Objectif carboneutralité : le secteur laitier voit vert

Évolution, innovation, transformation : grâce à l’engagement et à l’ingéniosité de nos producteurs de lait, qui mettent tout en œuvre pour réduire leur empreinte environnementale, c’est bien parti pour relever le défi !

La cible est ambitieuse – mais réaliste – et elle est prise au sérieux par la communauté tissée serrée des producteurs de lait et de leurs alliés du domaine agro­environnemental. La bonne nouvelle ? Notre secteur laitier a déjà pris une longueur d’avance considérable en matière de développement durable. Il faut dire que les producteurs de lait, qui sont proches de leurs animaux comme de leurs terres et qui vivent en symbiose avec la nature, sont aux premières loges pour constater que les effets dévastateurs des changements climatiques doivent être contrés sans attendre. Et ça ne date pas d’hier ! La majorité des fermes laitières du Québec sont des entreprises familiales qui perdurent, qui s’investissent de génération en génération pour améliorer leur gestion agricole et qui mettent en place des pratiques durables et responsables.

Un engagement sans précédent

Une bonne partie du travail est déjà entamée. Mais nos producteurs laitiers savent qu’il reste encore beaucoup à faire, et ils sont prêts à retrousser leurs manches – et à analyser des données, modernisation des fermes laitières oblige ! – pour continuer sur leur lancée et même accélérer leur virage vert. Ils préparent aussi l’avenir en implantant des solutions innovantes qui profiteront aux générations futures lorsqu’ils leur passeront le flambeau.

Un tel effort collectif, combiné à la transmission des savoirs et à l’accélération des avancées scientifiques en matière de développement durable, fait en sorte que le secteur laitier du Québec est bien placé pour gagner la course contre la montre dans le but d’atteindre la carboneutralité à l’horizon 2050. Un immense chantier qui passe par la réduction et la compensation des émissions de gaz à effet de serre (GES) et par tout un éventail de mesures proactives. Celles-ci visent notamment la protection et la réhabilitation des sols, des systèmes hydriques et de la biodiversité, la réduction et la valorisation des déchets, une gestion optimisée de l’énergie et la mise en place d’une économie circulaire.

D’autres avenues sont également explorées, notamment en ce qui a trait à l’adoption de nouvelles technologies comme les robots d’alimentation générateurs de données et les tracteurs intelligents dotés de GPS, ainsi qu’à l’utilisation – et même à la production – d’énergies vertes. Tout un programme, que la grande famille des producteurs de lait du Québec prend à cœur.

Le projet Agriclimat, au service de la production durable

Parce que les problèmes liés à la crise environnementale sont multiples et que les pistes de solution sont en constante évolution, la question du partage des savoirs est primordiale pour les agriculteurs. Porté par le Conseil pour le développement de l’agriculture du Québec (CDAQ), le projet Agriclimat a répondu à ce besoin en instaurant un réseau de 40 fermes pilotes, dont 10 fermes laitières, qui sont engagées dans la lutte contre les changements climatiques.

Les producteurs de ces fermes, réparties dans 12 régions du Québec, travaillent de façon concertée avec le soutien de conseillers et d’agronomes à la résolution des problèmes propres à leur localisation et à leur secteur d’activité. Parmi ceux-ci, trois chantiers prioritaires ont été identifiés : la diminution des GES, notamment avec le développement d’un outil de haute précision permettant de calculer les émissions de chaque ferme, l’optimisation de la captation carbone dans les sols et, enfin, l’adaptation aux changements climatiques du futur, qui nécessite réflexion et préparation.

Le programme, qui se déploie jusqu’en 2024, est complété en temps réel par des forums régionaux ouverts à tous les producteurs. À terme, le fruit de cette démarche participative sera mis à la disposition de tous les producteurs et conseillers agricoles du Québec.

Les avancées du secteur laitier en chiffres

Le Québec produit presque trois fois moins de GES par litre de lait que la moyenne mondiale, et l’empreinte carbone de notre production laitière a été réduite de 24 % entre 1990 et 2019.

Entre 2011 et 2016 seulement, la consommation d’eau associée à la production d’un litre de lait a diminué de 6 % et l’utilisation des terres de 11 %. Une tendance qui continue à s’améliorer au fil des ans.

En introduisant du lin dans l’alimentation des vaches, on peut réduire de près de 10 % les émanations de méthane produites par leur digestion.

Au Québec, 25 % des producteurs laitiers ont installé des ruches sur leurs terres – ou permis à des apiculteurs d’installer les leurs – pour accueillir des abeilles pollinisatrices.

Le Fonds de recherche du Québec – Nature et technologie (FRQNT) et le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) ont octroyé en avril 2022 près de 13 millions de dollars pour la recherche en agriculture durable.

Pour en savoir plus sur les efforts des producteurs de lait du Québec.
Tous nos reportages :

Six actions clés
À ne pas manquer : les six actions clés qui permettent à notre secteur laitier de réduire ses émissions de GES et d’être l’un des plus proactifs sur la planète.

Le bien-être animal, une priorité
À ne pas manquer : une rencontre avec la productrice Sabrina Caron, qui s’est donné pour mission de faire sa petite révolution et qui a fait du confort animal une priorité.

L’évolution tranquille d’une ferme traditionnelle
À ne pas manquer : une rencontre avec le producteur visionnaire Sylvain Laroche, qui s’investit depuis 26 ans dans le virage vert de sa petite ferme laitière.

Le respect de la nature en héritage
À ne pas manquer : les gestes environnementaux et les pratiques de consommation responsable mises en œuvre sur la ferme laitière de la productrice Sylviane Beaudry.

Retrouvez notre cahier complet.

Les Producteurs de lait du Québec s’occupent des tâches administratives et politiques reliées à la production laitière. Ainsi, les producteurs peuvent se concentrer sur ce qu’ils aiment le plus et font le mieux : prendre soin de leur ferme et de leurs animaux !

Ce contenu a été produit par l’équipe des publications spéciales du Devoir en collaboration avec l’annonceur. L’équipe éditoriale du Devoir n’a joué aucun rôle dans la production de ce contenu.

Pour en savoir plus sur Les Producteurs de lait du Québec