Notation fiduciaire - Faites de la musique! obtient la note de passage

Une première en Amérique du Nord, l'organisme culturel à but non lucratif Faites de la musique!, oeuvrant dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, s'est soumis à un exercice de notation fiduciaire par une firme externe. Bonne nouvelle, l'organisme voué à la défense de la musique émergente et à la relève musicale a obtenu la note de passage.

Entamé en juin dernier, le processus de notation fiduciaire a permis d'examiner chacun des aspects de l'entreprise, de sa mission jusqu'à sa raison sociale, pour mesurer le risque que ses partenaires et les artistes prennent en travaillant avec elle. Spécialisée dans l'évaluation d'entreprises privées, c'est la firme suisse RCP & Partners, dirigée par un Québécois, l'ancien journaliste Robert Pouliot, qui a mené l'évaluation. Le fait de scruter les activités d'une entreprise à but non lucratif était d'ailleurs une première également pour RCP & Partners.

Faites de la musique!, aussi connu sous l'acronyme FDM!, est une entreprise d'économie sociale qui évolue depuis dix ans. En croissance rapide depuis trois ans et désirant s'accroître, l'organisme a cru bon de se soumettre à l'exercice de notation fiduciaire, dont le but est d'examiner le comportement d'une entreprise afin de mieux cerner les actions à prendre pour le futur.

Des activités multiples

FDM! gère plusieurs activités dans le domaine de la culture émergente. Gestionnaire du Zest, la dynamique salle de spectacle de la rue Bennett (702 productions et 89 400 spectateurs depuis 1996), elle organise le concours Les Francouvertes (11 957 spectateurs, 152 artistes depuis 1995), que plusieurs observateurs de la scène alternative considèrent comme l'événement le plus pertinent dans le genre au Québec. Le volet «Espaces émergents» est également sous sa coupe, dont les studios, les ateliers professionnels et l'événement comme tel (en mars prochain pour la seconde édition) permettent à une foule d'artistes de prendre de l'expérience ou de peaufiner leur formation. L'école de chant La Chanterie est rattachée à l'organisme. En sont issues Les Zalarmes, un groupe vocal d'adolescentes de 10 à 12 ans qui devrait signer sous peu son premier album. L'événement Évidemment Jazz est aussi sous la férule de Faites de la musique!

Les bureaux de l'organisme, comme la salle du Zest, sont à la veille de déménager. En avril, une salle de spectacle de 350 places sera aménagée dans l'ancien poste 45 de pompiers, située à l'angle des rues Ontario et Desjardins. L'édifice accueillera également un studio pour les spectacles plus intimistes et les répétitions. Sous peu, Faites de la musique! gérera des équipements immobiliers d'une valeur de 4,3 millions de dollars, autre donnée en faveur de l'exercice de notation.

Diversifier le financement

L'examen des activités d'une entreprise permet d'assurer (on non) sa crédibilité tout en signalant certaines lacunes dans son fonctionnent d'entreprise. Loin d'être un simple coup de marketing, l'exercice permet de préciser l'image corporative d'une entreprise et de situer sa position dans le paysage québécois de la finance. Ainsi, le niveau de fiabilité de Faites de la musique! a été fixé et une mesure de solvabilité à court terme établie pour lui. Si l'exercice a résulté par l'obtention de la note «bien» par l'entreprise, quelques aspects ont été soulignés comme devant être améliorés.

Tout en saluant «la volonté de changer et de s'améliorer de Faites de la musique!», Robert Pouliot a notamment plaidé pour le resserrement du contrôle financier dans l'organisme. Faites de la musique! a réagi avant même le dévoilement des résultats de l'évaluation en engageant un directeur financier, ce qui n'est pas courant pour ce type d'entreprises.

Le principal risque pour FDM! concerne la source de financement unique de l'organisme, essentiellement des fonds publics, un financement jugé aléatoire, sujet aux changements de politiques. Cette diversification sera atteinte notamment par l'organisation d'une campagne de financement et un autofinancement plus grand. À moyen terme, un fonds de réserve sera créé pour protéger les investissements. De plus, le manque de statistiques opérationnelles, de celles dont abreuvent les médias de plus grandes organisations comme le Festival de jazz, doit être compensé pour mieux asseoir les acquis de chacune des activités de spectacles.

Au chapitre des réussites, l'engagement de Faites de la musique! envers les artistes de la relève est assuré alors qu'il a été établi qu'environ 70 % de chaque dollar touché par FDM! est remis aux artistes. Il s'agit là d'une preuve que la mission de FDM! est bien menée. L'école de musique est l'activité qui a reçu la meilleure note, elle qui atteint 1000 inscriptions par période de classe. D'un autre point de vue, le concours Les Francouvertes plafonne, notamment en raison de l'étroitesse de la salle du Zest qui l'accueille, une situation qui devrait changer à la suite de son prochain déménagement.

En tout et pour tout, Faites de la musique! a été jugé solvable et solide, juste ce qu'il faut pour se permettre de gagner la confiance des éventuels partenaires, le réel objectif de l'exercice, considéré comme «une démonstration de diligence envers les gens qui seraient intéressés à travailler avec eux», a commenté Robert Pouliot en entrevue après la présentation détaillée des résultats de la notation.

L'exercice sera contrôlé à tous les trois mois par la firme RCP & Partners, qui révisera sa note au besoin. Selon M. Pouliot, FDM! — il a été d'ailleurs conseillé de rejeter ce nom, «qui ne veut rien dire», selon l'évaluateur — constitue «le risque le plus élevé parmi les risques acceptables». Par contre, les outils et les conseils fournis avec l'étude devraient permettre à l'organisme de rapidement se classer parmi les meilleurs, un processus déjà en marche selon l'expert. La commande passée à RCP & Partners a coûté 25 000 euros à l'organisme, «presque rien», selon M. Pouliot, qui estime qu'avec le redressement qui devrait suivre, Faites de la musique! saura trouver des ressources se chiffrant entre le demi-million et le million de dollars.

Pour Annie Vidal, directrice générale de Faites de la musique!, la mission de démocratisation culturelle «est très large et risque de faire en sorte de nous perdre». C'est une des recommandations du rapport que de resserrer la mission de l'organisme. «Plutôt que de mettre au jour de nouveaux projets pour aller chercher plus de financement, l'exercice nous fait prendre conscience qu'il faut développer nos forces et prendre soin de ce qui marche.»