Carrefour international de théâtre de Québec - Trouvailles loufoques

Par où commencer? D'abord, Élargir la recherche aux départements limitrophes n'a rien de la pièce de théâtre typique. On est plutôt en présence d'une manoeuvre théâtrale qui fait beaucoup rire et réfléchir, surtout grâce à la complicité du trio de Grand Magasin avec plusieurs résidants de la ville de Québec. La démarche de base est pourtant fort simple: Pascal Murtin, Bettina Atala et François Hiffler sont dans la Vieille Capitale depuis quelques semaines afin de s'imbiber des habitudes quotidiennes des gens du lieu. En l'espace d'une heure, dans un local du Mail Centre-Ville, le résultat surprend et réjouit. Un spectacle où la méthode artistique s'avère des plus fructueuses.

Élargir la recherche aux départements limitrophes


Une proposition de Grand Magasin. Interprètes: Pascal Murtin, Bettina Atala et François Hiffler. Avec le soutien du Kunsten Festival des arts (Belgique) dans le cadre du Carrefour international de théâtre de Québec. À l'intérieur du Mail Centre-Ville, 770, boulevard Saint-Joseph Est. Jusqu'au 26 mai.


On entre dans ce local désaffecté sans trop savoir ce qui se produira au cours des 60 prochaines minutes. Pascale Murtin débute une interaction ludique avec l'espace pour ensuite s'adresser à François Hiffler. Une personne dans l'assistance quitte le spectacle pour rentrer à la maison et appellera la salle au bout de trois quarts d'heure pour confirmer son arrivée.


Du début à la fin, des coups de fil ne cesseront ainsi de ponctuer la représentation. De la manière la plus naturelle possible, on entend quelqu'un qui précise un événement observable de chez lui ou d'ailleurs: le passage d'un feu vert au rouge, l'ouverture ou la fermeture d'un établissement ou d'un commerce, un autobus quittant son arrêt et même l'extinction des projecteurs ou l'illumination d'un monument.


Un peu plus tard, c'est sur un moniteur télé qu'on découvrira la tête d'une personne qui expliquera qu'elle ne peut assister au spectacle puisqu'elle travaille en ce moment. Le banal est donc à l'honneur mais ne suscite jamais l'ennui prévisible. Au contraire, la région immédiate, tout comme ses habitants, s'observe sous un autre jour. Le regard que pose ce Grand Magasin a des allures assez loufoques. Toutefois, une vérité humaine se dégage d'un tel exercice. L'erreur serait sans doute de prendre une pratique théâtrale semblable au pied de la lettre.


Tout est question de mettre en mouvement une sorte d'antithéâtre, de déstabiliser les connaissances, les habitudes ainsi que les attentes du public. Subversif, peut-être? Bien sûr, l'ironie, le côté festif et le dépouillement sont à l'honneur. L'intervention cherche dans la vie quotidienne son aspect le plus sublime. D'un endroit à l'autre, le résultat ne peut qu'être imprévisible. Loin du spectaculaire, de l'accessoire inutile, de la parole hautaine et de l'illusion théâtrale, Élargir la recherche aux départements limitrophes gagne son difficile pari. Après le spectacle, on invite même les gens à prendre une bouchée et un verre. Plutôt habile dans le genre.