Plein air : cet été, on passe à l’action !

La via ferrata du parc national du Mont-Tremblant.
Photo: Steve Deschênes La via ferrata du parc national du Mont-Tremblant.
Randonnées, excursions, parties de pêche, baignade, sports aquatiques : sur les territoires de la Sépaq, on a de quoi s’occuper ! Par où commencer ? Voici six activités coups de coeur pour profiter à fond de la belle saison.

RANDOS TOUS NIVEAUX

Pour découvrir les plus beaux paysages
Près des grands centres comme dans les régions les plus éloignées du Québec, la Sépaq offre plus de 200 sentiers de randonnée qui conviennent à tous les niveaux, des plus faciles pour les balades en famille aux plus exigeants pour ceux qui aiment relever des défis. Tous les sentiers sont remarquablement aménagés et balisés, et leur degré de difficulté est bien identifié.

La randonnée pédestre est non seulement un exercice bénéfique pour la santé physique (bonjour le cardio !) et mentale, puisque ses effets antistress sont éprouvés, mais aussi l’un des meilleurs moyens de découvrir les plus beaux coins du Québec. Ainsi, le sentier La Chouenne du parc national des Grands-Jardins (niveau intermédiaire), qui grimpe à 730 mètres d’altitude, offre une vue spectaculaire sur la vallée et la façade du mont du Gros Bras. Le sentier Le Confluent du parc national de la Jacques-Cartier (niveau facile), pour sa part, permet aux promeneurs d’explorer un delta grouillant de vie et de découvrir une variété d’habitats terrestres, humides et aquatiques. Envie de faire une balade dans le temps ? Le sentier du Calvaire d’Oka, dans le parc national du même nom (niveau facile), intéressera les amateurs d’histoire. Ce chemin de croix, aménagé à l’origine par les Sulpiciens, mène à un point de vue panoramique ponctué de trois chapelles datant du 18e siècle. Pour profiter pleinement du caractère historique de cette randonnée, il est conseillé de se munir du carnet d’auto-interprétation à l’entrée.

Les randonneurs qui apprécient les circuits prolongés peuvent passer une nuitée dans un refuge, qu’on trouve dans les parcs nationaux des Grands-Jardins, de la Gaspésie, du Fjord-du-Saguenay, du Mont-Orford, du Mont-Tremblant, du Mont-Mégantic et des Monts-Valin. Autre option : planter sa tente dans l’un des nombreux sites de camping rustique aménagés partout au Québec par la Sépaq.
Photo: Stéphane Audet La Sépaq offre plus de 200 sentiers de randonnée.

OBSERVATION DE LA FLORE ET DE LA FAUNE

Pour capter des moments inoubliables
Les randonnées pédestres permettent aussi de se connecter à la nature et de vivre des expériences mémorables en se familiarisant avec la flore et en observant les nombreuses espèces d’animaux qui vivent dans les forêts du Québec. Pour préserver ces écosystèmes fragiles, la cueillette est interdite dans tous les parcs nationaux, et il est conseillé de se munir de lunettes d’approche pour admirer les animaux à distance afin de ne pas les effaroucher, de respecter leur habitat naturel et de ne pas altérer leur comportement face aux humains.

Parmi les meilleures destinations d’observation de la faune, on compte le parc national de Plaisance, en Outaouais, pour ses castors, ainsi que la réserve faunique de Matane et le parc national de la Gaspésie pour le majestueux orignal qu’on a plus de chances de croiser pendant les mois d’été. Le parc national du Bic, pour sa part, est célèbre pour ses phoques et celui du Fjord- du-Saguenay, pour ses bélugas. Et c’est sans compter les incontournables fous de Bassan du parc national de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé !
Photo: Mathieu Dupuis Les fous de Bassan de l’île Bonaventure.

PARCOURS VIA FERRATA

Pour des ascensions pas banales
Hybride entre l’escalade et la randonnée, la via ferrata est un itinéraire aménagé sur des parois rocheuses, qui fait fureur auprès des jeunes et des ados. Des câbles d’acier et des prises ou échelons métalliques facilitent les déplacements et les rendent plus sécuritaires. Cette activité, qui peut être intégrée à une randonnée, se pratique en petit groupe dans quatre destinations de la Sépaq, sous la supervision d’un guide, et ne nécessite pas de compétences spécifiques. Il faut cependant avoir une bonne forme physique et, selon la destination, l’âge minimum requis est de 8, 11 ou 12 ans. À noter : l’équipement de sécurité est fourni pour cette activité payante.

