Le patrimoine brillant de Granby

Le célèbre Chez Ben on s’bour la bédaine est connu à travers la province.
Photo: Nancy Morin Le célèbre Chez Ben on s’bour la bédaine est connu à travers la province.

À 88 kilomètres à l’est de Montréal, une ville affiche un grand patrimoine vivant d’enseignes au néon typiques des années 1950, 1960 et 1970. Granby, 63 000 habitants, présente de manière spontanée et non organisée de nombreuses affiches de commerces d’hébergement et de restauration qui semblent ne pas avoir changé depuis plusieurs décennies.

« Granby a perdu beaucoup de son patrimoine du XXe siècle, mais moins que la plupart des autres villes du Canada », note Richard Racine, ex-directeur général de la Société d’histoire de la Haute-Yamaska (retraité depuis trois ans).

« Il faut dire qu’on avait beaucoup d’affiches au néon, plus que les autres villes, car un grand fabricant d’éclairage commercial, St-Onge Néon, était basé à Granby et son propriétaire, Jean-Louis Tétreault, a été maire de la ville de 1969 à 1973, durant l’apogée de ce type d’affichage. »

Économie stable et forte

Photo: Benoit Legault L’enseigne du restaurant Trudeau est impressionnante.

Granby est surtout connue pour son zoo, mais son économie forte est basée sur son parc industriel. Et cette économie est demeurée stable au fil des dernières décennies, permettant aux commerçants du centre-ville de pérenniser leurs commerces.

« Notre centre-ville n’est ni dynamique ni en panique. Il est stable et présente quelque chose d’immuable, ce qui est très rare, dit M. Racine. Cette stabilité a assuré dans une grande mesure la préservation de l’affichage des années 1950, 1960 et 1970. Il y a aussi le fait que la plupart des commerces du centre-ville appartenaient à des gens de Granby, qui n’étaient pas portés à changer les choses comme des gens qui viendraient de l’extérieur. »

Rapidement, le petit empire granbyen du néon s’est étendu vers l’ouest, notamment vers les motels qui accueillent les touristes arrivant par la route provinciale 112.


Aujourd’hui, la plupart des automobilistes arrivent par l’autoroute 10, mais des motels ont survécu, de même que leurs panneaux lumineux si typiques de l’Amérique du Nord mid-century. Cette survivance est maintenant menacée, selon M. Racine.

« Le patrimoine est plus en danger quand l’économie va bien, car les gens veulent alors moderniser, rénover. C’est le plein-emploi en ce moment et on voit l’arrivée de nouveaux commerçants qui pourraient vouloir changer des choses, explique Richard Racine. Même les commerçants qui veulent garder leurs enseignes au néon ont des contraintes, car il est de plus en plus difficile de s’en procurer et de les faire réparer. »

Protection pour nostalgiques

Photo: Benoit Legault L’affiche du motel Bonsoir symbolise une époque révolue mais encore vivante dans la région de Granby.

Aux États-Unis, le patrimoine néon est protégé dans certaines villes, qui y voient un attrait touristique. Beaucoup de touristes américains adorent se retrouver dans des environnements nostalgiques, notamment à Wildwood (New Jersey), Tucson (Arizona), Palm Springs (Californie) et bien sûr Las Vegas (Nevada).

 

Contrairement à ces villes américaines, le patrimoine néon de Granby s’est conservé de manière toute naturelle, par un concours de circonstances favorables.

« Les enseignes au néon de Granby n’ont pas de désignation historique. Leur prévalence s’est faite de manière naturelle, alors personne n’en fait la promotion. Les néons qui constituent de fortes identifications commerciales, comme celui du restaurant Chez Ben on s’bour la bédaine, seront protégés à cause de leur valeur commerciale, mais j’ai peur que les autres disparaissent », dit M. Racine. À Montréal, Héritage Montréal a participé à la défense de la fameuse enseigne au néon Farine Five Roses, qui est devenue un des symboles principaux de la ville. À Granby, il faudrait que les autorités reconnaissent la valeur historique et commerciale de ce patrimoine inhabituel pour qu’il soit protégé de manière systématique et permanente, pense M. Racine.

Volonté publique

Photo: Michel St-Jean Le théâtre Palace est le site principal du Festival international de la chanson de Granby.

Même aux États-Unis, les néons sans protection disparaissent du paysage urbain. New York a perdu une bonne partie de ses néons. Les néons coûtent cher à entretenir et ils cadrent souvent mal dans des règlements municipaux restrictifs qui visent l’uniformité de l’affichage des cités.

Tucson a un programme de préservation de ses néons jugés historiques, tandis que Wildwood fait fortement la promotion de ses quartiers aux nombreux affichages de néons. Mais on ne trouve rien de tel au Québec. « On n’a pas ça ici. Il y a une réelle et désolante absence de préoccupation du patrimoine dans la région de Granby et dans tout le Québec. Granby n’a pas de musée municipal, ni même de centre d’interprétation de son histoire. Granby a beaucoup de bons restaurants et d’excellents événements touristiques, mais le tourisme n’a pas ici la profondeur qu’il devrait avoir compte tenu de la riche histoire de la région », conclut M. Racine.

Carnet d’adresses à Granby

Le Palace : au 135, rue Principale, dans le centre-ville. Le théâtre et les variétés y sont à l’honneur, de même que la musique, la danse et les spectacles jeunesse. Le Palace présente annuellement près d’une centaine de spectacles professionnels en plus d’une trentaine de spectacles d’organismes locaux et régionaux. Il fait partie du patrimoine architectural de Granby et son affiche au néon est magnifique. Elle donne une signature visuelle au centre-ville.

Chez Trudeau : au 348, rue Principale, devant le parc Miner, au début du centre-ville. Voici une cantine qui a pris du galon au fil des décennies et qui comprend aujourd’hui une section cantine et une section restaurant. La première cantine Chez Trudeau, en 1934, était une roulotte tirée par un cheval ! Chez Trudeau a ensuite été une cantine dans un véhicule motorisé, jusqu’aux années 1970. C’est maintenant un restaurant familial par excellence.

Chez Ben : au 599, rue Principale (route 112), entre l’entrée de la ville depuis Montréal et le centre-ville. L’enseigne géante de Chez Ben on s’bour la bédaine est peut-être la plus remarquable affiche au néon du Québec. Il y a beaucoup plus que les néons qui rappelle les États-Unis dans cette cantine. Les couleurs, l’humour des employés et la rapidité du service sont all American, même si tout se passe en français et que la spécialité est la poutine.

Motel Bonsoir : au 1587, rue Principale (route 112), à quelques kilomètres à l’ouest de Granby. L’enseigne au néon et l’allure de ce motel rappellent les années 1950 et 1960, aux beaux jours des motor hotels. Le Bonsoir propose aujourd’hui des chambres abordables et des nids d’amour, comme la « Romantica » avec son grand lit et un grand bain à remous…