L’art de plaire à la mexicaine

Dans son <em>centro</em> sans feux de circulation, 24 pâtés de maisons aux couleurs d’un tableau de la Kahlo se disputent notre attention. Ici, l’École des beaux-arts.
Photo: Carolyne Parent Dans son centro sans feux de circulation, 24 pâtés de maisons aux couleurs d’un tableau de la Kahlo se disputent notre attention. Ici, l’École des beaux-arts.

Objectivement, c’est un bled perdu dans une plaine. Mais pour les lecteurs du magazine de voyage Condé Nast Traveler, il s’agit de la destination « la plus accueillante du monde », et pour ceux de Travel + Leisure, de la « plus belle ville » entre toutes, en 2017. Rien de moins. Intriguée, je suis allée voir lo qué pasa !

San Miguel de Allende souffle 100 bougies de plus que Montréal cette année, mais il suffirait d’éliminer les Ford Fiesta de ses rues pour qu’on s’y sente comme au XVIe siècle ! Oui, l’UNESCO a eu bien raison d’inscrire la beauté baroque — et le sanctuaire voisin d’Atotonilco — à son inventaire du patrimoine mondial. Une inscription qui, soit dit en passant, a contribué à faire doubler sa fréquentation touristique en moins de 10 ans.

Située dans l’État de Guanajuato, à trois heures de route au nord de Mexico, cette « nouvelle » destination vedette est le corazón du Mexique. « C’est aussi la ville emblématique de son indépendance », précise Fernanda Rosas, directrice du Conseil de promotion touristique du Mexique à Montréal. On ajouta d’ailleurs « de Allende » au toponyme en hommage à son célèbre fils, le héros national Ignacio Allende.

Dans son centro sans feux de circulation, 24 pâtés de maisons aux couleurs d’un tableau de la Kahlo se disputent notre attention. Ici, l’École des beaux-arts. Là, tout un quartier habillé de murales. Plus loin, un marché d’artisanat, quatre des meilleurs hôtels du pays et muchos restaurants à la mode.

Bordé de ficus taillés en forme de toques ashkénazes, le jardín, square de tous les rendez-vous, est le coeur de la cité. Il est flanqué de la parroquia de San Miguel Arcángel. C’est l’église bien-aimée des Sanmiguelenses, visible du haut de toutes les rues pentues. Et voilà, m’sieurs, dames, qui clôt la visite !

Malgré sa petite taille, l’ancien carrefour des convois qui transportaient or et argent vers la capitale à l’époque coloniale n’en a pas moins attiré 1,6 million de touristes en 2016 ! Qui plus est, son taux d’occupation hôtelière est de 100 % tous les week-ends de l’année. « Si vous voulez être tranquille, venez du lundi au jeudi », recommande José De Anda Pérez, agent de promotion au Conseil touristique de San Miguel. Pas mal pour une destination située à 65 kilomètres d’un aéroport international et à 500 kilomètres d’une plage ! Mais quel est donc son secret ?

Vous avez dit l’art ?

Touristiquement, la destination est née au lendemain de la Seconde Guerre mondiale grâce à l’artiste américain Stirling Dickinson. « Il a cofondé l’Instituto Allende, où [le grand muraliste David Alfaro] Siqueiros a enseigné, explique Francisco Garay, directeur de la Fábrica La Aurora, une ancienne manufacture textile reconvertie en centre d’art et de design. Ç’a attiré l’attention et après la guerre, des G.I. se sont installés ici pour étudier. Ç’a commencé comme ça, avec une école qui a fait de la ville un carrefour artistique. »

« Jusque dans les années 1990, San Miguel était encore une ville hippie, arty, où il y avait très peu d’hôtels : on logeait chez des familles », dit Guillermo Gonzalez Engelbrecht, directeur du Consejo turístico local.

C’est à cette époque que le compatriote Toller Cranston, médaillé olympique de patinage artistique et peintre accompli, s’y était installé, rejoignant une cohorte grandissante d’expatriés canadiens et américains tombés sous son charme.

Photo: Carolyne Parent Un vendeur de barbe à papa déambule dans les rues de la ville.

« En 2007, San Miguel est devenue une destination privilégiée de Virtuoso [un regroupement d’agences spécialisées dans le voyage de luxe] ; en 2008, une ville UNESCO ; et ç’a changé la nature du tourisme, mais contribué à conserver l’art bien vivant », dit encore M. Gonzalez Engelbrecht.

C’est le moins qu’on puisse dire : la ville de 160 000 habitants compte 119 galeries d’art ! La Fábrica, elle, est née à la demande expresse des peintres, sculpteurs et autres artistes du cru. Quant aux immeubles d’époque, certains sont revitalisés par des architectes designers mexicains de renom, comme Roy Azar, propriétaire de deux hôtels-boutiques et d’une maison-concept dans le centre historique.

