Les familles du Zika

Photo: Felipe Dana Associated Press
Les défis des familles du Zika sont multiples : manque d’argent, problèmes de santé, rejet social... Des troubles exacerbés par l’extrême pauvreté qui règne dans le nord-est du Brésil, la région la plus durement touchée par le virus. Le photographe Felipe Dana, de l’Associated Press, a croqué le combat de ces familles sur pellicule instantanée, question de leur donner une preuve tangible de leur courage.

- Photos par Felipe Dana (Associated Press) -

1. Recife (Brésil), 29 septembre 2016 | Rosana Alves tient sa fille Luana au bout de ses bras. La petite est atteinte de microcéphalie, une malformation dévastatrice vraisemblablement causée par le virus Zika. Mère de trois fillettes, Mme Alves a dû quitter son emploi pour prendre soin de Luana. La petite doit notamment porter un appareil orthopédique pour mieux positionner ses jambes.
 

2. Recife (Brésil), 29 septembre 2016 | Vanessa dos Santos pose avec son fils Enzo, atteint de microcéphalie. Petit baume sur une énorme plaie: Mme Dos Santos habite à distance de marche du centre de réadaptation que fréquente son fils. Le petit Enzo mange bien et prend du poids, mais il doit avaler des médicaments deux fois par jour pour contrôler les convulsions qui empoisonnent sa vie.

3. Recife (Brésil), 29 septembre 2016 | Diana Felix et Carlos Alberto Dias posent avec leur fils Ezequiel, qui souffre de microcéphalie. Le père de famille a dû quitter son emploi pour aider sa compagne à prendre soin de leurs quatre enfants. C’est d’ailleurs souvent lui qui accompagne Ezequiel lors des innombrables séances de réadaptation et rendez-vous médicaux auxquels le bambin doit se soumettre.

4. Recife (Brésil), 29 septembre 2016 | Jusikelly da Silva pose avec sa fille Luhandra, atteinte de microcéphalie. Rongée par le désespoir, Mme Silva espère que le cerveau de Luhandra sera bientôt examiné. Alors qu’elle pouvait auparavant s’asseoir seule, sa fille est maintenant presque immobile depuis des mois — le résultat apparent de violentes et mystérieuses convulsions.

5. Santa Cruz do Capibaribe (Brésil), 26 septembre 2016 | Angelica Pereira embrasse sa fille Luiza, souffrant de microcéphalie. « Nous devons tout abandonner — toutes nos tâches, nos maisonnées — [pour nous occuper de nos enfants], souligne la jeune mère de 21 ans.  Il y a tellement de gens, comme nous, avec des enfants aux besoins spéciaux. [Le gouvernement] nous oublie. »

6. Recife (Brésil), 29 septembre 2016 | Daniele Ferreira dos Santos tient dans ses bras son fils Juan Pedro, atteint de microcéphalie. Chanceuse dans sa malchance, Mme Ferreira dos Santos reçoit un coup de main de sa mère et d’une de ses filles, qui prennent soin de Juan Pedro à tour de rôle. Le père du bambin, lui, a quitté la maison quelques semaines après que l’enfant a vu le jour.

7. Recife (Brésil), 29 septembre 2016 | Tatiane do Nascimento tient dans ses bras son fils Willamis Silva, qui est atteint de microcéphalie. À cause de ses problèmes de santé, Willamis doit être nourri par une sonde, qu’il a d’ailleurs réussi à arracher à de nombreuses reprises depuis son installation. Jusqu’à tout récemment, Mme Nascimento, qui a deux autres enfants, devait l’emmener à l’hôpital chaque jour.

8. Recife (Brésil), 29 septembre 2016 | Rozilene Ferreira pose avec son fils d’un an, Arthur Conceicao, qui souffre de microcéphalie. Un an après avoir observé un pic dans le nombre de nouveau-nés atteints de la dévastatrice malformation congénitale, les médecins constatent maintenant de nombreuses complications, dont des problèmes de déglutition, de vision et d’ouïe — et de nombreux cas d’épilepsie.

9. Bonito (Brésil), 27 septembre 2016 | Solange Ferreira tient dans ses bras son fils Jose Wesley Campos, atteint de microcéphalie. Le bambin âgé d’un an est parfois surnommé « le bébé du seau », en référence à une photo croquée en décembre dernier qui montrait le bébé assis dans un seau d’eau. L’image était rapidement devenue le symbole de la crise brésilienne du Zika.

10. Bonito (Brésil), 27 septembre 2016 | Elisson Campos pose avec son frère Jose Wesley Campos, souffrant de microcéphalie. Le jeune Elisson est très proche de son petit frère, qu’il aime porter dans ses bras.

11. Santa Cruz do Capibaribe (Brésil), 26 septembre 2016 | Angelica Pereira tient dans ses mains une photo d’elle et de sa fille Luiza, prise quelques instants plus tôt. Pour un bref moment, elle a pu oublier les défis quotidiens auxquels font face les familles du Zika ; elle n’était qu’une mère qui posait avec son nouveau-né devant un appareil photo.

12. Recife, Santa Cruz do Capibaribe et Bonito (Brésil), 26 au 29 septembre 2016 | Neuf photos des familles du Zika. Des images de ces bébés atteints de microcéphalie, oui, mais surtout de leurs familles et de leurs combats quotidiens. Pour consulter ce reportage en grand format. cliquez ici.