Penser le coeur de la métropole avec la stratégie centre-ville

Le représentant des commerçants, Denis Poulin, veut faire du centre-ville un petit Manhattan.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le représentant des commerçants, Denis Poulin, veut faire du centre-ville un petit Manhattan.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Faire du coeur de Montréal un lieu attrayant et habité, voilà l’objectif de la Stratégie centre-ville proposée par le maire, Denis Coderre. Un voeu qui correspond également à la vision d’André Poulin, directeur général de Destination centre-ville. Rencontre.

« Le plus important, c’est d’avoir des logements pour les travailleurs du centre-ville. Pour qu’ils ne soient pas obligés de faire des kilomètres et des kilomètres pour venir au bureau », lance d’emblée M. Poulin, représentant des commerçants du secteur situé entre l’avenue Atwater et la rue Saint-Urbain d’une part, et les rues Sherbrooke et Saint-Antoine de l’autre. L’homme connaît par coeur la zone que son organisme chapeaute. Il y vit en plus d’y travailler. Il souligne l’importance du plan d’action de la Stratégie centre-ville.

 

« Nous sommes très optimistes par rapport à ce que l’on voit dans la stratégie, notamment tout ce qui concerne le logement », précise-t-il.

 

L’une des actions prioritaires du plan est d’« implanter des écoles et d’offrir une diversité de logements pour les familles au centre-ville ». M. Poulin approuve cet objectif, lui qui souhaite avant tout l’occupation du secteur, pour le dynamiser et le rendre vivant. « Il ne faut pas que les gens qui viennent au bureau la journée partent ensuite le soir pour aller ailleurs. Non ! Ils doivent pouvoir rester et habiter dans le quartier, répète-t-il. Celui-ci doit être occupé, le jour par les travailleurs, le soir par les résidants. »

 

Il assure que, si le coeur de la métropole a toujours été vivant, même après 17 h, il va l’être de plus en plus dans les années à venir, grâce notamment à des actions comme celles de Stratégie centre-ville.

 

Accueillir les familles

 

La réalisation de projets « exemplaires » sera par ailleurs soutenue par la Stratégie centre-ville. André Poulin évoque notamment la possibilité de reconvertir des ensembles institutionnels en intégrant dans le nouvel édifice des logements pour les familles, des services collectifs et des espaces verts. Il mentionne ainsi Union sur le parc, au coeur du village Shaughnessy, ou encore le 21e arrondissement, entre le Vieux-Montréal et Griffintown. Le centre-ville offre dès lors de plus en plus de logements pour différents types de clientèle.

 

Parmi les éléments de son plan d’action, la Ville de Montréal vise à ajouter mille logements de trois chambres et plus au centre-ville d’ici dix ans, dont une proportion significative d’habitations abordables pour des familles accédant à la propriété. Elle souhaite aussi accueillir environ 3000 nouveaux ménages avec enfants dans la décennie à venir. « C’est réaliste et c’est un besoin », souligne M. Poulin, qui constate que, depuis quelques années, les résidants au centre-ville sont de plus en plus nombreux.

 

Si, de prime abord, la cohabitation entre les condos de luxe et les logements sociaux n’a pas séduit le directeur général de Destination centre-ville, il explique avoir mieux compris la nécessité de ces habitations abordables.

 

« Nous trouvions un peu délicate la stratégie de logements sociaux, et nous l’avons bien exprimé dans notre mémoire, car pour nous, la priorité est toujours d’offrir des appartements aux gens actifs, explique-t-il. Mais en réalité, nous avons toutes sortes de travailleurs au centre-ville. Il y a aussi des gens qui gagnent le salaire minimum. Ils sont nécessaires au dynamisme du quartier et eux non plus ne devraient pas avoir à faire des kilomètres pour venir au travail. »

 

La Stratégie centre-ville cherche à permettre à tous ceux qui ont leur emploi dans le secteur d’y demeurer. Une vision qui concerne également les étudiants, nombreux dans cette zone qui abrite les universités McGill et Concordia.

 

Réduire le nombre de voitures

 

André Poulin rappelle que le centre-ville compte actuellement 300 000 travailleurs environ, auxquels il faut ajouter les étudiants et les membres des diverses institutions qui s’y trouvent. « Si nous pouvons avoir un gros parc d’habitations pour ces gens-là, alors nous rejoindrions le mouvement insufflé par plusieurs grandes villes à travers le monde, et qui consiste à établir des projets de développement durable afin d’essayer de réduire l’utilisation de l’automobile », commente-t-il. L’objectif : pouvoir tout faire à pied, à vélo ou en transport en commun.

 

« Le modèle, c’est Manhattan, estime M. Poulin. Nous pourrions espérer être un petit Manhattan. » Selon lui, la faible proportion de véhicules par ménage des New-Yorkais vivant dans le quartier des affaires est l’exemple à suivre. « Ils n’ont pas besoin de voiture : ils peuvent aller travailler, faire leur épicerie, se divertir sans avoir des kilomètres à parcourir. C’est ce que l’on devrait espérer pour Montréal », détaille-t-il.

 

À cela s’ajoute la volonté d’offrir une meilleure accessibilité au centre-ville. En outre, il note la nécessité d’améliorer le réseau de transport en commun montréalais. L’une des priorités du plan est d’ailleurs la bonification du réseau, notamment grâce à l’implantation du Réseau électrique métropolitain (REM).

Une stratégie pour le coeur de la métropole

La Ville de Montréal propose un programme de valorisation et de dynamisation de son centre-ville pour les 15 prochaines années : la Stratégie centre-ville. Le plan d’action, dévoilé cet été, couvre plusieurs champs, tels que l’habitation, le développement social et communautaire, le développement économique, la mobilité, la sécurité, l’aménagement du domaine public, les équipements collectifs et culturels.

Cette démarche a pour objectif d’« optimiser le potentiel de développement du centre-ville en créant une vision d’avenir [horizon 2030] et de proposer, par une approche intégrée, des pistes d’intervention qui guideront son développement futur. » Accessibilité, densité, mixité, qualité et rayonnement sont les cinq axes qui structurent la stratégie.

La Stratégie centre-ville couvre le territoire de l’arrondissement de Ville-Marie ainsi que certains secteurs adjacents dans les arrondissements du Sud-Ouest, du Plateau-Mont-Royal et de Mercier–Hochelaga- Maisonneuve.