Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Masters de Londres

    Federer bat Sock sans forcer

    13 novembre 2017 |Agence France-Presse | Tennis
    Le Bâlois dispose d’un boulevard pour s’imposer pour ses septièmes Masters.
    Photo: Adrian Dennis Agence France-Presse Le Bâlois dispose d’un boulevard pour s’imposer pour ses septièmes Masters.

    Londres — Roger Federer a remporté dimanche son premier match des Masters de Londres, en s’imposant en deux sets face à Jack Sock 6-4, 7-6 (7/4), no9 mondial, trouvant parfaitement ses repères pour son entrée en lice dans le tournoi de fin d’année.

     

    Pas question de pousser son talent dans la première journée, Federer a joué sur l’expérience pour venir à bout du grand Américain, sans vraiment forcer, s’appropriant dans le calme l’immense O2 Arena, son éclairage, son ambiance et ses rebonds.

     

    « C’est super d’être de retour ici, surtout après avoir manqué l’année dernière sur blessure, a réagi Federer à l’issue de la rencontre. Il fallait juste mettre les balles dans le court, car ici, c’est comme lors des premiers tours de chaque tournoi, il faut lutter, car on n’est pas habitués aux conditions, aux rebonds de la balle. J’étais juste content de pouvoir réaliser des bons coups, de me concentrer sur mon service et d’avoir eu la bonne intensité. »

     

    « Je crois que c’est la difficulté de chaque tournoi, mais ici, c’est encore accentué, car le premier match est contre un autre membre du top 10 et cela rend les choses vraiment difficiles », a-t-il ajouté.

     

    Vu la relative faiblesse du plateau 2017 (sans Murray ni Djokovic) et le niveau de jeu affiché cette année par Federer (7 titres dont l’Open d’Australie et Wimbledon), le Bâlois dispose d’un boulevard pour s’imposer pour ses septièmes Masters : il fallait juste faire le travail face à Sock.

     

    Talent et expérience

     

    À 36 ans, frais et reposé après son impasse sur le tournoi de Paris-Bercy, il s’est contenté de faire parler le talent et l’expérience dimanche. « Pour être honnête, il m’a fallu du temps pour me remettre », a-t-il expliqué, justifiant ainsi sa pause après sa huitième victoire chez lui à Bâle fin octobre.

     

    Cela lui a plutôt réussi : le Suisse s’est échappé dès le premier jeu de la rencontre, puis a conservé son avance pour s’adjuger le premier set.

     

    Le no 2 mondial a légèrement accéléré dans la seconde manche, se créant cinq nouvelles opportunités de break. Mais, face à un Sock de nouveau accrocheur, il n’a pas su les convertir. Qu’à cela ne tienne… Federer s’est armé de son flegme légendaire pour faire craquer l’Américain dans le jeu décisif, tirant profit des erreurs de son adversaire. « Je suis bien parti puis le deuxième set a été plus serré. Le tie-break aurait pu aller d’un côté comme de l’autre. Et en fin de compte, il m’a aidé en faisant des erreurs », a ensuite analysé le vainqueur de 19 tournois du grand Chelem.

     

    Rafael Nadal, assuré de conserver sa place de no 1 mondial à l’issue de la semaine londonienne, entrera en lice lundi contre le Belge David Goffin (no 8). L’Espagnol est tout de même entré sur le court dimanche pour recevoir son trophée sous les acclamations du public.

     

    « D’une certaine manière, je suis content » pour Nadal, a commenté Federer. « Il le mérite et, comme ça, je peux me concentrer sur ce tournoi. » Le Suisse ne s’est pas imposé à l’O2 Arena depuis 2011.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.