Table pour tous

Comment faire plaisir à tous les convives, peu importe leur régime et leurs restrictions alimentaires ? Il suffit d’un peu d’imagination et d’un minimum de préparation pour tirer son épingle du jeu pendant le temps des fêtes. Plan de match.

De plus en plus de gens portent une attention particulière à leur alimentation pour des raisons liées à leur santé, à leurs valeurs ou à leurs préoccupations environnementales. Au point où l’on doit maintenant s’informer sur les préférences de chacun au moment de lancer les invitations. C’est la clé pour planifier un menu rassembleur et ne pas avoir à cuisiner un plat spécial à la dernière minute lorsqu’on apprend que la nouvelle blonde du beau-frère est végétalienne et intolérante au gluten.

Grandes tablées, plats à partager

Plutôt que de se creuser la tête pour trouver le plat principal qui fera l’unanimité (bonne chance !), on peut s’inspirer des restaurants qui délaissent les repas linéaires – amuse-bouche, entrée, plat principal et ses accompagnements avant le dessert – et proposent plutôt une formule d’assiettes à partager. Présenter deux ou trois plats à la fois en commençant par les plus légers et en offrant toujours des options carnées et sans viande, par exemple, permet aux convives de choisir ce qui leur convient et de se resservir lorsqu’ils en ont envie. Ce service communal, dit « à l’anglaise », décontracté et propice à la fête, facilite aussi la tâche aux hôtes, qui servent les plats à leur rythme et n’ont pas à remplir des assiettes individuelles.

Que la fête végé commence

Comme le démontrent des chefs comme Yotam Ottolenghi (auteur omnivore de Plenty) et le Québécois Jean-Philippe Cyr, la cuisine sans viande peut être généreuse, gourmande, élégante et santé en prime. Le « rôti » de chou- fleur entier, le bourguignon de champignons, la lasagne aux légumes grillés ou le Wellington de betteraves sont aussi satisfaisants, sinon plus, que leurs versions carnées. On peut aussi emprunter des recettes aux cuisines de l’Afrique du Nord, du Moyen-Orient et de l’Inde, qui mettent tout particulièrement les légumes, légumineuses et grains à l’honneur.

Un truc pour ne pas trop se casser la tête : présenter à part certaines garnitures, par exemple des croûtons ou du fromage normalement servis sur une salade, et laisser chacun se servir. Les « sans » (gluten ou produits laitiers) vous remercieront.

Pour boucler le repas, l’incontournable plateau de fromages du Québec peut inclure quelques « fauxmages » locaux faits de noix, d’huile et de soja fermenté. À découvrir ! Du côté des desserts, on trouve de plus en plus de recettes sans œufs, sans produits laitiers ni gluten sur le Web, comme le saucisson au chocolat ci-contre. Pour se simplifier la vie, on peut aussi faire comme les Italiens et servir des fruits rafraîchis et des grains de raisin congelés avec du chocolat noir artisanal, ou un choix de sorbets et de nice cream au lait de coco accompagnés de biscottis.

Allergies et intolérances, mode d’emploi

Si un invité souffre d’une allergie ou d’une intolérance alimentaire potentiellement dangereuses pour la santé, l’ingrédient en question ne doit pas figurer au menu. Si cela s’avère impossible, les plats individuels qui lui sont destinés doivent être préparés en portant attention à la contamination croisée. On peut aussi demander à l’invité de fournir un ou des plats pouvant être consommés sans risque – et que pourront découvrir les autres convives.

Rachelle Béry, une adresse pour tout trouver

La première épicerie Rachelle Béry a fait sa petite révolution dans les années 1980 en offrant une alternative santé aux Québécois soucieux de leur alimentation. La bannière, qui compte aujourd’hui 10 épiceries de quartier et plus de 90 espaces santé situés à l’intérieur de supermarchés IGA, poursuit aujourd’hui cette mission avec son offre de produits biologiques, naturels, écoresponsables et locaux.

Que l’on soit à la recherche de lait de soja, de beurre végane, de levure alimentaire, de laitues hydroponiques du Québec, de pains et desserts sans gluten, de fromages sans produits laitiers, de fruits de mer et de poissons issus de la pêche responsable, de viandes biologiques, de plats préparés santé ou de vins bio, c’est l’adresse à retenir pour combler les végétariens, les flexitariens et les personnes qui ont des intolérances alimentaires. Par souci environnemental, certains produits sont offerts en vrac, et un service d’écolivraison de quartier est offert.

