Thérapie cellulaire: la médecine de demain, dès aujourd’hui

«La thérapie cellulaire mise sur la force naturelle du système immunitaire pour réparer des tissus et éliminer des cellules malignes afin de restaurer des organes, combattre des cancers et traiter des maladies jusqu’ici incurables, comme le diabète et l’Alzheimer», explique le Dr Denis Claude Roy.
Photo: «La thérapie cellulaire mise sur la force naturelle du système immunitaire pour réparer des tissus et éliminer des cellules malignes afin de restaurer des organes, combattre des cancers et traiter des maladies jusqu’ici incurables, comme le diabète et l’Alzheimer», explique le Dr Denis Claude Roy.
Contenu partenaire

Par Maude Dumas Collaboration spéciale

L’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR), qui fait partie du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, abrite l’un des centres de recherche en traitement par cellules souches les plus importants au monde. On y développe des thérapies de pointe qui changent et sauvent déjà des vies, et qui révolutionnent notre façon de traiter, et même guérir des maladies graves ou incurables – le cancer notamment. Pour en savoir plus, nous nous sommes entretenus avec le Dr Denis Claude Roy, directeur scientifique du Centre d’excellence en thérapie cellulaire.

En octobre dernier, la ministre de la santé et des services sociaux, Danielle McCann, a désigné l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont comme Institut universitaire en hémato-oncologie et en thérapie cellulaire. Pour le Dr Roy, cette reconnaissance souligne le travail titanesque accompli par toute l’équipe, et donnera une impulsion à ce qu’il décrit comme le fer de lance pour s’attaquer aux cancers et à la régénération d’organes. «La communauté scientifique et la communauté médicale sont au courant du travail que nous accomplissons, mais pas le grand public».

Il est temps que ça change!

La médecine du siècle «L’avancée médicale que représente la thérapie cellulaire est très significative, explique le Dr Denis Claude Roy. Elle peut être comparée à la découverte des antibiotiques ou de la pénicilline, et on assiste en ce moment à une percée qui bouleverse complètement le monde médical. Il s’agit en fait d’une médecine “naturelle”, qui mise sur le pouvoir du corps humain. Elle prend avantage des cellules qui sont déjà en nous et qui ont développé des mécanismes pour combattre des infections, réparer des blessures ou des organes défectueux, et elle en potentialise les effets bénéfiques à des fins thérapeutiques. En fait, nous reprogrammons la vie en reprogrammant les cellules pour qu’elles exercent, de façon amplifiée, le rôle pour lequel elles ont été conçues.»
Dr Denis Claude Roy


Grâce à la thérapie cellulaire, les équipes de l’HMR pratiquent une médecine de régénération – et c’est là que réside la révolution. Au cœur de cette approche, il y a les cellules souches, qui ont la capacité de se diviser et de se multiplier pour construire un être humain. Lorsqu’elles se spécialisent – pour constituer le cœur par exemple – elles perdent la capacité de former d’autres organes. Mais un certain nombre d’entre elles conservent leurs superpouvoirs: ce sont les cellules souches, qui peuvent se reproduire et se spécialiser à l’infini.

Ces cellules peuvent être d’origine embryonnaire ou adulte. L’utilisation des premières a fait l’objet de controverses et, si le potentiel des secondes a longtemps été limité, on est aujourd’hui en mesure de les reprogrammer à des fins thérapeutiques. On peut les cultiver en laboratoire et ces cellules sont maintenant utilisées dans des études cliniques. Et ce n’est qu’un début!

Un pôle international de médecine régénérative «La première greffe de cellules souches a été réalisée à l’HMR en 1980 sur une jeune patiente atteinte d’une maladie mortelle. Cette personne est aujourd’hui infirmière à l’unité de dialyse.» En 1990, le Dr Roy a fondé le Laboratoire de thérapie cellulaire de l’HMR, qui a traité des patients avec succès dès la première année. Depuis, des milliers de personnes ont été traitées et le laboratoire est devenu le Centre d’excellence en thérapie cellulaire, où s’affairent une soixantaine d’experts. «Nous disposons de 14 salles blanches, des lieux parfaitement stériles où nous isolons et manipulons des cellules souches pour fabriquer une nouvelle classe de médicaments – les médicaments-cellules – qui sont injectés par la suite aux patients», explique le Dr Roy.

Ces médicaments nouveau genre sont plus efficaces et causent moins d’effets secondaires que les traitements traditionnels des cancers – des leucémies notamment. On a aussi recours aux injections de cellules souches pour réparer et remplacer des tissus endommagés en renforçant, par exemple, le cœur de patients ayant subi un infarctus ; on les utilisera dans un futur proche pour reconstruire des cornées et des rétines. Dans ce dernier cas, comme l’explique le Dr Roy, les personnes atteintes de dégénérescence maculaire, première cause de cécité en Occident, pourront recouvrer la vue.

La conclusion du Dr Roy : «Il est clair que la thérapie cellulaire a le potentiel d’amener des changements et des bénéfices importants à court terme dans le monde médical. D’ici cinq ans, on disposera de nouvelles thérapies. Et d’ici dix ans, nous pourrons traiter une foule de nouvelles maladies. Pour atteindre ces objectifs, nous avons besoin de ressources et d’équipements, ce qui demande des fonds importants. Nous avons le soutien du gouvernement du Québec et de la Fondation de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, mais l’aide du public et des entreprises sera cruciale pour nous permettre d’avancer plus rapidement.»
 

Donner pour recevoir Le cancer et les maladies cardiaques – qui touchent une très grande partie de la population et au moins une personne dans l’entourage de chacun d’entre nous – n’attendent pas. C’est pourquoi l’objectif de la campagne Reprogrammez l’histoire de la Fondation de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, lancée avec le porte-parole Patrice L’Écuyer, est d’accélérer le développement des traitements par cellules souches. Pour que vous, vos proches et les générations à venir puissent en bénéficier plus rapidement.
 

Pour faire un don ou pour information: Fondationhmr.ca





La Fondation HMR, souche de guérison
La Fondation de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont soutient l’innovation et l’excellence à l’HMR. Grâce à ses donateurs, elle a remis plus de 35 M$, depuis 2008, pour accélérer les recherches en thérapie cellulaire, dont un appui majeur à la construction du Centre d’excellence en thérapie cellulaire. Récemment désigné Institut en hémato-oncologie et en thérapie cellulaire, l’HMR est reconnu internationalement pour son expertise et son leadership dans ce secteur.

Ce contenu a été produit par l’équipe des publications spéciales du Devoir en collaboration avec l’annonceur. L’équipe éditoriale du Devoir n’a joué aucun rôle dans la production de ce contenu.