avec bien du monde récemment, on s'est rendu compte que le problème vient du fait qu'il y a un seul organisme pour représenter tous les musiciens, au sens large. Il existe l'option de faire la preuve qu'il y a un secteur qui n'est pas représenté par un organisme. On se crée un membership pour tenir une assemblée générale afin d'élire un conseil d'administration». Jusqu'à maintenant, environ 250 musiciens ont signé les registres ou se sont dits intéressés à le faire.

D'ici un an, l'AMAQ doit se doter d'une charte et entend se faire reconnaître par la Commission de reconnaissance des associations d'artistes et des associations de producteurs (CRAAP). «Si on fait la preuve que le secteur qu'on veut représenter est négligé par la Guilde, on pourra se présenter devant la CRAAP.» L'AMAQ veut se constituer solidement avant la fin du printemps prochain.