Sainte-Catherine Ouest : De plus en plus gourmande

Photo: @Frédérique_Ménard-Aubin @Ville de Montréal
Du boulevard Saint-Laurent jusqu’à la rue Atwater – en faisant quelques détours –, la rue Sainte-Catherine Ouest est une destination gastronomique incontournable qui propose des expériences culinaires de plus en plus variées. Nos bonnes – et nos nouvelles – adresses pour découvrir des saveurs d’ici et d’ailleurs. Entre une séance de magasinage et une incursion culturelle au centre-ville !

Avec ses trois foires alimentaires et sa belle brochette de repaires bistronomiques ou de tables classiques, la rue Sainte-Catherine Ouest, qui fait l’objet d’un ambitieux réaménagement, est le lieu idéal à parcourir pour découvrir les saveurs 100 % Montréal. Et ce, tout en encourageant nos restaurateurs, qui rivalisent de créativité et d’inventivité. Voici quelques haltes connues ou inédites, à explorer avec plaisir et sans attendre.

Les foires alimentaires
LE CENTRAL
Pour la diversité gastronomique à prix accessibles

30, rue Sainte-Catherine Ouest
Le Central offre tout un éventail de saveurs aux épicuriens qui veulent manger sur le pouce dans une ambiance relax. Placé sous le signe de la diversité montréalaise, ce concept foodhall est le fruit d’une collaboration entre la Société de développement Angus et La Tribu. L’aire commune, où l’on s’assoit à de grandes tables, abrite des kiosques occupés par des restaurateurs établis ou émergents. Coup de cœur pour le snack-bar Le Super qualité, qui nous fait découvrir la cuisine de rue du sud de l’Inde, comme les irrésistibles Dahi Batata Puri, petites coquilles croustillantes remplies de pommes de terre et de pois chiches garnies de yogourt et de chutney au tamarin. Arrêt recommandé chez Morso, antenne de la chaîne No 900, pour découvrir l’authentique pizza al taglio cuite sur de grands plateaux rectangulaires, avec croûte épaisse et garnitures généreuses (courgette et ricotta, pancetta coppata et noisettes grillées). À dévorer sur place ou à emporter !
Photo: Alexis Meziere-Devouge

TIME OUT MARKET MONTRÉAL
Pour une expérience gastronomique locale

705, rue Sainte-Catherine Ouest
Le premier « Market » été créé à Lisbonne en 2014 avec l’objectif de démocratiser la fine cuisine. Même approche pour la foire du Centre Eaton, qui vient de rouvrir ses portes avec une offre de restaurants renouvelée. On retrouve avec joie les fameux plaisirs coupables du Burger T ! de Normand Laprise, les remarquables pâtes artisanales du Il Miglio et le divin menu haïtien de Paul Toussaint. Sans oublier le poulet frit karaage du comptoir Marusan, la fine cuisine de rue vietnamienne du Red Tiger et l’excellente pizza napolitaine de Moleskine. Parmi les nouveaux arrivés, notons Campo, filiale du restaurant Ferreira qui propose un poulet portugais, Blossom et son élégante cuisine néo-japonaise, le Taj et son célèbre poulet au beurre ou Casa Kaizen et ses tacos fusion végétaliens. On peut aussi s’offrir un verre au bar à vin, au bar à bière ou, pour les plus sages, au bar à sodas.
Photo: JF Galipeau

LE CATHCART
Biergarten + restos : la formule gagnante

1, Place Ville-Marie
Dans un lumineux et spectaculaire pavillon de verre sur l’emblématique esplanade de la place Ville-Marie, le Cathcart abrite un classique biergarten (ou brasserie à ciel ouvert en allemand), des comptoirs restaurants et un jardin urbain qui est aussi un espace de vie offrant un autre point de vue sur le centre-ville. Une formule qui met l’humain au cœur de l’expérience, et qui est aussi accueillante pour les travailleurs des tours de bureaux que pour les gourmands de passage. Avec ce projet urbain signé Sid Lee Architecture, en collaboration avec Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes, on peut dire que les foires alimentaires prennent du galon. Quant à l’expérience culinaire, même si la pandémie a réduit l’offre, elle est très diversifiée. Citons Karma Poké (bar à pokés personnalisés), Chikin (poulet frit coréen), Tulum Taqueria (cantine mexicaine), Omnivore (mezzés et spécialités libanaises). Et on n’oublie pas un arrêt très recommandé chez Hà, antenne comptoir du restaurant de l’avenue du Mont-Royal, où l’on marie avec brio les saveurs des cuisines vietnamienne et laotienne.

