Les Montréalais tiennent aux arts

Le Mobile, La marche du crabe
Photo: Maxim Paré Fortin Le Mobile, La marche du crabe

Sondage: Les arts au cœur des citoyens


Désireux de connaître les habitudes, les perceptions et les opinions des Montréalais à l’égard des activités artistiques qui leur sont offertes, le Conseil des arts de Montréal (CAM) demandait il y a quelques mois à la firme Léger de réaliser pour son compte un sondage auprès des citoyens de la métropole. Les résultats de ce dernier ont été dévoilés le 14 mars, mettant en lumière la grande importance qu’accordent les Montréalais aux arts.

Écrit par l'équipe Bis Le Devoir  
Mené auprès d’un échantillon aléatoire de 501 résidents de l’île de Montréal (proportionnellement représentatif de sa population), le sondage Les arts au cœur des citoyens a été réalisé par Léger en octobre 2018.

S’inscrivant dans la volonté du CAM de développer un discours de valorisation des arts, il est le premier du genre à avoir été mené dans la métropole. Pour l’organisme, il constitue un important outil de documentation.

« Au Conseil, ça fait longtemps qu’on trouve que l’impact des arts sur nos vies n’est pas assez reconnu, indique Mme Nathalie Maillé, directrice générale du CAM. En prenant exemple sur le monde du sport qui a très bien réussi à démontrer les bienfaits de l’exercice dans nos vies, on s’est dit qu’il fallait mieux documenter l’impact des arts. On a décidé de commencer par la base en demandant aux Montréalais ce qu’ils pensaient des arts dans la ville. »
Quelques résultats-clés Interrogés sur leurs habitudes de fréquentation d’événements artistiques, les Montréalais ont affirmé en grand nombre profiter régulièrement de l’offre culturelle sur l’île. De tous les participants, 64 % ont répondu assister à des projections de films, des concerts, des festivals, des expositions, des représentations théâtrales, des spectacles de danse ou des lectures publiques plusieurs fois par année. Chez les moins de 35 ans, 75 % ont dit le faire couramment.

« Je trouve ça extraordinaire, se réjouit Mme Maillé. Ça nous confirme que les arts occupent une place importante dans la vie des Montréalais. »

Les répondants ont aussi été nombreux à souligner l’apport des arts dans la cohésion sociale de la métropole. Plus des trois quarts d’entre eux ont affirmé que les arts faisaient de Montréal un lieu plus inclusif et près de la moitié ont convenu qu’ils amélioraient le vivre-ensemble et qu’ils créaient un plus fort sentiment de communauté dans leur quartier.
 
Murale au parc Howard, Parc-Extension, Provoke peace, 2011, artiste : Carlito DalceggioCrédit : Photo MU

Que les Montréalais perçoivent de manière aussi significative ces bénéfices enchante la directrice du CAM : « Souvent, quand on nous parle des bénéfices des arts et de la culture, on nous parle des grandes retombées économiques pour Montréal, commente-t-elle. C’est vrai que ce sont d’importantes retombées — près de 11 milliards de retombées directes et indirectes selon une étude de Tourisme Montréal —, mais là, on a enfin du qualitatif. Les Montréalais nous disent qu’ils considèrent que l’art favorise le vivre-ensemble, que ça fait en sorte qu’ils aiment mieux leur quartier, etc. »
 
 

  Je trouve ça extraordinaire, ça nous confirme que les arts occupent une place importante dans la vie des Montréalais

 

Quantité de citoyens ont également assuré tirer des bénéfices personnels de la fréquentation des arts. Par exemple, 39 % ont affirmé qu’ils amélioraient leur sentiment de bien-être et 46 % qu’ils les faisaient réfléchir.

En outre, les répondants ont massivement indiqué qu’ils croyaient à la nécessité d’apporter un soutien financier aux arts (79 %), que celui-ci provienne des gouvernements, de l’administration municipale, des entreprises locales ou de dons de particuliers.
Le sondage comme tremplin Emballée par les résultats du sondage, MmeMaillé estime que la métropole pourra tirer divers bénéfices de l’exercice qui vient d’être réalisé. Elle souligne notamment qu’en plus d’aider le CAM dans sa démarche de valorisation des arts, il facilitera certaines prises de décision.

« Les résultats démontrent que les choix que Montréal a faits au cours des dernières années plaisent vraiment aux Montréalais, relève-t-elle. Je pense par exemple au fait d’instaurer la gratuité dans des grands événements et partout dans des lieux de diffusion municipaux. Je pense aussi aux investissements qu’on a faits dans les quartiers. Le sondage nous confirme qu’on doit poursuivre dans cette voie-là. »

 

La directrice générale du CAM croit également que les conclusions de l’enquête permettront au milieu artistique montréalais d’améliorer certaines de ses pratiques. « Il y a des faits intéressants qui ressortent de ce sondage, indique-t-elle. Par exemple, il nous apprend qu’il y a 37 % des citoyens qui aimeraient s’impliquer davantage dans les arts. Ça monte à 55 % chez les moins de 35 ans. Je pense que, collectivement, les gens du milieu des arts doivent se demander comment aller chercher ces personnes-là. »

Mme Maillé espère que le milieu artistique n’hésitera pas à utiliser les résultats du sondage pour déboulonner certains mythes qui persistent à son endroit.

« Quand les gens sont un peu plus loin du milieu des arts, ils en ont parfois une perception erronée, voire extrême, confie-t-elle. L’étude, c’est un outil que les gens du milieu pourront utiliser quand ils parleront à la population, à leurs abonnés, à des gens du milieu des affaires. »

Le CAM a déjà exprimé sa volonté de répéter l’exercice dans quelques années afin de mesurer différents indicateurs. Si tout se passe comme prévu, les Montréalais seront à nouveau sondés dans les prochaines années.

Ce contenu a été produit par l’équipe des publications spéciales du Devoir en collaboration avec l’annonceur. L’équipe éditoriale du Devoir n’a joué aucun rôle dans la production de ce contenu.