Courtemanche sera publié à l'étranger

La maison d'édition Boréal a annoncé hier qu'elle avait vendu les droits sur Un dimanche à la piscine à Kigali, de Gil Courtemanche, à d'importantes maisons d'édition à travers le monde. Les avances consenties par ces maisons d'édition couvrent déjà quelque 100 000 exemplaires.

Parmi les gros joueurs qui ont signé des contrats pour obtenir des droits sur Un dimanche à la piscine à Kigali, mentionnons Alfred A. Knopf, au Canada anglais (dont la traduction de Patricia Clarkson doit paraître au printemps), Knopf-Vintage, aux États-Unis, Canongate Books, en Angleterre, Text Publishing, en Australie, Emece Editores, du groupe Planeta, en Espagne, De Bezige Bij, aux Pays-Bas, Exandas, en Grèce, et Dinamo, en Norvège. De nombreuses maisons d'édition dans d'autres pays, dont la France et l'Allemagne, sont en discussions pour obtenir les droits sur le livre.

Ces contrats sont arrivés dans la foulée de la récente foire du livre de Francfort, où l'on a constaté «un engouement sans précédent pour un auteur québécois qui écrit en français et qui publie au Québec», dit M. Assathiany. Le directeur-général de Boréal, Pascal Assathiany était tout fier de faire cette annonce aux journalistes hier, en compagnie de l'auteur. Les éditeurs québécois, a-t-il ajouté, ont généralement beaucoup de difficultés à faire connaître leurs ouvrages dans une foire où l'on retrouve quelque 200 000 nouveautées à chaque année. Car pour vendre des droits aux éditeurs étrangers, il faut encore que ceux-ci sachent lire le français ou puisse leur fournir une copie en anglais. Or, à Francfort cette année, le manuscrit de la traduction anglaise était disponible aux éditeurs qui voulaient la lire.

Ces contrats, signés au prix fort par de grosses maisons d'édition, garantissent une bonne visibilité au livre et à son auteur, qui devrait être invité à en faire la promotion à travers le monde.