Les Zapartistes croisent le fer avec Renaud-Bray

Renaud-Bray, samedi après-midi. Au comptoir, un jeune couple demande le DVD des Zapartistes. «Vous ne le trouverez pas ici», répond le commis du tac au tac. La raison en est simple: la bande d'alterhumoristes refuse net de voir son DVD distribué ailleurs que chez des indépendants. Exclus, donc, les Costco et les Wal-Mart de ce monde, tout comme certains gros joueurs... comme Renaud-Bray.

Au bout du fil, la Zapartiste Nadine Vincent confirme la volonté de son groupe d'être distribué par des joueurs indépendants, point à la ligne. «Puisqu'on partage 40 % de nos revenus avec les distributeurs, on préfère faire affaire avec des disquaires ou des libraires indépendants avec qui on partage les mêmes réalités et les mêmes convictions.»

Une ligne a donc dû être tracée, non sans soulever de gros débats à l'interne. «On n'a pas eu de mal avec les grandes surfaces, mais les choses ont été plus difficiles avec les chaînes, raconte Nadine Vincent. On a finalement choisi d'exclure HMV, Archambault et Renaud-Bray parce que ce sont des empires, des empires à leur mesure, mais des empires quand même.»

Le hic, c'est que cette ligne dure ne fait pas du tout l'affaire de Renaud-Bray, qui aurait bien aimé distribuer le DVD des Zapartistes à sa clientèle qui prise un humour politique et corrosif. «Nos clients ne voient pas Renaud-Bray comme un grand méchant loup et s'étonnent de ne pas pouvoir se procurer le DVD chez nous», explique la directrice des communications du groupe, Carole Montmorency. «C'est quand même curieux: on vend le livre de François Parenteau [membre du groupe et chroniqueur des hebdomadaires Voir], et ça, ça ne le gêne pas.»

Cette divergence de points de vue place le distributeur des Zapartistes, Local Distribution, dans une position très délicate. En effet, Renaud-Bray ne s'est pas privée de faire part de son mécontentement à l'entreprise d'économie sociale qui se consacre aux artistes émergents québécois. «On trouve cette décision étrange parce qu'on est une des premières chaînes à avoir appuyé Local Distribution, il y a sept ans», déplore Mme Montmorency.

Chez Local Distribution, on préfère ne pas commenter la situation tant que les négociations se poursuivent. Mais pour Renaud-Bray, il est clair que cette décision fragilise une relation jusqu'alors sans nuages. «On a toujours encouragé Local Distribution [...], au-delà des risques et de l'espace tablettes que cela suppose, note Mme Montmorency. Peut-être qu'on sera un peu plus réservés à l'avenir.»

Pour l'instant, aucune mesure n'a été adoptée afin de faire pression sur Local Distribution. «On n'a pas entamé de mesures punitives. On a fait part à Local Distribution de notre grande déception», précise Mme Montmorency. Pas de boycottage à l'horizon? «Je ne pense pas qu'on va faire ça. [...] J'imagine qu'au lieu d'en prendre 100, tu en prends 75 ou 50, mais ce n'est pas un truc de boycott.»

Quant aux fans des Zapartistes, ils ne perdent rien au change, croit le groupe. Le DVD est en effet offert en ligne mais aussi à plus de 80 points de vente à travers le Québec, de Rimouski à Thetford Mines en passant par Sept-Îles, Québec et Montréal.
 
5 commentaires
  • Rémi-Bernard St-Pierre - Abonné 21 décembre 2006 03 h 48

    Pourquoi pas

    Ceux qui ce rapelle les commentaires de M. Renaud, lors de son passage a L'émossion "M'as-tu lu" à T-Q ne peuvent qu'appuyer les Zapartiste dans leur démarche.

  • Jean-Guy Aubé - Abonné 21 décembre 2006 05 h 52

    Perplexe

    Je suis perplexe face à cette situation.

    Si la situation inverse s'était présentée, à savoir que Renaud Bray avait refusé de diffuser le dvd des zappartistes, parce qu'ils contient des propos offensants ou diffamatoires, qu'ils vont trop loin dans leurs "farces", c'est eux qui auraient crié à la négation de leur droit à la liberté d'expression.

    Il y a un machiavélisme dans leur attitude et ils ne semblent chercher qu'à faire parler d'eux avec cette limitation à leur distribution.

    En prenant cette attitude, il ne font que priver un plus large public de connaître leur "humour", qui est rempli de contradictions. On sent qu'ils se disent de gauche et altermondialiste, mais passent leur temps à ridiculiser le parti Québec Solidaire.

    Je suis de la génération des cyniques et je trouve que leur humour ne va pas à la cheville de ce que faisait Marc Laurendeau et son groupe.

    Les zappartistes est un groupe médiocre qui se limite à faire de la vulgaire propagande pour le PQ.

  • Michel Bastien - Inscrit 21 décembre 2006 09 h 58

    Le nouveau cléricalisme

    Pauvres Zapartistes! Ils décrètent qui sont les bons, qui sont les méchants et prennent sur eux de les ''punir''. En fait, ils se nuisent à eux-mêmes mais leur mortification les réassure sur leur degré de pureté face au ''système''. Ça rappelle le collège classique mais, on est habitué, et on vous aime bien quand même!

  • Maxime Carpentier - Inscrit 21 décembre 2006 11 h 09

    Très bien!

    Pour avoir déjà travaillé chez Renaud-Bray, je peux vous assurer qu'ils sont bien loin d'être les gentils qu'ils laissent paraître! Bravo pour les Zapartistes!

  • Maco - Abonné 21 décembre 2006 11 h 53

    J'ai bien peur que ...

    Nous sommes dans le délire; « On n'a pas entamé de mesures punitives... ». Punir!!!!

    « PUNIR » : « Frapper (qqn) d'une peine pour avoir commis un délit ou un crime. » ou « frapper d'une sanction pour un acte répréhensible. ». (Le petit Robet)

    Le message est clair, le mot est lancé. Les stratégies les plus simples sont parfois les plus efficaces; la peur.

    La peur fut et sera, probablement, toujours présente. Mais depuis quelque temps, cette dernière semble s'incruster de plus en plus dans notre quotidien. On ne se gêne plus pour en faire usage. J'ai peur de le dire, mais c'est un très bon moyen de nous contrôler.

    Si je vais acheter ce DVD, vais-je commettre un acte répréhensible? Hum!
    Je dis non! Je prends mon courage à deux mains et je vais, de ce pas, faire l'achat de ce DVD.