Repenser la philanthropie culturelle à Montréal La clé : miser sur les relations et la communauté

Par Maude Dumas
Collaboration spéciale

D’après une récente étude commandée par le Conseil des arts de Montréal (CAM), la pérennité des organisations artistiques passe par une philanthropie proche du citoyen et les relations avec la communauté. Explications.

Au Québec, 80 % des dons visant à soutenir les organismes artistiques ont été versés non pas par des entreprises ou des fondations, mais par des individus. Ce fait étonnant est tiré de l’étude Repenser la philanthropie culturelle à Montréal : les relations et la communauté, dirigée par Wendy Reid, professeure en management à HEC Montréal, qui a été mandatée par le CAM.

« Nous croyons que la philanthropie est plus qu’un outil pour recueillir des fonds, car elle permet aussi de développer une communauté de soutien pour les organisations artistiques, affirme-t-elle. Idéalement, la philanthropie culturelle repose sur un ferme engagement personnel et citoyen envers la mission d’une organisation. » L’Opéra de Montréal et le Musée d’art contemporain de Montréal, avec leur culture organisationnelle tournée vers des demandes de dons, constituent un bel exemple de cette approche, qui convient aussi aux plus petits organismes. « Nous avons réfléchi la philanthropie de façon relationnelle, explique Ariane Boulet, interprète et créatrice de la compagnie de production Je suis Julio. Nous tissons une communauté plus élargie que celle qui est formée par notre organisation et notre conseil d’administration, et nous apprécions ce regard différent sur nos activités. »
La philanthropie de proximité C’est en bâtissant leur communauté de donateurs avec l’implication des spectateurs, des artistes, des bénévoles, des membres du conseil d’administration ou même des employés, que les musées, théâtres et organisateurs d’événements tissent des liens solides. Un exemple éloquent : les dons solidaires qui ont afflué spontanément pendant la crise de la COVID-19. C’est l’essence même de ce qu’on appelle la philanthropie de proximité.

Agir à échelle humaine, voilà donc la clé. Car, en plus de ressentir un fort sentiment d’appartenance, les donateurs bénéficient de la vitalité artistique des organismes culturels qu’ils soutiennent. Il suffit alors d’entretenir un dialogue avec eux pour qu’ils deviennent les alliés. Cette stratégie relationnelle est à la portée de tous : un don de cinq dollars, par exemple, peut être significatif, car il amorce un premier contact et valorise du même coup la notion de philanthropie culturelle.
Le CAM est prêt Depuis plus de dix ans, le CAM travaille au développement d’une culture philanthropique au bénéfice des arts. Comme l’explique la directrice générale Nathalie Maillé, le moment est bien choisi pour aider le milieu culturel à faire une transition vers la philanthropie de proximité : « Nous avons développé des partenariats et diverses initiatives pour renforcer le développement des compétences en collecte de fonds et en gouvernance. Entre autres choses : des conférences et ateliers, des stages rémunérés et des jumelages entre organismes artistiques et bénévoles. »
Les recommandations L’étude commandée par le CAM culmine sur cinq recommandations phares favorisant l’implantation d’une culture philanthropique de proximité. En résumé : cultiver des relations avec des particuliers proches de la mission de l’organisation ; réduire la dépendance à la culture de réseautage du monde des affaires et aux activités-bénéfice ; solliciter les dons d’artistes engagés dans leur communauté ; offrir une formation en philanthropie au milieu artistique ; et, enfin, gérer des bases de données qui soutiennent la relation avec la clientèle et qui incluent la philanthropie et les ventes de billets d’une manière intégrée.

Parce que la philanthropie a le pouvoir de propulser l’essor artistique, le don est un acte important. Dans le contexte des impacts de la COVID-19, les organismes culturels pourront s’enrichir des lumières apportées par cette étude. La philanthropie de proximité est un choix judicieux et, en ces temps incertains, nécessaire.



Partenaire dynamique de la création artistique professionnelle montréalaise, le Conseil des arts de Montréal repère, accompagne, soutient et reconnaît l’excellence dans la création, la production et la diffusion artistiques. Il encourage l’ouverture, la découverte et l’audace au cœur du paysage artistique montréalais. Depuis 1956, le Conseil des arts de Montréal contribue par ses actions structurantes au développement de « Montréal, métropole culturelle ».  

Ce contenu a été produit par l’équipe des publications spéciales du Devoir en collaboration avec l’annonceur. L’équipe éditoriale du Devoir n’a joué aucun rôle dans la production de ce contenu.

Pour en savoir plus sur le Conseil des arts de Montréal