Tofu laqué à l’érable et au sésame

Des bouchées végé et protéinées pour l’apéro, qui auront belle allure à côté du plateau de charcuteries bio locales.
Recette : rachellebery.ca

60 ml (¼ tasse) de farine de blé entier
5 ml (1 c. à thé) de gingembre moulu
450 g (1 lb) de tofu ferme, en cubes
5 ml (1 c. à soupe) d’huile de canola
60 ml (¼ tasse) de sirop d’érable
45 ml (3 c. à soupe) de sauce tamari
5 ml (1 c. à thé) de sambal oelek
5 ml (1 c. à thé) de fécule de maïs
45 ml (3 c. à soupe) de graines de sésame blanches
Une pincée de fleur de sel


Dans un grand bol, mélanger la farine et le gingembre moulu. En enrober les cubes de tofu.

Dans une grande poêle, faire chauffer l’huile à feu moyen vif et faire revenir les cubes de tofu sur tous les côtés ; ajouter de l’huile au besoin. Réserver.

Dans un autre bol, mélanger le sirop d’érable, la sauce tamari, le sambal oelek et la fécule de maïs. Verser dans la poêle et laisser bouillir doucement de 3 à 4 minutes, jusqu’à ce que le mélange soit sirupeux.

Déposer les graines de sésame dans un bol.

Retirer la laque du feu et déposer quelques cubes à la fois dans la poêle en les tournant pour qu’ils soient bien enrobés du mélange. Piquer un cure-dents dans chaque cube et tremper les bouchées dans les graines de sésame.

Saupoudrer les cubes de tofu d’une pincée de fleur de sel et servir tiède.

Saucisson des fêtes au chocolat

Un classique italien végétalien, sans gluten et sans produits laitiers, qui est aussi beau que bon.
Recette : rachellebery.ca

300 g de pastilles de chocolat noir
125 ml (½ tasse) d’huile de coco
125 ml (½ tasse) de lait de coco
12 biscuits au gingembre
70 g d’amandes grillées
70 g de noisettes grillées
50 g de pistaches grillées
30 g de gingembre
30 g d’ananas séché
6 pruneaux séchés, dénoyautés
30 g de canneberges séchées
30 g de cacao
5 ml (1 c. à thé) de cannelle
1 ml (¼ c. à thé) de muscade
6 gousses de cardamome
1 pincée de sel
7,5 ml (1   ½ c. à thé) de zeste d’orange
7,5 ml (1   ½ c. à thé) de zeste de citron
18 g de noix de coco
22 g de sucre en poudre


Au bain-marie, faire fondre à feu doux le chocolat dans l’huile de noix de coco et le lait de coco.

Envelopper les biscuits dans un linge à vaisselle propre et les réduire en gros morceaux avec un rouleau à pâte.

Hacher grossièrement les noix et les fruits séchés.

Déposer les biscuits, les noix et les fruits séchés dans un grand bol. Ajouter le cacao, les épices, le sel et les zestes. Bien mélanger.

Verser la préparation au chocolat sur le mélange de biscuits et de noix. Mélanger à la spatule pour bien enrober tous les ingrédients.

Recouvrir une planche à découper d’un morceau de pellicule plastique. Verser la moitié de la préparation au chocolat au centre de la pellicule, replier le plastique sur la préparation et former un saucisson d’environ 15 cm (6 po) de diamètre en pressant bien pour lisser la surface et éliminer l’air. Refermer le cylindre en tortillant les deux extrémités de la pellicule. Répéter l’opération avec l’autre moitié de la préparation. Réfrigérer de 3 à 4 heures.

Déposer la noix de coco râpée dans le récipient d’un robot culinaire et la réduire en poudre fine. Mélanger avec le sucre en poudre et verser la préparation sur un plan de travail propre.

Sortir les saucissons du réfrigérateur lorsqu’ils sont bien fermes. Retirer la pellicule plastique et les rouler dans le mélange de noix de coco pour leur donner l’aspect d’un vrai saucisson. Si désiré, ficeler pour parfaire l’illusion.

Au service, couper des tranches fines avec un couteau bien affûté. Les saucissons se conservent au frigo dans un contenant hermétique de 10 à 12 jours.

Des recettes pour les fêtes

En panne d’idées ? Le site de Rachelle Béry propose une foule de recettes inspirantes à découvrir, en plus de celles qu’on vous présente.

Pour en savoir plus : rachellebery.ca



Rachelle Béry est née il y a plus de 35 ans à l’angle des rues Rachel et Berri, avec une mission avant-gardiste pour cette première épicerie de produits naturels : apporter un vent nouveau à la façon dont les Québécois prennent soin de leur santé. Notre clientèle peut s’approvisionner l’esprit tranquille avec des produits biologiques, naturels ou locaux sélectionnés avec rigueur, sans agents de conservation chimiques, additifs, colorants ou arômes artificiels. Depuis, c’est une génération entière que nous avons accompagnée vers le mieux-être. 

Ce contenu a été produit par l’équipe des publications spéciales du Devoir en collaboration avec l’annonceur. L’équipe éditoriale du Devoir n’a joué aucun rôle dans la production de ce contenu.

Pour en savoir plus sur Rachelle Béry