Le côté humain de la traduction

La traduction professionnelle est plus que jamais essentielle au développement économique, car elle ouvre de nouveaux horizons et permet aux entreprises de conquérir de nouveaux marchés.
Photo: Michèle Grenier La traduction professionnelle est plus que jamais essentielle au développement économique, car elle ouvre de nouveaux horizons et permet aux entreprises de conquérir de nouveaux marchés.
Dans le contexte de la mondialisation et des progrès fulgurants en traduction automatique, le capital humain, avec ce qu’il comporte de sensibilité, de culture et d’expérience, prend toute sa valeur. L’équipe de Sematos, un cabinet de traduction en pleine croissance basé à Québec, le démontre noir sur blanc.

Chez Sematos, on a l’esprit d’équipe. Au point où le président, Manuel Fresnais, a tenu à ce que l’entrevue se déroule non pas en privé, mais en compagnie de ses collègues de la direction. « Lorsque j’ai débuté dans le métier en croyant devenir travailleur autonome, j’ai vite constaté que le cliché du traducteur seul avec son chat dans son sous-sol, ce n’était pas pour moi. J’aime travailler entouré de gens et c’est pour cette raison que j’ai fondé le cabinet en 2011. » Dix ans plus tard, le voici à la tête d’une équipe tricotée serrée travaillant en parfaite collégialité dans un espace lumineux du quartier Saint-Roch.

Un parti pris pour la diversité Pour le président de Sematos, chaque employé contribue au succès de l’entreprise. « Lorsque nous recrutons, nous recherchons des profils un peu atypiques. Nos traductrices et réviseures – j’emploie le féminin générique car les femmes sont surreprésentées dans le métier – ont vécu des expériences différentes, ont suivi des formations distinctes, et leur culture générale est bien développée. C’est ce qui nous enrichit. » Manuel Fresnais, à l’instar de son équipe, apporte à l’entreprise un bagage éclectique, puisqu’il a travaillé pendant dix ans comme technicien médical dans les Forces armées avant de se réorienter en traduction. Une expérience qui lui a bien servi. « Ce passé militaire a joué un rôle dans ma résilience en tant qu’entrepreneur, et m’a aussi appris à me fier à mon instinct. J’ai fait un MBA afin d’être bien outillé pour la croissance, et cet instinct, qui me sert toujours, s’appuie aujourd’hui sur l’analyse et les données. »

Photo: Michèle Grenier
Les clés du succès L’approche a porté fruit. « Chaque année, l’équipe de direction prend la résolution de se consacrer au perfectionnement des processus plutôt qu’à la croissance – c’est devenu un running gag – mais on se retrouve toujours à gérer les deux de front », commente le président. Ce qui explique ce succès : une fois sa notoriété bien établie, Sematos a attiré d’importants clients, qui ont passé le mot à leurs fournisseurs et ainsi de suite.

« C’est l’effet boule de neige, souligne la directrice des opérations Laurie Fournier. Nous établissons une relation de confiance avec chacun de nos clients en leur offrant une attention personnalisée. Nous leur attribuons un chargé de projet qui propose un plan de travail pour l’ensemble des traductions, et un contrôle de la qualité s’effectue tout au long du processus. » Le cabinet, qui traite des textes portant sur une grande variété de sujets, accorde une attention particulière à l’attribution des dossiers. « Nous nous efforçons toujours de répartir le travail en fonction des intérêts de nos traductrices, poursuit Manuel Fresnais, et nous cherchons même à développer une clientèle qui fera appel à leur expertise. » De plus, la collégialité, principe fondateur qui sous-tend le travail chez Sematos, fait en sorte que plusieurs traductrices peuvent se pencher sur le même dossier. Résultat de cette approche collaborative : le travail en équipe est stimulant et enrichissant, l’expertise est décuplée, les textes gagnent en précision comme en qualité. Une valeur ajoutée qui ne passe pas inaperçue.

