Rhin, Main et Danube : Simon Durivage nous raconte sa croisière sur les fleuves romantiques d’Europe centrale

Contenu partenaire

 Il y a bientôt un an, Simon Durivage et sa conjointe se préparaient pour leur première croisière, qui allait sillonner les villes d’Europe centrale sur les eaux fluviales du Rhin, du Main et du Danube. Aperçu de cette traversée à travers son hublot.

L’ex-chef d’antenne à Radio-Canada et sa conjointe n’étaient au départ pas très chauds à l’idée d’une croisière. « J’ai toujours eu peur de me sentir coincé sur le bateau et d’avoir l’impression d’avoir fait rapidement le tour après quelques jours », explique celui qui préconisait également avant cette expérience les voyages en duo ou avec des amis plutôt que ceux en groupe.

Ses craintes se sont vite dissipées dès son arrivée, en octobre 2018, où il a vite constaté tout l’avantage de disposer d’un « hôtel mobile » qui le suivait dans ses excursions de Prague à Strasbourg, en passant en tout par 17 villes, de République tchèque, de Slovaquie, de Hongrie, d’Autriche, d’Allemagne et de France (lire les 5 coups de cœur de Simon Durivage en bas d’article).

 Poser sa valise une seule fois
 

De Montréal, le couple a atterri à Prague, où il a entamé sa première journée de visite à pied. Après une nuit passée dans un hôtel, les voyageurs ont pu admirer dès le lendemain matin la ville sous le soleil, notamment le pont Charles, dont la première édification remonte au Moyen Âge, en 1342.

En route ensuite à bord d’un autobus vers Bratislava, en Slovaquie, où une deuxième nuitée à l’hôtel était prévue avant de mettre le cap vers Budapest, là où la véritable expérience fluviale commençait, soit 12 jours que Simon Durivage qualifie de « pur bonheur ».

« C’était beaucoup plus confortable que ce à quoi je m’attendais », affirme-t-il, précisant au passage qu’il avait d’abord été impressionné par toutes les installations offertes, du blanc immaculé du bateau qui semblait flambant neuf, en passant par la magnifique salle à manger.

Il a été notamment surpris par l’aménagement fonctionnel de la cabine. Cette dernière comprenait une salle de bain, un lit de très grand format et des armoires agencées qui permettaient de tout ranger sans difficulté.

C’est d’ailleurs le fait de pouvoir laisser sa valise sous le lit qui lui a particulièrement plu, lui donnant toute la liberté de se promener dans les diverses villes sans se soucier de son bagage.

Ayant toutes deux grandes fenêtres qui donnaient sur l’eau, les chambres étaient de plus réparties seulement sur deux étages, contrairement aux 12 étages que comptent souvent les gros paquebots de croisière en mer. Le navire n’accueille qu’un peu plus de 100 passagers à la fois. « C’est sa plus petite taille qui rendait la croisière si chaleureuse: il n’y avait aussi qu’un seul bar et un très grand salon où on pouvait s’adonner à divers jeux », mentionne-t-il.

Visiter le jour, voguer la nuit
En plus de ne pas avoir à trimballer son bagage au fil de son périple, Simon Durivage a trouvé la planification de l’itinéraire particulièrement intéressante. D’abord, tous les repas se prenaient sur le bateau.

« Par exemple, le bateau s’est arrêté le matin à Melk, en Autriche, illustre-t-il. On y a passé tout l’avant-midi, visitant, entre autres, sa fabuleuse abbaye, puis on revenait dîner sur le bateau pendant que celui-ci voguait vers une autre ville. »

En après-midi, les voyageurs partaient de nouveau en excursion, puis revenaient prendre l’apéro sur le toit du bateau qui en fait toute sa longueur, et d’où les convives pouvaient admirer les couchers de soleil avant de descendre à la salle à manger savourer un souper gastronomique. « À part deux buffets, on nous offrait un menu différent à chaque repas, en plus de pouvoir profiter de très bons vins alsaciens, français et autrichiens », souligne-t-il.

Ces « arrêts ravitaillement » au bateau ponctuaient donc agréablement les visites. « Malgré les nombreuses excursions, ce n’était jamais fatigant, et ça nous permettait en plus de voir défiler des paysages complètement différents », ajoute-t-il.

Que le bateau ait vogué durant la nuit ou soit resté à quai ne changeait rien au sommeil. « Comme on n’est pas en mer, il n’y a pas de vagues, et on ne perçoit pas si on navigue ou non. »

De plus, les aléas du voyage se transformaient souvent en découverte. C’est ainsi que lors de leur passage à Vienne, la visite avait dû être écourtée pour éviter de rester pris au port, comme l’eau descend parfois trop bas dans les canaux européens et empêche la navigation.

