L’Université Laval au coeur de la francophonie

Par Maude Dumas
Collaboration spéciale

Mondialisation oblige, nous devons faire face à l’anglicisation des communications dans les domaines des sciences, des affaires, de la culture et du savoir. Porte-étendard de la valorisation de la francophonie, l’Université Laval joue un rôle fédérateur dans la promotion de la langue française – et dans son rayonnement culturel – ici comme à l’international.

Sur l’échiquier mondial, on peut considérer le Québec – et, par analogie, la ville de Québec et l’Université Laval –comme un véritable centre d’excellence en matière de culture francophone. « Notre université prend très au sérieux le rôle unique qu’elle joue dans la francophonie, soutient Yan Cimon, vice-recteur adjoint aux affaires externes, internationales et à la santé, ainsi que directeur des affaires internationales et de la Francophonie. Nous nous faisons un point d’honneur d’enseigner en français, de faire de la recherche en français, d’interagir avec la francophonie élargie dans le cadre de projets de développement et, finalement, d’offrir une voie de passage vers le français à ceux qui n’en sont pas d’emblée des locuteurs. » Pour lui, une chose est certaine : la langue française fait partie intégrante de l’identité de l’Université Laval. Un atout indéniable dans le milieu académique, au Québec et hors frontières.
Un rayonnement international « Cette année, nous avons le privilège d’accueillir près de 45 000 étudiants, poursuit Yan Cimon. Bon an, mal an, nous comptons jusqu’à 15 % d’étudiants internationaux ou résidents permanents, en provenance de plus de 130 pays. » Attirés par le fait que l’Université Laval figure parmi les 20 meilleures universités francophones au monde et qu’elle se classe au top 100 mondial dans plusieurs disciplines, toutes langues confondues, ils sont majoritairement originaires de la France, du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne.

Si la fréquentation tient la route pendant la pandémie, c’est aussi en raison de l’expertise établie de l’Université Laval en matière d’enseignement virtuel : plus de 1 000 cours dans plus de 120 programmes sont actuellement offerts à distance. Grâce aux outils de pédagogie numérique, les étudiants peuvent aussi continuer à profiter du programme de mobilité de l’Université Laval, qui les dépêche en temps normal aux quatre coins du globe le temps d’une session ou d’un stage hors frontières. « Nous avons développé des formules de e-mobilité basées sur l’échange entre partenaires de plateformes numériques d’apprentissage, précise Yan Cimon. Elles permettent aux étudiants du Québec d’étudier à l’étranger malgré l’impossibilité de voyager, et aux étudiants internationaux de goûter à la culture unique de notre université et de notre région. »
Des valeurs actuelles ancrées dans la communauté « Notre université est reconnue à l’international non seulement en raison de son leadership dans la francophonie, mais aussi parce qu’elle a su demeurer en phase avec son milieu et ses valeurs en mettant le développement durable et ses étudiants au cœur de son action, remarque Yan Cimon. C’est ce qui nous permet de relever avec brio les grands défis contemporains. » Ainsi, l’Université Laval s’est classée en 2020 au 41e rang du prestigieux Times Higher Education Impact Ranking, qui évalue l’impact global des universités dans le monde en fonction des objectifs de développement durable de l’ONU ; en ce qui a trait à la lutte contre les changements climatiques, elle se classe au 8e rang mondial et au 3e rang au pays.

Par ailleurs, la diversité et l’inclusion occupent une place prépondérante dans les valeurs fondamentales de la communauté de l’Université Laval, qui est particulièrement ouverte sur le monde de la francophonie – et sur le monde tout court. L’apport des étudiants internationaux constitue en soi une richesse inestimable, mais, comme l’explique Yan Cimon, près du quart des professeurs sont également venus d’ailleurs. « Nous souhaitons ardemment que cette internationalisation déjà bien entamée se poursuive », affirme-t-il.
Le facteur Québec L’Université Laval se démarque par une longue tradition d’excellence en enseignement, ainsi que par un milieu de recherche novateur porté par des professeurs de calibre international. Elle offre aussi à ses étudiants un milieu de vie sécuritaire, convivial et dynamique, à proximité de la nature. De plus, qu’ils soient présents sur le campus ou qu’ils étudient en mode e-mobilité, les étudiants sont plongés dans un véritable bain de francophonie. « Notre communauté est unique en son genre, note Yan Cimon. Elle est ancrée dans le berceau de l’Amérique française – la Ville de Québec – mais foncièrement ouverte sur le monde. »


Yan Cimon, vice-recteur adjoint aux affaires externes, internationales et à la santé de l’Université Laval, est également directeur des affaires internationales et de la Francophonie. Photo : André Perron

