Le pari écoresponsable de Terrebonne

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Novateur et en harmonie avec la nature. Tel est le concept du projet écoresponsable Urbanova à Terrebonne, le plus grand du genre au Canada. Un lieu à deux visages : un côté ville, un côté nature.

Des centaines d’hectares de boisés, 63 kilomètres de cours d’eau, un équilibre parfait entre faune et flore… Bienvenue dans le quartier d’Urbanova. À Terrebonne, entre la rivière des Mille Îles et l’autoroute 640, à la limite de Bois-des-Filion, ce projet d’envergure ne compte pas moins de 600 hectares de corridors de biodiversité. « La fierté de ce projet est que nous avons conservé 45 % des espaces verts », dévoile avec joie Carole Tétreault, directrice du développement pour Urbanova.

« En tant qu’urbaniste, je veux donner le goût aux gens de marcher, de bouger, de profiter de la nature », explique-t-elle. Avec Urbanova, chaque habitant n’a pas plus de quelques centaines de mètres à parcourir pour se retrouver en pleine nature, dans un corridor écologique, un boisé, un parc ou au bord de l’eau. À terme, le projet comptera 20 parcs et espaces verts, tout un réseau de sentiers écologiques favorisant les déplacements à pied ou à vélo entre les différents logements et plusieurs jardins communautaires. « Des gens me disent : “je n’ai même plus besoin d’avoir un chalet, j’ai tout ici, je peux faire tous mes loisirs !” » se réjouit Mme Tétreault.

En plus de l’importance accordée aux espaces verts, tout a été pensé pour favoriser les pratiques écoresponsables des habitants. Dans le quartier, une dizaine de conteneurs à déchets semi-enfouis dans la terre — les Molok — a été installée, pour une meilleure gestion des déchets et la réduction des transports. Le projet permet en outre la récupération des eaux pluviales, et les éclairages ont été adaptés en fonction du milieu (boisé, bord de l’eau…). Les plantes ont aussi été sélectionnées avec soin, elles sont toutes indigènes et ne consomment que peu d’eau.

Un quartier mixte

« Ce qui crée la force d’Urbanova, c’est sa mixité », lance Mme Tétreault. Avec pas moins de 15 constructeurs différents, il y en a pour tous les goûts, mais aussi pour toutes les bourses. Appartements en copropriété, maisons de ville et unifamiliales, en vente ou en location, sont et seront disponibles à Urbanova. Ainsi, les familles avec ou sans enfants, célibataires, ou retraités pourront trouver leur bonheur dans ce quartier. D’ici une quinzaine d’années, les 15 constructeurs devraient offrir quelque 12 000 logements différents pour une population estimée à près de 35 000 habitants.

L’urbaniste insiste aussi sur l’importance de l’esprit de communauté et la convivialité. « Par exemple, nous avons mis le CHSLD à côté d’une garderie, je trouve que c’est intéressant, cela pourrait permettre une belle relation », raconte-t-elle. Une place centrale a aussi été créée au coeur du projet, en vue de favoriser les rassemblements. « Toute cette place est comestible, souligne Mme Tétrault. Il y a des framboisiers, des poiriers, des canneberges, des fines herbes, c’est intéressant pour la découverte et aussi pour la possibilité d’aller récolter soi-même. »

Un projet en plein développement

Urbanova est né au cours de l’année 2011, de la volonté municipale. Terrebonne souhaitait développer un projet aux qualités écologiques. « Le but n’est pas de créer une banlieue dortoir, c’est un lieu où il fait bon vivre avec des services à proximité, où les habitants n’ont pas besoin de prendre leur auto pour se déplacer », détaille Mme Tétrault. La première phase, qui comprend environ 1000 logements, vient d’être terminée, et 80 % de celle-ci est déjà vendue et habitée. Le quartier compte déjà une école, un CHSLD, une garderie et des commerces divers.

La deuxième, qui devrait porter le nom de Natura, est en cours. « Dans les cinq prochaines phases, nous allons créer une ville avec une animation », décrit Mme Tétrault. Alors que certains estiment qu’il s’agit d’une « ville dans la ville », elle préfère parler de complémentarité avec le reste de Terrebonne.

Par ailleurs, le projet a déjà été récompensé à plusieurs reprises : en 2012, avec le prix d’aménagement de quartier intégré, de la Fédération canadienne des municipalités, et deux fois (2012 et 2014) avec le prix d’aménagement par l’Union des municipalités du Québec. Il a aussi reçu trois prix au Concours Domus de 2015.

« Urbanova reçoit un bel accueil, tout le monde veut déménager ici ! » conclut Mme Tétrault. Selon elle, cela s’explique notamment par la qualité de vie possible dans ce quartier et le coût abordable des habitations.

Urbanova en quelques chiffres

35 000 résidants d’ici 15 ans

1220 hectares de territoire

600 hectares d’aires protégées

Entre 10 000 et 15 000 habitations potentielles

Types d’habitations : appartement en copropriété, maison de ville ou unifamiliale
1 commentaire
  • Nicole D. Sévigny - Abonnée 20 mai 2017 10 h 08

    Je suggère...

    à la ville de Terrebonne d'éviter les bâtiments "vendus" en copropriété.

    Le principe en lui-même est correct lorsque ces logements, en copropriété, sont "loués"...mais un casse-tête pour ceux qui achètent...surtout pour les personnes agées et retraitées.

    L'obligation, d'avoir un syndicat à l'interne, peut tourner au cauchemar lorsque personne ne veut en prendre la responsabilité. Il leur reste à trouver une" firme de gérance"... qui ne veut pas leur manger la laine sur le dos.

    Enfin, ce que je veux dire à nos aînéEs : pensez-y à deux... et même trois fois avant "d'acheter".

    Félicitations à la ville de Terrebonne pour vos 600 hectares protégés...la moitié de la superficie du développement proposé! Faites attention aux ...grenouilles svp et
    ...au grenouillage!