En bref - Une pierre gravée du XIIe siècle jette la lumière sur Karnak

Le Caire — L'Égypte a annoncé hier la découverte d'une pierre gravée de hiéroglyphes datant du XIIe siècle avant Jésus-Christ, qui pourrait apporter de nouvelles informations sur le temple de Karnak, le site religieux le plus ancien du monde.

La pierre, un quartzite de 170 cm sur 80 cm, gravée de 17 lignes de hiéroglyphes, rapporte les réalisations du Grand prêtre Bak En Khonso et ses contributions au temple de Karnak. Cette découverte, effectuée par une équipe d'archéologues égyptiens à Louxor, donne également des détails sur l'arbre généalogique du grand prêtre. «Cela est très important parce que nous n'avons jamais rien su de Bak En Khonso», a affirmé à l'AFP Zahi Hawass, le chef du Conseil suprême des Antiquités. «Cela va reconstruire l'histoire et enrichira notre compréhension de Karnak», a-t-il ajouté. Bak En Khonso a vécu sous le règne du pharaon Sethnakht, fondateur de la XXe dynastie. Le grand prêtre est considéré comme la personne la plus importante après le pharaon, conduisant les rites et faisant des offrandes au nom de ce dernier. «Il y a encore beaucoup de trésors sous terre», a déclaré M. Hawass, qui estime que 70 % des antiquités égyptiennes restent à découvrir.