Vins du Québec : le goût du nord

Par Maude Dumas
Collaboration spéciale

Produits avec passion, fierté et savoir-faire, les vins de chez nous gagnent à être découverts. Les Québécois ont adopté l’alimentation locale, le moment est venu de se mettre à table en portant un toast à nos vignerons !

Depuis quelques années, l’industrie viticole du Québec connaît un essor phénoménal. Nos producteurs, aussi engagés que talentueux, mettent en valeur notre terroir, et la qualité de leurs vins produits à petite échelle, qui ne cesse de se bonifier, est tout simplement remarquable. Avis à ceux qui ont soif d’authenticité !
L’émergence des vins du nord Le réchauffement climatique affecte, pour le meilleur et pour le pire, les vignobles du monde entier. Les frontières géographiques du vin ne cessent de se déplacer, vers le nord pour nous, et dans le sens contraire pour l’hémisphère sud. Résultat : des régions qui étaient, il n’y a pas si longtemps, jugées incompatibles avec une production viticole de qualité élaborent aujourd’hui des vins exceptionnels. C’est ce qui s’est passé sur la côte est américaine, en Ontario et, bien, sûr, au Québec, où la période de croissance des vignes s’est allongée de pratiquement un mois en quelques décennies à peine.

Les températures plus clémentes favorisent la culture de la vigne sous nos latitudes, mais c’est surtout l’engagement de nos vignerons qui change la donne. Ces artisans, dont le nombre ne cesse de croître, travaillent sans relâche pour composer avec nos saisons extrêmes et tirer le meilleur parti de notre terroir. Au fil des ans, ils ont développé savoir-faire et techniques de pointe pour produire non seulement de bons vins nordiques, mais de bons vins tout court.
Comment choisir les vins d’ici ? Les vins de France, d’Italie, d’Espagne et de plusieurs régions du Nouveau-Monde nous sont familiers. Les vins du Québec, beaucoup moins. Alors, comment s’y retrouver parmi les vins issus de la soixantaine de vignobles québécois ? Primo, la SAQ nous facilite la tâche en succursale (et en ligne) avec la section Origine Québec, où ils sont regroupés. Deuxio, en terrain moins connu, les pastilles de goût constituent un excellent guide en nous permettant de faire des choix en fonction de nos préférences habituelles. Cela dit, au rayon des vins comme dans la vie, c’est en explorant qu’on fait de belles découvertes.
La question du cépage La vigne aime les défis. Ainsi, les cépages d’origine européenne issus du vitis vinifera, comme le pinot noir, le pinot gris, le chardonnay et le sauvignon, qui donnent certains des plus grands vins du monde, peuvent produire d’excellents vins dans des climats difficiles. À la condition d’être traités aux petits oignons ! C’est ce que font de plus en plus nos producteurs québécois, qui couvrent par exemple leurs vignes de toile géotextile à l’automne pour retenir la chaleur du sol lorsque l’hiver se pointe.

De nombreux vignerons misent sur les cépages hybrides tels que le marquette, le frontenac, le seyval ou le vidal, qui résultent du croisement entre deux types de vigne, soit le vitis vinifera européen et une variété choisie pour sa rusticité. La culture est grandement facilitée et les vins ne sont pas de moindre qualité, car c’est la spécificité de chaque vignoble et de chaque terroir, combinée à l’expertise du vigneron, qui donne un bon vin. Les cépages d’origine, typiques de leur région, sont d’ailleurs recherchés par les amateurs de vin en ce moment. Si cela réussit aux producteurs de l’Italie et de la Grèce, pourquoi pas aux vignerons québécois ?
La traçabilité du terroir Comme c’est le cas pour les aliments que nous consommons, la traçabilité du vin est gage d’authenticité et de qualité. C’est pour cette raison qu’un groupe de vignerons visionnaires a travaillé sans relâche pour produire le cahier de charges rigoureux du sceau IGP du Québec (ou indication géographique protégée), qui garantit la qualité du vin, du grain de raisin à l’embouteillage. Entrée en vigueur en 2018, cette appellation réservée exige que les vins soient élaborés avec des raisins – vitis vinifera, hybrides ou rustiques – qui sont cultivés au Québec. Ils doivent être vinifiés sur le lieu d’origine, dans le respect des meilleures pratiques, et produits dans les limites de territoires désignés se situant majoritairement dans le sud et l’ouest de la province. À noter : les vins du Québec sont en bonne compagnie, puisqu’ils joignent les rangs de l’agneau de Charlevoix, du maïs de Neuville, ainsi que du vin de glace et du cidre de glace du Québec, qui bénéficient également de cette certification.
Une question de goût Règle générale – parce qu’il y a des exceptions ! –, les vins issus des climats froids ont pour dénominateur commun une agréable acidité qui leur confère une belle fraîcheur. Parce que, chez nous, la maturation des raisins est plus lente, leur teneur en sucre tend à être moins élevée. Les notes fruitées sont délicates et tiennent plus de la pomme ou de la prune que de la figue ou de la confiture, et les tanins comme la teneur en alcool sont moins élevés. Bref, les vins du Québec se distinguent par leur vivacité et sont parfaits pour trinquer entre amis, depuis l’apéro jusqu’à la table.