De très beaux parcours de via ferrata ont été aménagés un peu partout au Québec. Celui de la faille de Boischatel, au parc de la Chute-Montmorency, est accessible à tous et offre une vue imprenable sur l’île d’Orléans. On peut aussi jumeler cette expérience à une activité de tyrolienne totalement décoiffante, qui permet de traverser l’anse de la chute – et de frôler celle-ci – avant d’atterrir près du belvédère de La Baronne. À découvrir aussi : le circuit de la baie Éternité, dans le parc national du Fjord-du-Saguenay, qui donne accès à des points de vue incroyables, celui du parc national du Mont-Tremblant, où les amateurs de sensations fortes franchissent des ponts et passerelles surplombant la rivière du Diable, et celui du parc national des Grands-Jardins, qui offre deux itinéraires sur la paroi rocheuse du mont du Lac des Cygnes dans un cadre exceptionnel.

BAIGNADE ET SPORTS NAUTIQUES

Pour plonger dans l’été
Les lacs, rivières et côtes maritimes ne manquent pas au Québec, et la Sépaq offre tout un menu d’activités pour en profiter. Six plages surveillées accueillent le public dans les parcs nationaux de Frontenac, d’Oka, du Mont-Orford et de la Yamaska, ainsi que dans le Centre touristique du Lac-Simon et la Station touristique Duchesnay. Elles sont toutes équipées de blocs sanitaires, de tables de pique-nique et de centres de location d’équipement nautique. Certains sites disposent aussi d’aires de jeux, de barbecues, et même de casse-croûte et de dépanneurs.

Sur les plages surveillées comme dans de nombreux territoires et parcs nationaux de la Sépaq, on peut pratiquer une foule de sports nautiques et louer de l’équipement, comme des pédalos, des canots, des kayaks et des planches à pagaie. Bonne nouvelle pour les parents : c’est gratuit pour les moins de 18 ans. Pour découvrir les milieux marins, on peut profiter d’excursions guidées en kayak dans les parcs nationaux du Bic et du Fjord-du-Saguenay. Ces embarcations silencieuses et discrètes, pouvant être maniées par des pagayeurs débutants, sont idéales pour observer les oiseaux et animaux marins.
Photo: Content Contenu La plage d’Oka, une destination classique pour les vacances.

PARTIES DE PÊCHE

Pour s’amuser en famille
Le Québec compte d’innombrables lacs grouillant de truites mouchetées, de dorés et de brochets, et de majestueuses rivières où on peut se mesurer au combatif saumon. À l’intention de ceux qui désirent s’initier à ce sport de plus en plus prisé, la Sépaq a préparé un guide pratique pour les nouveaux adeptes. On y trouve les instructions pour obtenir des droits d’accès, acheter un permis de pêche, planifier sa visite, choisir son lac, ainsi qu’un lien menant vers L’ABC de la pêche à l’omble de fontaine (ou truite mouchetée), qui est la prise parfaite pour les néophytes. Ce document très détaillé aborde l’équipement requis, la façon de monter une ligne, les cuillères ou les mouches à utiliser, les techniques de pêche, les endroits stratégiques pour mettre sa ligne à l’eau, et bien plus. Même les pêcheurs avertis y apprennent toujours quelque chose !

La Sépaq propose des activités de pêche à la journée, qui incluent les droits d’accès et les embarcations, ainsi que des séjours de pêche avec hébergement en chalet, camp rustique ou camping. Mais, peu importe le type d’hébergement, le plaisir de déguster ses prises reste le même, surtout lorsqu’on les fait cuire sur un feu de bois. Enfin, parce qu’on a pensé à tout, les forfaits de pêche familiale avec séjour en chalet s’effectuent dans des secteurs faciles d’accès.
Photo: Fokus Productions Pêcher la truite à la réserve faunique de Port-Cartier-Sept-Îles.

ACTIVITÉS DE DÉCOUVERTE

Pour comprendre la nature qui nous entoure
Les parcs nationaux du Québec proposent de nombreuses activités permettant aux visiteurs (petits et grands !) d’en savoir plus sur la faune et la flore locales, les initiatives de préservation du territoire ainsi que son histoire. Des expositions, sentiers et panneaux de découverte permettent à chacun de s’informer, et des discussions spontanées peuvent être entamées avec les garde-parcs, des passionnés qui connaissent leur sujet à fond. Les parcs nationaux proposent également des activités animées telles que randonnées guidées, causeries et pièces de théâtre, en majorité gratuites pour les moins de 18 ans.

Pour en savoir plus : sepaq.com/quoi-faire/


Forte de l’engagement de son équipe, la Sépaq met en valeur les territoires et les actifs publics qui lui sont confiés et en assure la pérennité au bénéfice de sa clientèle, des régions du Québec et des générations futures. Elle connecte les gens à la nature.

Ce contenu a été produit par l’équipe des publications spéciales du Devoir en collaboration avec l’annonceur. L’équipe éditoriale du Devoir n’a joué aucun rôle dans la production de ce contenu.

Pour en savoir plus sur la Sépaq