Exposition - De livres, de plomb et de symboles

Sûrement l'un des peintres allemands contemporains les plus connus, Anselm Kiefer s'est d'abord confronté à la mémoire refoulée de l'Allemagne. Son art, marqué autant d'une fertilité brutale que d'une formidable inventivité, a provoqué, depuis sa fulgurante ascension à la fin des années 70, une certaine incompréhension. L'impressionnante exposition qui s'ouvre aujourd'hui au Musée d'art contemporain rejette une lecture encore parsemée de malentendus où l'avait enfermé son entreprise de réappropriation de la culture et de l'histoire allemandes, avec notamment des allusions contestées au passé nazi. Privilégiant, au détriment de l'angle «Allemagne, mère blafarde», un univers faustien entre ciel et terre, l'exposition se développe selon une rhétorique dont les figures principales sont la germanité, la cabale, le cosmos, les éléments primordiaux, le sentiment d'un monde perdu ou à redécouvrir.

La couverture de la COVID-19 et les 7 premiers articles sont gratuits.

Vous devez avoir un compte pour en profiter.

Créer un compte

?Déjà abonné? .