Quelques bonnes adresses
LES ENFANTS TERRIBLES
Pour la table. Et la vue !

1, Place Ville-Marie
Juché au 44e étage de la PVM, ce restaurant spectaculaire offre un point de vue à couper le souffle sur Montréal – il ne faut pas rater la terrasse en plein ciel, idéale pour le cinq à sept. La cuisine est à la hauteur, avec un menu brasserie relax et soigné qui décline burgers, tartares et poissons grillés. À noter : le restaurant adhère au programme Aliments du Québec et favorise les produits locaux et de saison. On apprécie !

BAR FURCO
Pour les cocktails et grignotis

425, rue Mayor
Situé en retrait de la rue Sainte-Catherine, ce bar sympathique, une fois découvert, convertit instantanément les visiteurs en habitués. Et pour cause : le décor signé Zébulon Perron est à la fois urbain, accueillant et aéré, avec sa grande fenestration et ses hauts plafonds. On s’y rend à deux ou entre amis à l’heure de l’apéro pour échanger autour d’un verre (très belle sélection de vins) en grignotant des plats à partager. Et on finit souvent par y passer la soirée !

CAFÉ PARVIS
Pour l’ambiance relax

433, rue Mayor
En passant la porte du petit frère du Bar Fulco, on relaxe presque instantanément. Le décor, également signé Zébulon Perron, est cozy et hyper accueillant avec ses plantes et sa dominante de bois. C’est l’endroit parfait pour travailler au clavier en prenant un café, pour bruncher (en pleine semaine !) ou prendre un repas léger – tataki, pizza, salade – à toute heure du jour.

MARCUS
Pour s’offrir une soirée mémorable

1 440, rue de la Montagne
Ouvert récemment dans l’écrin du Four Seasons, le restaurant du grand chef new-yorkais est un véritable bijou avec son décor étincelant. Marcus Samuelsson, origines suédoises obligent, est le maître des poissons et fruits de mer, qui sont cuisinés ici à la perfection. Il est d’ailleurs un grand fan de nos produits locaux et les met en valeur avec sa touche distinctive. À ne pas rater : la magnifique terrasse, qui offre une vue imprenable sur la murale qui rend hommage à Leonard Cohen.

FERREIRA
Pour faire escale au Portugal

1 446, rue Peel
À un jet de pierre de la rue Sainte-Catherine, ce restaurant classique et toujours chic attire les gens d’affaires depuis plus de vingt ans. Si on aime le poisson et les fruits de mer de première fraîcheur, apprêtés simplement pour en préserver la saveur, c’est ici que ça se passe. En prime : un service impeccable et une ambiance toujours festive, qui a quelque chose à voir avec le plaisir des convives et les azulejos ensoleillés qui ornent les murs.

KOA LUA
Pour une halte poké

1 446, rue Sainte-Catherine Ouest
Envie d’un lunch rapide ? Koa Lua offre d’excellents bols pokés – cubes de saumon ou de thon cru sur riz ou salade – à déguster au comptoir ou à emporter. La carte est courte mais alléchante, et les végétaliens trouveront aussi leur compte avec une version tofu de la spécialité hawaïenne. Bon point pour le décor coloré qui évoque les îles.

KAZU
Beau, bon, pas cher et authentiquement japonais

1 844, rue Sainte-Catherine Ouest
Ce petit izakaya – ou brasserie japonaise – est toujours bondé et pour cause : ici, tout est bon, authentique et vraiment pas cher. Le chef Kazuo Akutsu propose des plats décontractés comme le chirashi-zuchi (sashimi et salade), l’okonomiyaki (crêpe aux légumes et crevettes) et le nabémono végétarien (soupe de tofu et légumes). Tout est préparé à la minute dans la cuisine ouverte, et l’ambiance est toujours très animée. Une bonne adresse pour manger vite et bien !

La Ville de Montréal soutient les entreprises montréalaises en cette période de relance économique, notamment celles du centre-ville. La transformation de la rue Sainte-Catherine Ouest vise à en faire une artère commerciale plus vibrante, divertissante, inspirante et tournée vers l’avenir.  

Ce contenu a été produit par l’équipe des publications spéciales du Devoir en collaboration avec l’annonceur. L’équipe éditoriale du Devoir n’a joué aucun rôle dans la production de ce contenu.