Ottawa appelle les voyageurs canadiens en Jamaïque à la «grande prudence»

Les Canadiens séjournant dans les régions touchées devraient demeurer « extrêmement vigilants ».
Photo: Daniel Slim Agence France-Presse Les Canadiens séjournant dans les régions touchées devraient demeurer « extrêmement vigilants ».

Le gouvernement canadien prévient les voyageurs qui vont prendre un peu de soleil en Jamaïque de « faire preuve d’une grande prudence », à la suite d’une vague de crimes violents, du moins dans un secteur de l’île.

Ottawa rappelle que le gouvernement jamaïcain a déclaré jeudi l’état d’urgence pour la Paroisse de Saint James, y compris Montego Bay, « après qu’on eut constaté une augmentation significative du nombre de crimes violents ». Les forces militaires ont d’ailleurs été appelées en renfort dans la région pour tenter de stabiliser la situation, soutient le gouvernement canadien.

Un couple de Winnipeg qui séjournait en Jamaïque a été retrouvé sans vie, au début du mois.

Affaires mondiales Canada recommande aux Canadiens qui séjournent dans un centre de villégiature dans la région affectée de limiter leurs déplacements à l’extérieur des périmètres de sécurité de l’hôtel. Si les voyageurs devaient quitter ces périmètres, ils devraient « utiliser un transport organisé ou fourni par le centre de villégiature ». Ottawa recommande par ailleurs aux voyageurs de retenir les services de voyagistes pour des excursions et pour l’aller-retour à l’aéroport.

Et si les Canadiens séjournent dans les régions touchées, ils devraient demeurer « extrêmement vigilants », et suivre les directives des autorités locales et les bulletins de nouvelles locales, recommande Ottawa.

Le premier ministre de la Jamaïque, Andrew Holness, a indiqué cette semaine que l’escalade des crimes violents mettait en danger la sécurité publique, et il a décrété l’état d’urgence.

La liste des pays où Ottawa recommande « une grande prudence » comprend par ailleurs plus de 60 destinations, dont d’autres pays des Antilles comme la République dominicaine, Haïti, le Costa Rica, les Bahamas, Porto Rico, Sainte-Lucie et Saint-Martin. La France figure aussi dans cette liste « en raison de la menace terroriste actuellement élevée ».

L’avis « grande prudence » est le deuxième niveau de risque sur une échelle de quatre ; les niveaux suivants sont « évitez tout voyage non essentiel », puis « évitez tout voyage » (et quittez la région).