Photo: Michèle Grenier
L’humain au cœur de la stratégie d’affaires La main-d’œuvre se raréfie, le taux de rétention est à la baisse, le marché de la traduction est de plus en plus concurrentiel. Comment le cabinet tire-t-il son épingle du jeu ? La réponse est simple : en misant sur le capital humain. « Nos forces principales sont l’écoute et la proximité avec nos employés, souligne Catherine Lavoie, conseillère en ressources humaines. Les suggestions sont bien accueillies et nous les mettons en pratique lorsqu’elles sont pertinentes. Nous avons adopté une politique de flexibilité pour le télétravail bien avant la pandémie, et nous offrons des avantages qui répondent aux attentes et aux besoins de nos employés. Ainsi, il y a deux ans, Sematos a été une des premières entreprises au Québec à offrir les services de télémédecine 24/7, qui traite aussi bien de la santé physique que mentale. Autre exemple : notre programme d’accueil et d’intégration ainsi que de formation continue par les pairs. »

De telles initiatives mobilisent les employés et rejoignent directement leurs valeurs. Il faut dire que l’équipe de traductrices est jeune. « Le cabinet entretient une belle proximité avec l’Université Laval en participant à des soirées carrières, en offrant des stages et en lançant des périodes d’embauche en fin de session, souligne Catherine Lavoie. Cela nous permet de recruter de très, très bonnes traductrices, que nous accueillons, tout comme le reste de nos employés, avec un programme structuré d’encadrement et de formation. »

Un bénéfice appréciable lorsqu’on s’entoure de jeunes recrues : leur aisance naturelle avec les nouvelles technologies, qui sont aujourd’hui indissociables de la traduction. À commencer par l’intelligence artificielle (IA).

Photo: Michèle Grenier
L’IA au service des traducteurs La traduction automatique (TA), qui se développe à toute vitesse, inquiète le milieu. Mais d’après Manuel Fresnais, elle constitue plutôt une ressource fort intéressante – et ce n’est pas demain la veille qu’elle va remplacer les humains. « La montée du numérique fait en sorte que la demande de contenu à traduire connaît une croissance exponentielle. L’IA fournit des outils supplémentaires aux traducteurs, ce qui leur permet de mieux répondre à la demande, du point de vue quantitatif comme du point de vue qualitatif. »

Comment fonctionne la TA, au juste ? Julien Gagnon, directeur de la qualité chez Sematos, nous éclaire sur la question. « Nous utilisons des moteurs de TA personnalisés – qui sont à la base des algorithmes d’IA – que nous avons entraînés avec notre propre corpus. Autrement dit, ce sont nos projets antérieurs qui leur ont montré à traduire et à utiliser notre lexique en priorité. Il en résulte de la matière première pour nos traductrices et nos réviseures qui, seules, détiennent la touche humaine, le discernement et les expertises langagières pour en tirer une excellente traduction. » Fait à noter : les données traitées au cabinet par ces moteurs de TA payants sont strictement confidentielles, alors que les services gratuits des géants du numérique peuvent réutiliser le contenu traduit à leurs propres fins.

À l’ère de la mondialisation, les technologies émergentes permettent aux traducteurs de travailler plus vite et de façon plus précise. Une bonne chose, car le rythme ne cesse de s’accélérer : partout sur la planète, le volume des traductions augmente au même rythme que les exigences qualitatives. « Les entreprises qui se développent à l’international, et elles sont nombreuses, doivent devenir de plus en plus locales dans leurs marchés si elles veulent réussir, déclare Julien Gagnon. Prenons l’exemple des jeux vidéo japonais, qui n’étaient exportés qu’en langue anglaise il y a une vingtaine d’années. Aujourd’hui, les mêmes producteurs diffusent leurs jeux dans une multitude de langues. »

La traduction professionnelle est plus que jamais essentielle au développement économique, car elle ouvre de nouveaux horizons et permet aux entreprises de conquérir de nouveaux marchés. « Pour que les concepts traversent les frontières, l’expertise langagière doit s’appuyer sur une connaissance approfondie du public et des marchés visés, conclut Manuel Fresnais. Grâce à son expertise pluridisciplinaire, l’équipe de Sematos est bien outillée pour faire voyager les idées. »

Pour information : sematos.ca

Ce contenu a été produit par l’équipe des publications spéciales du Devoir en collaboration avec l’annonceur. L’équipe éditoriale du Devoir n’a joué aucun rôle dans la production de ce contenu.

Pour en savoir plus sur Sematos