D’arty et hippie, San Miguel est devenue arty et haut de gamme. « Oui, haut de gamme, mais toujours pour les amateurs d’art », selon le directeur.

Authentique ou pas ?

L’ex-bled pour beatniks n’est pas sans rappeler d’autres sublimes villes portant le sceau de l’UNESCO. Carthagène des Indes, en Colombie, vient à l’esprit. Luang Prabang, au Laos, aussi. Mais entre elles et la mexicaine, il y a une différence de taille : la provenance des touristes. Ici, 70 % d’entre eux sont du pays, principalement de Mexico. Et pour les 30 % restants, dont nous, c’est une bénédiction. Pourquoi ? Parce qu’on n’a pas l’impression de séjourner à gringolandia. Parce que Starbucks se fait muy discret. Parce qu’il y a encore des chapulines (criquets frits) au menu des restaurants. Bref, parce que la culture locale n’est pas édulcorée.

Demeurer authentique est le défi numéro uno de toute destination. Or, à San Miguel, 10 % de la population est tout de même composée d’expatriés… « Et ils sont les premiers à vouloir préserver les traditions de la ville ! » se réjouit le directeur du Consejo turístico.

Avec la désignation de l’UNESCO vient un plan de gestion du tourisme, explique-t-il. « Ce document nous dit exactement à quelle croissance nous pouvons aspirer, combien d’hôtels, de restaurants, de commerces la destination peut soutenir. On a fait des erreurs ailleurs au Mexique, on ne va pas les répéter ici. »

Aussi, depuis septembre dernier, un règlement municipal interdit la conversion d’une maison résidentielle du centro en commerce. « Et juste à temps, estime M. Gonzalez Engelbrecht, car tout le monde veut profiter de la manne. » En effet. Alentour, les chantiers de construction se multiplient…

Rue Mesones, à l’Academia de Fotografía, la photographe américaine Jo Anderson Brenzo se souvient du San Miguel de la fin des années 1970. « On était 10 000, et le soir, on aurait dit une ville fantôme tant c’était calme ! » dit-elle.

« Aujourd’hui, elle est touristique, c’est vrai, mais elle est restée une ville d’artistes. »

« Vous aimez ? Vous reviendrez ? » me demande-t-elle. Et sans attendre ma réponse, elle enchaîne : « Mais quelle question ! Vous reviendrez. On revient toujours à San Miguel… »

Carolyne Parent était l’invitée d’Aeromexico et du Conseil de promotion du tourisme du Mexique.


Combien ça coûte?

En gros, vous devriez payer environ 700 $ pour le billet d’avion, avec Aeromexico. On se loge très bien pour 200 $ la nuit, mais des options plus abordables sont aussi accessibles, à condition d’être prévoyants. Au restaurant, vous vous régalerez pour l’équivalent de 25 $, cerveza comprise. Bien entendu, les prix sont variables selon la saison et votre envie de confort.

Pour sonder l’âme «arty» du corazón mexicain!

1. La Casa del Mayorazgo de la Canal

On dit qu’il s’agit de la plus imposante des résidences de la ville, et on est bien d’accord. L’ancien palais ocre accueille des expositions temporaires et, jusqu’en décembre prochain, des oeuvres photographiques de Flor Garduño y sont présentées.

2. L’École des beaux-arts

Dans l’ancien couvent du Templo de la Inmaculada Concepción, cédé à l’école, le patio du cloître est une délicieuse oasis. Mais le clou de la visite demeure la salle consacrée à une murale inachevée de David Alfaro Siqueiros, datant de 1949 : Vida y obra del Generalísimo Don Ignacio de Allende.

3. La Fábrica La Aurora

Manufacture textile pendant presque tout le XXe siècle, La Aurora est aujourd’hui devenue un impressionnant centre d’art et de design. À l’Estudio Mario Oliva, on peut voir des toiles de Toller Cranston, qui a longtemps vécu à San Miguel, et chez l’antiquaire La Buhardilla, on peut se procurer de vraies de vraies esquisses de Frida Kahlo.

4. La colonia Guadalupe

Au nord de la ville, adjacent à La Fábrica, ce quartier ouvrier est un musée de murales à ciel ouvert. Qui s’intéresse à l’art public y passe aisément une demi-journée en colorama!

5. Prisonart

Au numéro 21 de la rue Canal, une boutique propose de luxueux accessoires en cuir, tous confectionnés par des détenus mexicains à l’instigation d’un ex-prisonnier. Le « tatouage » de certains articles, comme les sacs, en fait des objets d’art. Au final, voilà tous des achats responsables... prisonart.com.mx

Pour en savoir plus: visitsanmiguel.travel. Aussi, consulter le site du Conseil touristique de la ville.