La langue maternelle de plus du tiers des étudiants internationaux n’est pas le français. Mais grâce à la qualité de l’accompagnement offert par l’Université Laval – que ce soit via le tutorat, les ateliers de francisation offerts par l’École de langues ou tout simplement un environnement propice au perfectionnement des habiletés langagières – ils en ressortent diplôme en poche, avec en prime la maîtrise de la sixième langue la plus parlée au monde. Un atout majeur, qui leur servira toute leur vie, tant du point de vue culturel que professionnel. À noter : parmi les grandes universités de recherche du Canada, l’Université Laval s’est classée au 2e rang en matière de satisfaction étudiante. Son service de placement est reconnu comme l’un des meilleurs au pays en raison d’une proximité inégalée avec les employeurs de la région.
Des partenariats de premier plan, ici et à l’étranger « Nous avons établi des partenariats actifs avec plusieurs institutions de la région en matière d’études et de recherche sur la langue française », explique Yan Cimon. L’Université se positionne donc comme un point de rencontre entre une formation axée sur la francophonie et l’accès à des stages et à des emplois, au Québec comme à l’extérieur. « Nous pouvons compter sur 850 ententes de partenariat avec plus de 560 établissements dans 75 pays, poursuit-il. Dans l’espace francophone uniquement, nous avons conclu plus de 350 ententes bilatérales. » Il ajoute que des liens très forts ont été tissés avec plusieurs universités francophiles, ce qui, d’un point de vue global, positionne l’Université Laval comme un véritable ambassadeur de la francophonie.

Les centres de recherche peuvent aussi compter sur des partenariats majeurs. Ainsi, l’Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone (ODSEF) de l’Université Laval a été créé en 2009 à la suite de la signature d’un protocole d’entente avec le gouvernement du Québec, l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) et l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les équipes de chercheurs de l’Université collaborent également avec le Centre de la francophonie des Amériques (CFA), le Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF) et l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques (ICRML).
Un laboratoire d’idées pour la francophonie Avec plus de 400 millions de dollars en fonds de recherche, plusieurs centaines de centres, chaires et instituts et une équipe de professeurs reconnus à l’internationale, l’Université Laval génère des retombées bénéfiques pour la communauté. Son expertise dans le domaine des sciences humaines et sociales, notamment, lui permet de se porter garante de la pertinence et de la vitalité du savoir sur la francophonie mondiale.

La recherche, à l’Université Laval, est particulièrement proactive dans la francophonie. Ainsi, la Chaire pour le développement de la recherche sur la culture d’expression française en Amérique du Nord (CEFAN) offre aux chercheurs de différents horizons géographiques et disciplinaires un lieu unique de convergence pour discuter de la culture francophone en Amérique du Nord. Ses activités scientifiques prennent la forme de séminaires d’études avancées, de colloques, d’ateliers ou de conférences publiques et font l’objet de nombreuses publications.

Un exemple parmi tant d’autres des actions entreprises par l’Université Laval, tant en recherche qu’en enseignement, pour assurer la pérennité de la francophonie dans notre monde et dans celui de demain.

L’Afrique dans la mire


Notre planète compte 312,7 millions de francophones, dont plus de la moitié vivent en Afrique. Selon l’Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone (ODSEF) de l’Université Laval, c’est là qu’on observera les plus importantes augmentations de populations francophones au cours des prochaines décennies.

L’avenir de la francophonie se jouera donc en grande partie sur ce continent. D’autant plus que 90 % de la jeunesse francophone sera africaine à l’horizon 2050. L’ODSEF se donne pour objectif de tout mettre en œuvre pour assurer la sauvegarde et la mise en valeur de ce patrimoine.

L’Afrique est le terrain d’étude privilégié du Groupe interuniversitaire d’études et de recherches sur les sociétés africaines (GIERSA). Cette équipe, jumelant les professeurs et étudiants en sciences humaines et sociales de l’Université Laval, de l’Université de Montréal et de l’Université du Québec à Montréal, permettra de mieux assurer la participation des universitaires africanistes du Québec aux débats internationaux concernant les enjeux sociétaux en Afrique.
Pour information : www.FSS.ulaval.ca/francophonie 



Animée par un esprit d’innovation et la recherche de l’excellence, l’Université Laval fait partie des principales universités de recherche au Canada, avec des fonds de plus de 400 M$ alloués à la recherche. Leader en formation à distance, elle compte plus de 1 600 professeurs, plus de 4 000 professeurs, chargés de cours et membre du personnel enseignant et de recherche qui partagent leur savoir avec plus de 45 000 étudiants, dont 26 % sont inscrits aux cycles supérieurs. L’Université valorise la diversité et est fière des membres de sa communauté universitaire, qui proviennent de plus de 130 pays. Plus ancienne université francophone d’Amérique du Nord, l’Université Laval a formé à ce jour plus de 319 000 personnes qui participent, chacune à leur façon, au progrès des sociétés.

www.ulaval.ca

Ce contenu a été produit par l’équipe des publications spéciales du Devoir en collaboration avec l’annonceur. L’équipe éditoriale du Devoir n’a joué aucun rôle dans la production de ce contenu.

Pour en savoir plus sur Université Laval