La nécessaire accessibilité à la culture

Entrevue avec Marie-Soleil Dion, co-ambassadrice des Journées de la culture
École nationale de cirque
Photo: Vivien Gaumand École nationale de cirque
Contenu partenaire

« La culture, c’est beaucoup plus que le théâtre, le cinéma ou la danse. La culture, c’est d’abord s’ouvrir, se montrer curieux et s’intéresser à l’humain », lance la comédienne Marie-Soleil Dion, tombée dans la marmite artistique lorsqu’elle était toute petite.

Dès qu’on lui demandait ce qu’elle voulait faire quand elle serait grande, sa réponse était toujours la même : « artiste ! » Entrant au Conservatoire d’art dramatique de la Vieille Capitale en 2005, c’est en 2008 qu’on l’aperçoit pour la première fois sur une patinoire de la LNI ; à la fin de cette première saison, elle remporte le prix de la recrue de l’année. Depuis, on ne cesse de la voir sur scène, et au petit tout comme au grand écran.

Vivant maintenant avec deux enfants, la comédienne partage aussi sa passion pour la culture avec ceux-ci. « Je souhaite pouvoir offrir à mes enfants un panorama complet, une vision sur 360 degrés de tout ce qui se fait en culture, raconte-t-elle. Ce que je souhaite, au bout du compte, c’est qu’ils se montrent curieux, qu’ils touchent à tout et qu’ils découvrent tout ce que la culture peut leur offrir. »
 
L’anguille sonore Pointe-aux-Orignaux de Rivière-Ouelle
Plusieurs études se sont par ailleurs penchées sur les bienfaits possibles d’une exposition aux arts. Selon une recherche de la firme  canadienne Hill Strategies publiée en 2012, l’éducation aux arts chez les jeunes améliore les résultats scolaires des élèves plus défavorisés, augmente leurs chances de réussite professionnelle une fois adultes, en plus d’en faire des citoyens plus engagés dans leur communauté.

L’accessibilité avant tout
Marie-Soleil Dion Andréanne Gauthier
Pour Marie-Soleil Dion, la culture se vit au jour le jour. « Il y a de nombreuses façons d’aborder la culture et de la vivre avec mes enfants ou ma famille , affirme-t-elle. Ce n’est pas nécessairement onéreux ou compliqué. » Elle raconte ainsi que tous les membres de sa famille possèdent des liseuses reliées à un même compte. « On s’échange les mêmes titres et on discute ensuite de nos lectures : c’est notre club de lecture familial ! » lance celle pour qui l’accessibilité à la culture est primordiale.



La comédienne n’a donc pas hésité lorsqu’on lui a proposé d’être ambassadrice des Journées de la culture aux côtés de l’écrivain Dany Laferrière de l’Académie française. Cette année, les Journées de la culture ont lieu du 27 au 29 septembre et proposent plus de 2000 activités à travers le Québec.


Selon l’ambassadrice, il n’y a pas de meilleure façon de se familiariser avec la culture que de visiter les coulisses ou les loges d’un petit théâtre, d’écouter un technicien expliquer son métier, ou encore d’assister à une répétition. «  Pendant ces trois journées, on ouvre toutes grandes les portes des théâtres, des salles de spectacle, de Radio-Canada et des plateaux de tournage, énumère-t-elle. Cela ne peut que faire naître des désirs pour tout ce qui touche les arts et la culture, et attiser la flamme de la curiosité chez les gens. »

Les Journées de la culture, ça se passe aussi à l’école !

UNE CHANSON À L'ÉCOLE
Le lancement des Journées de la culture se fait depuis quelques années en musique avec l’événement Une chanson à l’école. Cette année, la chanson est signée par l’artiste inuite Elisapie. Pour une première fois, des mots en inuktitut seront entonnés par des dizaines de milliers d’enfants dans tout le Québec et dans toute la francophonie canadienne.

J'AIME LES MOTS
L’activité J’aime les mots revient pour une deuxième édition, parrainée cette année par Mehdi Bousaidan, l’humoriste chouchou des jeunes. J’aime les mots invite les élèves à prendre la parole dans les médias sociaux en s’amusant avec les mots et les images pour créer des mèmes — un élément ou un phénomène repris et décliné en masse sur Internet — et en les publiant en ligne sous le mot-clic #JmLesMots.

PARTICULES — correspondances inattendues
L’activité Particules — correspondances inattendues se déroulera aussi en ligne pour une deuxième année. On parle ici de twittérature : une vingtaine de cégeps et d’universités au Québec sont déjà inscrits, et l’écrivain David Goudreault agira comme parrain de l’activité, pendant que des auteurs de chaque régions du Québec et des artistes en arts visuels animeront l’activité.
Programmation complète : www.journeesdelaculture.qc.ca


À propos
Les Journées de la culture sont orchestrées par Culture pour tous, un organisme à but non lucratif qui s’est donné pour mission de faire connaître les arts et la culture dans tous les milieux et dans toutes les régions, et ce, en collaboration avec des milliers d’organisateurs partout au Québec. Les Journées de la culture bénéficient du soutien du gouvernement du Québec, d’Hydro-Québec, de la Coop fédérée, de Bell et de plusieurs autres partenaires.  

 

Ce contenu a été produit par l’équipe des publications spéciales du Devoir en collaboration avec l’annonceur. L’équipe éditoriale du Devoir n’a joué aucun rôle dans la production de ce contenu.