La voie verte

Contenu partenaire

Dans un monde en plein changement, où le capitalisme effréné a contribué à la surconsommation des ressources naturelles, à l’explosion des problématiques environnementales et à la montée des inégalités sociales, le constat est clair : une action concertée s’impose. Dans ce contexte, les institutions financières peuvent jouer un rôle de première importance. En mettant en place des initiatives majeures en transition énergétique, en carboneutralité et en investissement responsable, le Mouvement Desjardins, fort de ses huit millions de membres et de clients, est résolument engagé sur la voie de la prospérité durable.

En septembre dernier, lors de l’assemblée générale des Nations Unies à New York, 130 établissements bancaires de 49 pays gérant collectivement des actifs de plus de 60 000 milliards de dollars canadiens – soit le tiers de l’industrie bancaire mondiale – se sont engagés dans un pacte visant à « verdir » l’univers de la finance. En amont de l’événement, le Mouvement Desjardins était devenu au début de l’été la première institution financière canadienne signataire des Principles for Responsible Banking (PRB) des Nations Unies. Ces principes portent notamment sur l’alignement stratégique des institutions bancaires avec les objectifs de développement durable des Nations Unies et de l’accord de Paris, sur l’établissement d’indicateurs mesurant les conséquences de l’activité bancaire sur l’environnement et l’humanité, ainsi que sur la mise en place de pratiques économiques axées sur la prospérité durable des individus comme des collectivités.

Pour Desjardins, cet engagement s’inscrit dans une continuité amorcée par la signature, en 2009, des Principles for Responsible Investment (PRI) et, plus récemment, des Principles for Sustainable Insurance (PSI) des Nations Unies. « Nous adhérons à ces principes parce que nous sommes persuadés que, pour que l’avenir soit viable, il faut plus d’intercoopération, plus d’engagement de la part de tous et plus de solidarité », explique Guy Cormier, président et chef de la direction du Mouvement Desjardins.
Guy Cormier, président et chef de la direction, Mouvement Desjardins

Ainsi, Desjardins s’est engagé à renforcer l’intégration des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) non seulement dans les processus de gestion de placements et les offres d’épargne et de financement, mais aussi dans la gestion immobilière et l’approvisionnement responsable, ainsi que dans le soutien d’initiatives en énergie renouvelable, entre autres choses. Une action concrète à long terme, qui mobilise le leader de la finance responsable au Canada dans la lutte et l’adaptation aux changements climatiques.

Quelques exemples :
L’investissement responsable (IR), une priorité
L’IR est non seulement un formidable levier de changement, mais aussi une solution qui offre aux investisseurs un potentiel de rendements intéressants à long terme. Desjardins, qui a doublé son offre de produits d’IR depuis 2018, notamment avec la gamme de Fonds et de Portefeuilles SociéTerre, intègre depuis de nombreuses années les critères ESG dans la sélection et la gestion de titres composant ses portefeuilles de placement. Cette approche implique une analyse poussée des entreprises qui va bien au-delà du simple bilan financier et qui permet de mieux évaluer les risques à long terme et, conséquemment, de les minimiser. L’IR permet ainsi aux investisseurs de poser un geste concret pour le futur de la planète, tout en visant la réalisation de leurs objectifs financiers.

Atteinte et maintien de la carboneutralité
Comme toute entreprise, Desjardins émet des gaz à effet de serre (GES). Dans une démarche écoresponsable, le groupe financier coopératif s’engage à réduire ses émissions de GES de 20 % d’ici 2024, par rapport aux émissions de 2018. Au programme, notamment : améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments, optimiser les déplacements professionnels, réduire la consommation de papier et gérer les déchets de façon optimale.
En sus de ces efforts de réduction, Desjardins compense le solde de ses émissions avec l’achat de crédits carbone de qualité. Sa démarche de carboneutralité, qui s’appuie sur la science et les meilleures pratiques du marché, a d’ailleurs été vérifiée et validée par la Chaire en éco-conseil de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Ainsi, pour compenser la totalité de ses émissions de GES en 2018, Desjardins a soutenu des projets de conservation de milieux naturels tels que le Great Bear Forest Carbon Project (en Colombie-Britannique) et le Niagara Escarpment Forest Carbon Project (en Ontario). Au Québec, Desjardins a également appuyé les initiatives des entreprises Les serres de production horticole Demers, Les serres coopératives de Guyenne et Terreau Biogaz, qui ont diminué de façon significative leurs émissions de GES.