« Après avoir visité le palais de l’impératrice Sissi, on nous a alors organisé un concert privé juste pour nous avec 10 musiciens, des chanteurs et des danseurs qui n’a fait regretter à personne de ne pas avoir vu la grande maison de l’opéra. »

Impossible pour lui de ne nommer qu’un seul coup de cœur, étant tiraillé par le charme des petites villes et des attraits des grandes capitales européennes. « Mais si je dois absolument me prononcer, je dirais Vienne et Budapest. »


Les arrêts incontournables de Simon Durivage pour les 5 villes phares du voyage


Prague
La place Stare Namesti, où se trouve l’horloge astronomique, offre à chaque changement d’heure pleine à quiconque se place devant un petit spectacle, où différents personnages peuvent être aperçus, défilant l’un à la suite de l’autre.

Budapest
La place de l’église Matyas, qui est érigée sur la colline de la vieille ville de Buda, offre une vue imprenable sur le Danube et ses ponts, sur le plus beau parlement au monde, de son avis, de même que sur toute Pest, à partir du bastion des pêcheurs, situé non loin de là.

Vienne
La grande avenue Kärntner, une rue piétonne d’un kilomètre, où l’on peut marcher de la cathédrale Saint-Étienne jusqu’à la maison de l’opéra, regorge de galeries d’art, de boutiques et de cafés sympathiques.

Strasbourg  
Dans la vieille partie de la ville se trouve le quartier pittoresque de la Petite France, dans lequel serpentent des canaux, offrant de jolis coups d’œil, de même qu’une horloge astronomique. Dans le temps des Fêtes, on y tient également de féériques marchés de Noël.

 Francfort
Dans la deuxième capitale financière d’Europe, la vieille ville, qui avait été complètement rasée en 1944 par la Royal Air Force, a été complètement rebâtie de façon identique à celle qu’elle était avant les bombardements. L’église Saint-Paul de Francfort, le premier édifice à être reconstruit, présente en son sein une immense photo en noir et blanc qui montre la destruction de la ville.

Croisière fluviale ou croisière océanique ? *

  Les deux types de voyage sont complètement différents, un peu comme si l’on comparait un petit hôtel avec un complexe touristique. Voici quand même quelques différences marquées :

— Le navire fluvial est de plus petite taille que les paquebots qui voyagent en mer, favorisant une ambiance plus conviviale et facilitant les ancrages en plein cœur des villes emblématiques d’Europe ou de plus petites villes. Cette convivialité se traduit aussi dans le nombre de passagers, soit de 100 à 200 dans un bateau fluvial, contre 650 à 4000 dans un navire océanique.

— Comme la navigation s’effectue sur les fleuves plutôt qu’en mer, l’absence de vagues peut mieux convenir à ceux qui ont le mal de mer. Cette caractéristique rend également le voyage fluvial un peu plus reposant, comme on peut manger sur le bateau sans se soucier de la houle.

— La majorité des cabines des croisières fluviales comprennent des fenêtres donnant sur l’extérieur, tandis qu’à bord de croisières en mer, cela dépend de la catégorie des billets.

— Les boissons et le wi-fi sont plus souvent compris dans les croisières fluviales que dans les croisières océaniques, ces éléments y étant parfois optionnels.

* Source : propos recueillis auprès de Victoria Klaus, de CAA Québec.


Voyager l'esprit tranquille avec Incursion Voyages

Incursion Voyages met à votre portée les plus belles rivières et les plus majestueux fleuves du monde. Retrouvez dans nos croisières fluviales le confort, la gastronomie et la liberté de découverte qui font notre renommée. Au fil du voyage, vos guides locaux et votre accompagnateur Incursion Voyages seront présents pour vous inspirer et vous conseiller à chaque instant. Chaque excursion vous donnera un accès privilégié aux attractions soigneusement choisies par nos équipes. Nos croisières fluviales plairont tant aux assoiffés de découverte qu’aux amateurs de détente dans un cadre exotique. Sur la terre comme sur l'eau, vous êtes assurés de forger des souvenirs inoubliables !

 
https://www.incursion-voyages.com/simon-durivage

Ce contenu a été produit par l’équipe des publications spéciales du Devoir en collaboration avec l’annonceur. L’équipe éditoriale du Devoir n’a joué aucun rôle dans la production de ce contenu.