Camps d'été - Pour artistes en herbe

Les jeunes à la maison raffolent des arts? Déjà, ils ont fait le plein des cours offerts à l'école et en redemandent? Si tel est le cas, pourquoi ne pas leur faire vivre une expérience unique en les inscrivant cet été au Camp des artistes.

Créé en 1996, le Camp des artistes accueille chaque été des jeunes de 9 à 16 ans pour des séjours allant d'une à trois semaines. Ils participeront alors à des ateliers qui les plongeront au coeur des arts de la scène, des arts multimédia et des métiers techniques qui les soutiennent. Sans compter qu'ils pourront profiter des joies de la nature puisque le Camp des artistes est situé en campagne, en bordure du lac Achigan à Saint-Hippolyte, sur le site du Camp Bruchési, un camp de vacances faisant partie des Camps de vacances Odyssée.

L'idée de ce camp de vacances voué aux arts revient à son fondateur, et toujours directeur, le comédien Patrick Labbé. «À cette époque, raconte-t-il, je donnais des ateliers de théâtre aux jeunes. Mais c'était seulement une fois par semaine et je constatais qu'il y avait au fil du temps une certaine perte d'intérêt, lequel se raffermissait, bien sûr, mais seulement à la veille du spectacle. Je me suis demandé ce qui se passerait si l'on regroupait les ateliers sur une période plus courte.»

L'été suivant, il se lance dans l'aventure en emmenant son groupe de participants au lac Beauport, près de Québec, avec le défi de monter une pièce de théâtre en une semaine. «J'ai été surpris par l'effervescence et l'enthousiasme des jeunes. Et la qualité du spectacle était supérieure à ce qu'on faisait auparavant, même si nous n'avions qu'une semaine pour tout faire.» L'expérience étant concluante, il fonde le Camp des artistes.

Depuis cette première expérience, le Camp des artistes a évidemment pris de l'ampleur. Patrick Labbé s'est entouré de collaborateurs qui lui sont toujours fidèles et le Camp des artistes a élargi son offre de service. Un coup d'oeil sur la programmation de l'été 2007 révèle que les jeunes pourront s'inscrire à des ateliers de théâtre, de danse, de chant, de cinéma, de télévision, de radio et de bande dessinée, sans compter les ateliers techniques. Les plus hardis pourront même s'inscrire à un atelier pour cascadeurs.

«Les enfants se joignent à une équipe et tout le monde participe. Par exemple, ce sont les participants en technique qui assurent la régie de scène pour les spectacles de théâtre. De cette façon, les enfants vivent l'effet de troupe et cela leur permet d'explorer ce que c'est que de travailler dans le milieu artistique.»

L'encadrement au Camp des artistes est rigoureux. D'une part, le camp n'accueille que 100 enfants par été et, d'autre part, les ateliers sont limités à 14 participants encadrés par un animateur, un moniteur et parfois même, dans les ateliers plus techniques comme le cinéma, d'un assistant-moniteur. De plus, tient à souligner Patrick Labbé, le Camp des artistes n'est pas «une agence de "casting" ni de placement, ni une académie de quelque sorte. On ne fabrique pas de "stars". D'ailleurs, il n'y a aucune sélection. Les jeunes arrivent ici avec le bagage qu'ils ont et chacun vient un peu pour découvrir qui il est. Bien qu'ils doivent travailler fort pour monter le spectacle ou réaliser le film, il ne faut pas oublier que c'est un camp de vacances, et ils doivent aussi s'amuser.»

Un séjour au Camp des artistes permet aux jeunes non seulement de s'initier aux rouages des métiers artistiques dans un contexte d'immersion, mais aussi de relever des défis. «Il y a d'abord le défi que pose leur simple présence, parce que ce n'est pas évident de se lancer dans une pareille aventure. Et il y a les défis que nous leur poserons lors du séjour. Cette démarche fait en sorte de favoriser la valorisation du jeune et l'affirmation de soi. Ils se rendent compte qu'ils ont été capables de relever le défi. À la fin du séjour, la transformation des jeunes est évidente.»

Et les répercussions vont au-delà de la seule expérience du camp puisque les résultats du séjour se font sentir par la suite, dans la vie quotidienne des jeunes. Ce sont ce que Patrick Labbé nomme les effets secondaires. «Le jeune un peu timide, qui a toujours craint les exposés oraux en classe, se rend compte qu'il a monté sur scène pour jouer un rôle. S'il a pu réussir ça, pourquoi craindre maintenant de parler devant la classe?» Même les parents sont en mesure de le constater. «Les parents me demandent ce que j'ai fait à leur jeune. Il est devenu tellement plus confiant en ses moyens. Oui, le Camp des artistes sert aussi à cela.»

Les Camps de vacances Odyssée

L'an dernier, le Camp des artistes se joignait au groupe des Camps de vacances Odyssée, un chef de file au Québec dans le domaine des camps de vacances. «Je me suis associé à eux parce que la gestion quotidienne du camp m'accaparait de plus en plus. J'en étais même rendu à éplucher les carottes en cuisine. En m'associant aux Camps Odyssée, je peux me concentrer davantage sur la mission du camp auprès des jeunes. Je retrouve ma liberté du début.»

Les Camps de vacances Odyssée comprennent six camps de vacances au Québec, soit deux à Saint-Hippolyte, un à Shawinigan, un à Charlebourg et deux à Saint-Aubert dans Chaudière-Appalaches. Trente mille jeunes de 5 à 17 ans fréquentent ces camps de vacances chaque été. «Nous avons deux camps spécialisés, le Camp des artistes et un camp musical. Les quatre autres sont des camps généralistes axés sur les activités de plein air», explique Réjean Roy, directeur général des Camps de vacances Odyssée.

L'aventure des Camps de vacances débute lorsque l'abbé Raoul Cloutier ouvre un premier camp de vacances pour jeunes au milieu des années 1940. Il en fondera un second dans les années 1960. «Nous sommes encore aujourd'hui un organisme sans but lucratif, précise Réjean Roy, mais au fil des ans, nous avons accueilli les autres camps, ce qui nous a obligés à mieux nous structurer de façon à combler les besoins des jeunes.»

Collaborateur du Devoir

À voir en vidéo