Vente aux enchères - Maigres résultats pour les photos de Gaby

Alors que le marché de la photographie est en plein essor et commande partout des prix de plus en plus élevés, on pouvait acheter à Montréal mercredi soir, entre autres photographies exceptionnelles, un célèbre portrait de Louis Armstrong daté de 1967 pour 100 $ et un exceptionnel grand tirage argentique de Guido Molinari daté de 1964 pour 500 $ seulement. Un ensemble de neuf photographies signées, comprenant un Jean Cocteau et un Bertrand Russell, a obtenu 2800 $, le prix de vente le plus élevé de la soirée. Des prix, faut-il le noter, de loin inférieurs à ceux obtenus ailleurs dans le monde pour des photographies d'époque d'une facture similaire.

Il est vrai que le portrait classique est désormais moins en vogue en photographie actuelle. Mais c'est autre chose qu'un effet de vogue qui semble ici en cause pour expliquer l'échec apparent de cette vente.

Le maître de la soirée, Iegor de Saint-Hippolyte, s'est néanmoins dit satisfait des résultats, même s'il croit pour sa part avoir surévalué au départ les prix au catalogue. «Ça s'est tout de même vendu beaucoup plus cher que ça se vendait», a-t-il expliqué en laissant entendre qu'il y aurait d'autres ventes de photographies chez lui. «C'est bien. C'est un départ.»

Le fils du photographe a quant à lui affirmé n'avoir entretenu aucun espoir particulier en acceptant de vendre de telles photos dans une salle de Montréal. «Je m'attendais au pire. L'encanteur, lui, s'attendait à plus.»

À voir en vidéo