Est-ce qu’il y a des vins du Québec pour tous les goûts ? La réponse est oui. Près de la moitié de notre production est consacrée aux vins blancs, qu’on peut classer en trois grandes catégories : les vins vifs, secs et fruités, parfaits pour l’apéro, les vins plus substantiels et plus aromatiques, qui conservent tout de même une certaine fraîcheur, et les vins fortifiés ou liquoreux, à servir au dessert ou avec certains fromages. Pour les rouges, on a d’un côté des vins légers et peu taniques caractéristiques du climat nordique (qui gagnent à être servis frais), ainsi que des vins plus charpentés aux arômes épicés, voire vanillés lorsqu’ils ont séjourné en fûts de chêne. Nos rosés, pour leur part, sont en général plutôt secs et délicats, mais nous produisons aussi des demi-secs doux et fruités. Quant à nos vins effervescents, ils sont tout simplement étonnants. Après tout, la Champagne est, à quelques degrés près, à la même latitude que les régions viticoles du Québec !

Trois vins d’ici à découvrir

Typiques de notre terroir, ils détiennent la certification Indication géographique protégée (IGP) et portent la mention Origine Québec de la SAQ.

Si vous aimez les blancs fruités et vifs : Vignoble Rivière du Chêne, William 2019 (15,75 $)
Produit dans les Basses-Laurentides par Daniel Lalande, qui est à la tête d’un des plus grands domaines viticoles de la province. Cépages : seyval, vandal-cliche, frontenac blanc, vidal. Notes de dégustation : un vin idéal pour l’apéritif, au nez aromatique de poire et d’agrumes. Accords suggérés : sushis, burgers de poisson et crustacés ; fromages de chèvre ou de brebis.


Si vous aimez les rouges aromatiques et souples : Le Mas des patriotes, Sieur Rivard Réserve 2019 (25,55 $)
Un vin certifié bio de la vallée du Richelieu, produit par France Cliche et Claude Rivard. Cépages : lucie-kuhlmann, baco noir. Notes de dégustation : un vin à la fois délicat et généreux, aux arômes de fumée, de fruits noirs et d’épices. Accords suggérés : grillades de bœuf et d’agneau, gibier, plats aux champignons.


Si vous aimez les mousseux fruités et vifs : Côte de Vaudreuil, Les bulles de la Côte 2018 (26,95 $)
Riche et délicat, ce mousseux est produit tout près de Montréal par Serge Primi et Christiane St-Onge. Cépages : frontenac gris, frontenac blanc, prairie star. Notes de dégustation : bulles fines et persistantes, notes de pain grillé. Accords suggérés : canapés et bouchées à l’apéro, homard en plat principal.

Acheter Québec, acheter vert


L’achat local crée de l’emploi, aide à soutenir nos industries et contribue à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) en minimisant le transport. À cet égard, la SAQ a développé une signalisation qui nous permet de repérer les produits d’ici.

ORIGINE QUÉBEC désigne les produits locaux élaborés par des artisans d’ici avec des produits cultivés ici.

PRÉPARÉ AU QUÉBEC désigne les produits conçus ou distillés ici avec des ingrédients d’ici et d’ailleurs.

EMBOUTEILLÉ AU QUÉBEC désigne les alcools produits à l’étranger, mais assemblés et embouteillés par une entreprise d’ici. Dans le cas du vin, la réduction des GES est marquée, puisque les bouteilles, dont le poids est non négligeable, n’ont pas à être transportées. Qu’en est-il du goût ? Des tests de dégustation confirment que les consommateurs ne détectent pas de différence entre les vins embouteillés ici et les vins embouteillés sur leur lieu de production.

Ce contenu a été produit par l’équipe des publications spéciales du Devoir en collaboration avec l’annonceur. L’équipe éditoriale du Devoir n’a joué aucun rôle dans la production de ce contenu.

Pour en savoir plus sur SAQ