Outre l’ensemble de ces initiatives en compensation carbone, Desjardins a octroyé un budget supplémentaire pour soutenir la Bourse du carbone Scol’ERE. Ce programme éducatif en milieu scolaire, initié par la Coop FA, favorise l’adoption par les élèves et leurs familles de comportements écoresponsables. Car la protection de l’environnement, aujourd’hui et à l’avenir, passe impérativement par l’éducation des jeunes, qui sont les décideurs de demain.

Réduction de l’empreinte carbone des placements
Une autre action concrète pour faire face au défi climatique : l’engagement qu’a pris Desjardins de réduire considérablement l’empreinte carbone de son portefeuille. L’objectif pour la fin de l’année 2020 est qu’elle soit inférieure de 25 % à l’empreinte carbone des entreprises qui composent les indices boursiers et obligataires. Avec une réduction de près de 15 % au 31 décembre 2019, Desjardins est donc sur la bonne voie. « Nous allons continuer d’être un actionnaire engagé, affirme Guy Cormier. Il s’agit là d’un levier fondamental pour encourager les sociétés dans lesquelles nous investissons à intégrer le risque climatique et à parfaire leurs pratiques en fonction des critères ESG. »

Soutien de projets d’énergies renouvelables
Les énergies alternatives issues de parcs éoliens, d’installations solaires et de valorisation de la biomasse et du gaz naturel renouvelable constituent une solution d’avenir incontournable pour réduire les émissions de GES. En tant qu’acteurs importants au Canada de l’investissement dans les infrastructures d’énergie renouvelable, Desjardins et son régime de rentes jouent un rôle clé dans leur développement. À la fin de l’année 2019, leurs investissements dans ce secteur très prometteur ont atteint près de 1,25 milliard de dollars, ce qui représente environ la moitié de la totalité de leurs investissements en infrastructures.

L’électrification des transports au premier plan
L’engouement des Québécois pour les voitures électriques a fait un grand bond récemment : d’après CAA Québec, leur nombre a grimpé de plus de 70 % entre l’automne 2018 et l’automne 2019. Dans le contexte de la transition énergétique, les initiatives pour rouler vert sont plus importantes que jamais, et Desjardins s’est engagé à installer 200 bornes dans son réseau de caisses d’ici 2021. À ce jour, 184 bornes sont déjà en place, et le projet sera terminé au cours de l’année 2020, soit un an avant l’échéance prévue.

En août 2019, en collaboration avec Hydro-Québec et l’entreprise québécoise AddÉnergie, Desjardins a également inauguré la première superstation de recharge rapide du Circuit électrique, qui est le plus important réseau public pour véhicules électriques au Québec et dans l’est de l’Ontario. La superstation du Complexe Desjardins, qui compte quatre bornes rapides de 400 volts de 50 kilowatts chacune, dessert un bassin d’utilisateurs important dans un secteur névralgique, tant économique que commercial et culturel, de la ville de Montréal.

La force tranquille
Depuis sa fondation en 1900, le groupe financier coopératif Desjardins prend activement part au développement social et économique des collectivités. Son engagement dans l’action climatique s’inscrit donc tout naturellement dans son évolution. Fort de sa contribution à la prospérité durable des communautés du Québec et du Canada, de sa solidité financière et de son action démocratique, Desjardins est un agent de changement considérable qui peut entraîner 50 000 employés, huit millions de membres et de clients – et même le grand public – à investir dans le futur en posant des gestes concrets pour la planète.

Une gamme de produits écoresponsables

Envie de réduire votre empreinte carbone ? Desjardins aide et encourage les particuliers et les entreprises à faire les bons choix.

 Pour les particuliers
- L’offre de produits d’investissement responsable la plus vaste au Canada.
- Rabais et tarifs spéciaux pour l’achat d’une maison écoénergétique ou des travaux de rénovation écologiques.
- Rabais sur les primes d’assurance d’une maison certifiée LEED.
- Taux d’intérêt fixe pour les acheteurs de voitures hybrides ou électriques neuves.
- Rabais sur les primes d’assurance de voitures hybrides, électriques ou à faible consommation.

Pour les entreprises
- Financement des travaux pour accroître l’efficacité énergétique d’un bâtiment.
- Rabais sur les primes d’assurance de bâtiments certifiés LEED.
- Rabais sur l’assurance de voitures hybrides, électriques ou à faible consommation.

Pour en savoir plus : desjardins.com/engagements

Ce contenu a été produit par l’équipe des publications spéciales du Devoir en collaboration avec l’annonceur. L’équipe éditoriale du Devoir n’a joué aucun rôle dans la production de ce contenu.

Pour en savoir plus sur Desjardins