S'éclater au champagne

La Champagne roule sa bulle avec bonheur aux quatre coins ronds de la planète vin.
Photo: Jean Aubry La Champagne roule sa bulle avec bonheur aux quatre coins ronds de la planète vin.

« Too much of anything is bad, but too much Champagne is just right. » Quelque 125 ans plus tard, le romancier Mark Twain était loin de se douter de l’intérêt de son propre pays pour les nobles bulles avec près de 22 millions de bouteilles importées. Mais il serait consterné que son propre président ne soit abonné pour sa part qu’aux vulgaires bulles industrielles !

Forte d’une production de 306 millions de cols générant annuellement quelque sept milliards de beaux dollars canadiens, inutile de préciser que la Champagne roule sa bulle avec bonheur aux quatre coins ronds de la planète vin. Les grandes maisons mènent le bal, avec des bruts sans année (BSA) toujours homogènes sur le plan de la qualité même si de plus en plus de consommateurs optent pour l’originalité des cuvées livrées par des récoltants-manipulants artisans. Et vous, le champagne vous fait-il rêver ? Moi, si. Et je ne suis pas le seul. Les Amis du vin du Devoir sablaient quelques belles bouteilles à l’aveugle cette semaine. Déclinons.

Drappier Brut Nature, Pinot Noir, Dosage Zéro (49,75 $ – 11127234). Eût-il été utile de carafer ce champagne bien sec, encore tout d’un bloc et peu nuancé ? Ou bien de lui assurer deux ou trois années supplémentaires de cave ? Toujours est-il que la trame fruitée est bien droite, vigoureuse même, terminant la marche avec netteté et franchise. Champagne apéritif par excellence. (5+) ★★★. Moyenne du groupe : ★★ 1/2.

Tribault Scloesser Blanc de Chardonnay Brut (38,50 $ – 12398491). Parmi les moins chers sur le marché actuel mais aussi, à ce niveau, le meilleur ! C’est floral et vivant, harmonieux sur le plan du dosage, simple mais d’un parfait équilibre. J’aime. (5) ★★★. Moyenne du groupe : ★★ 1/2.

Agrapart Fils Grand Cru Terroirs Extra Brut (85 $ – 12437007). Avec ses chardonnays issus de grands crus, Agrapart réinvente en quelque sorte la définition des mots « subtilité » et « finesse ». Le dosage très retenu amplifie l’impression de l’aspect minéral qui, tel un nuage chargé en fruits, humidifie un palais heureux d’être ainsi ravivé. La tension est maintenue, sans fléchissement. Vous pouvez même l’attendre en cave. (10+) ★★★★. Moyenne du groupe : ★★★.

Pol Roger Brut (62,25 $ – 051953). Séduction immédiate pour tous, mais surtout un mousseux fin et enjoué, festif et rassembleur. Avec une élégance, une classe, qui le distingue. Émoustillant à l’apéro comme sur l’entrée. (5) ★★★★. Moyenne du groupe : ★★★ 1/2.

Fleury, Notes Blanches Brut Nature, Pinot Blanc (99 $ – 12913894). Il en reste très peu, mais quelle émotion ! Un bio intrigant, complexe, profond et d’une longueur en bouche d’anthologie qui a troublé tous les participants. Une maison très fiable. Fromage ? (5+) ★★★★. Moyenne du groupe : ★★★ 1/2.

Brimoncourt Brut Régence (57,25 $ – 13349596). Une première apparition chez nous de cette cuvée d’un négociant-manipulant qui taille ses vins avec charme et amplitude même si l’on souhaiterait un tracé de bouche sans doute plus droit et précis. Un classique qui ne manque tout de même pas de charme. (5) ★★★. Moyenne du groupe : ★★ 1/2.

Egly-Ouriet Brut Tradition Grand Cru (97,25 $ – 13319475). Le clou de la dégustation ? Et de loin ! Ouf ! Wow ! Unanimité ici. Grand mousseux de caractère ennobli par un élevage long sur lies, générant une bulle fine et des flaveurs de pommes au four et d’épices. Racé. Tiendra bien sur une viande à table. (10+) ★★★★ 1/2. Moyenne du groupe : ★★★★.

Lallier Grand Rosé Brut (48,75 $ – 12560881). Sa position après l’Egly-Ouriet l’a-t-il desservi ? Oui. Son fruité net, sa tension et son ouverture de bouche texturée le disposent à de jolies libations, à petit prix. (5+) ★★★. Moyenne du groupe : ★★ 1/2.

La semaine prochaine : d’autres mousseux pour tous les budgets !