Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Denis Shapovalov, de l’anonymat au vedettariat en bien peu de temps

    8 septembre 2017 | Gregory Strong - La Presse canadienne à Toronto | Tennis
    L’Ontarien pourrait se trouver aux portes du top 50 lundi.
    Photo: Julie Jacobson Associated Press L’Ontarien pourrait se trouver aux portes du top 50 lundi.

    Les Canadiens ont été captivés par le jeu de Denis Shapovalov à la Coupe Rogers, à Montréal. Le reste de la planète a suivi lors des Internationaux des États-Unis, à New York.

     

    L’Ontarien de 18 ans, qui disputait des tournois obscurs plus tôt cet été, a enchanté le public lors d’un événement du Grand Chelem. Battant certains des plus grands noms du tennis, il a fait une montée spectaculaire au classement de l’ATP.

     

    « C’est certain que ma vie a changé depuis un mois », a dit Shapovalov.

     

    Le 10 août au Stade Uniprix, il a épaté en éliminant le numéro 1 mondial Rafael Nadal, en huitièmes de finale. Il a aussi vaincu Juan Martin del Potro avant de s’incliner en demi-finale devant Alexander Zverev, qui allait tout rafler.

      /

    À Flushing Meadows, Shapovalov a dû passer par les qualifications. Dans le tableau principal, il a notamment écarté Jo-Wilfried Tsonga avant de perdre au quatrième tour, face à Pablo Carreno Busta.

     

    Pas mal pour un joueur qui était de justesse dans le top 200 il y a trois mois. Actuellement 69e, il pourrait se trouver aux portes du top 50 quand sera publié le nouveau classement, lundi.

     

    « La victoire contre Rafa, c’était la cerise sur le sundae, a dit Shapovalov. Juste de pouvoir rivaliser avec lui, ça vous donne telllement confiance en vous. Voir que c’était serré, ça m’a vraiment envoyé le message que j’étais à ma place sur le même terrain que ces gars-là. »

     

    « D’avoir maîtrisé ma nervosité pour réussir les coups que j’ai faits dans les moments cruciaux, c’était très inspirant et très motivant. »

     

    Shapovalov se fait reconnaître beaucoup plus qu’avant. Ça l’inspire, surtout l’impact qu’il a auprès des plus jeunes partisans.

     

    « Je vois tous ces enfants qui deviennent excités en me voyant, mentionne l’athlète de Richmond Hill. C’est cool de constater que je les inspire à commencer à jouer au tennis. »

     

    Décrit comme « la bouffée d’air frais dont le tennis a besoin » par nul autre que John McEnroe, Shapovalov a pu reprendre son souffle depuis quelques jours, passant du temps avec sa famille et ses amis.

     

    Il sera de retour en action la semaine prochaine à Edmonton, où le Canada va affronter l’Inde en Coupe Davis, au Northlands Coliseum.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.