Têtes à claques - Les abonnés de Bell pourront visionner les sketches en primeur

Mégasuccès sur Internet, le site Les Têtes à claques entend poursuivre son développement sur la Toile plutôt qu'à la télévision traditionnelle. «Le modèle Internet fonctionne au-delà de nos espérances, explique Michel Beaudet, créateur des Têtes à claques. Nous recevons beaucoup d'offres de la télévision mais, avant d'aller à la télé, nous voulons explorer encore en profondeur le modèle Internet. Notre priorité est de préparer une version anglaise de notre site actuel.»

Michel Beaudet remarque que «le modèle de diffusion» des produits culturels est en train de changer. «Si j'avais commencé à la télévision, je n'aurais jamais eu cette portée et cette fréquentation», soutient-il.

Le site des Têtes à claques est maintenant le site francophone le plus fréquenté au Canada, avec près de trois millions de visiteurs uniques en décembre dernier et plusieurs millions de visites par mois.

Michel Beaudet n'exclut pas qu'un jour Les Têtes à claques se développe à la télévision, mais «ce sera sûrement dans une version plus longue que les clips actuels».

Les Têtes à claques et Bell ont confirmé hier leur partenariat, qui avait été annoncé hier matin par Le Devoir et d'autres médias. Pour les prochains mois, donc, c'est Bell Canada qui aura l'exclusivité de proposer à ses clients le contenu des Têtes à claques.

Le partenariat prévoit que les abonnés du service Bell Mobilité pourront obtenir les nouveaux sketches des Têtes à claques une semaine avant leur diffusion sur Internet. Bell entend également offrir un sketch aux abonnés de Bell Express Vu lorsqu'ils commandent un film, et certains clips seront présentés sur le portail Sympatico.Msn.

Michel Beaudet avait déjà développé une relation d'affaires avec Bell, puisque celle-ci «a aidé [Les Têtes à claques] l'automne dernier lorsque ça [leur] coûtait une fortune en bande passante», dit-il.

À l'automne, le succès spectaculaire et imprévu de ce site Internet créé l'été précédent était tel qu'il a failli écraser ses concepteurs. L'avenir du site semble maintenant assuré, et le principal problème de Michel Beaudet consiste à se garder du temps pour concevoir un nouveau sketch par semaine. Le «catalogue» des Têtes à claques comprend actuellement moins de 40 sketches, et «nous en avons quelques-uns d'avance en réserve», dit-il.