Distribution du DVD des Zapartistes - Pierre Renaud demande la levée de l'embargo

Le président-fondateur des librairies Renaud-Bray a défendu hier les moyens pris par sa chaîne pour convaincre le distributeur du DVD des Zapartistes, Local distribution, de briser l'embargo imposé par le groupe d'alterhumoristes auprès de grands groupes comme Renaud-Bray, HMV ou Archambault. Conciliant, Pierre Renaud a invité les deux parties à enterrer la hache de guerre.

En entrevue au Devoir, M. Renaud a reconnu que les relations avec Local distribution avaient souffert de cet embargo. «Tout le monde sait qu'il y a des gens qui ont fait des faux pas. Mais il faut comprendre que nous, notre job, c'est de vendre des disques. On essaie de les obtenir et on se retrouve le lendemain dans les journaux avec le rôle du méchant!»

Hier, Le Devoir révélait que Renaud-Bray avait remis en cause le choix de Local distribution de ne pas briser l'embargo exigé par les Zapartistes. En entrevue, la directrice des communications du groupe, Carole Montmorency, avait toutefois précisé qu'aucune mesure punitive n'avait été engagée pour l'instant. «Je ne pense pas qu'on va faire ça. [...] J'imagine qu'au lieu d'en prendre 100, on en prend 75 ou 50, mais ce n'est pas un truc de boycottage.»

En entrevue hier, Pierre Renaud a convenu qu'il y avait bel et bien eu quelques «accrochages». Rien toutefois pour que Renaud-Bray se retrouve pris avec l'étiquette du «gros méchant», lui qui est un partenaire fidèle de Local distribution depuis sept ans. «S'il y a quelqu'un qui fait tout ce qu'il peut pour les artistes émergents, c'est bien Renaud-Bray», a-t-il fait valoir en invitant les deux parties à revenir sur leur décision. «Ça serait mieux pour tout le monde, pour nous, pour eux et pour les clients, de lever l'embargo.»

Dans le même esprit, Pierre Renaud se dit prêt à faire un débat de fond sur la question de la distribution au Québec. Récemment, la chaîne avait été accusée d'avoir gonflé le prix de l'album du chef Martin Picard, Au pied de cochon. «Il y a une loi au Québec qui dit que les libraires doivent avoir 40 % des ventes. Je veux bien croire qu'ils ont fait ça [l'album Au pied de cochon] à compte d'auteur, mais pourquoi ce serait à nous d'assumer le risque?», a expliqué M. Renaud.

Pour ce qui est du DVD des Zapartistes, le président-fondateur de Renaud-Bray n'a pas l'intention de poursuivre les négociations plus qu'il n'est nécessaire. «On ne va pas faire de guerre là-dessus. Tout le monde a compris que ça s'arrête là, mais je pense que, s'ils étaient intelligents, à quelques jours de Noël, ils reviendraient sur leur décision.»

Mais les Zapartistes n'ont pas du tout aimé la tournure des événements. Dans un communiqué diffusé en fin d'après-midi hier, ils ont confirmé leurs positions. «Avec une pareille attitude, comment Renaud-Bray ose-t-il encore nous reprocher de les traiter d'empire? Plutôt que d'encourager la relève, Renaud-Bray s'en sert pour faire de l'intimidation et imposer ses exigences.»

Que le froid se dissipe ou pas, les fans des Zapartistes peuvent se procurer leur DVD en ligne ou dans l'un des quelque 80 points de vente indépendants à travers le Québec, de Rimouski à Thetford Mines en passant par Sept-Îles, Québec ou Montréal.

À voir en vidéo