En voyage au Festival d'Avignon

Avignon, France — Le Festival d'Avignon s'est ouvert hier soir, inhabituellement hors les murs de l'ancienne Cité des Papes, avec un spectacle de Bartabas inspiré par les Tziganes, illustration festive du «voyage et de la rencontre», thème de cette 60e édition.

Ce thème fédérateur du In (jusqu'au 27 juillet) est le choix de «l'artiste associé» 2006, le danseur et chorégraphe franco-serbe d'origine hongroise Josef Nadj. Cette personnalité qui aime marier danse, théâtre, musique et peinture, est a priori moins provocatrice que celle du chorégraphe-plasticien belge Jan Fabre, dont les options artistiques avaient provoqué de vifs débats dans le public et la presse en 2005.

La tension cette année est du côté du Off, qui a toutes les chances de troubler le spectateur avec deux associations distinctes revendiquant le droit au regroupement. D'une part «Avignon festival Off» (avec 642 spectacles recensés) et d'autre part «Avignon festival & compagnies» (850 spectacles et événements), chacune ayant opté pour des dates différentes, du 6 au 30 juillet pour la première et du 7 au 29 juillet pour la seconde.

Ce n'est qu'aujourd'hui que Josef Nadj entrera en scène avec Asobu, le premier des deux grands spectacles présentés cette année dans la cour d'honneur du Palais des Papes. Josef Nadj évoquera aussi sa passion pour les arts visuels et la musique à travers un second spectacle, des expositions de photos et une programmation de jazz notamment hongrois.

Eric Lacascade montera avec son Centre dramatique national de Caen Les Barbares de Gorki, la seconde création 2006 de la cour d'honneur.

D'autres metteurs en scène notables sont conviés: Alain Françon avec Naître, Chaise et Si ce n'est toi du Britannique Edward Bond, le Russe Anatoli Vassiliev avec Mozart et Salieri de Pouchkine et une pièce d'après L'Iliade d'Homère. L'Argentin Marcial Di Fonzo Bo redonnera vie à l'univers de son compatriote et aîné Copi, notamment avec Les poulets n'ont pas de chaises et Loretta Strong.

Jan Lauwers, figure de l'inventivité de la scène flamande, ouvrira son Bazar du Homard avec sa Needcompany, qui présentera également un autre spectacle, La Poursuite du vent.

Le Japon sera évoqué par un montage d'Eric Vigner autour de Marguerite Duras (Pluie d'été à Hiroshima) et la première en France de Gens de Séoul d'Oriza Hirata, mis en scène par Frédéric Fisbach. Ce dernier sera le prochain «artiste associé» en 2007.