Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Tennis

    Federer renoue avec la victoire

    20 mars 2017 |Agence France-Presse | Tennis
    À 35 ans, Federer s’amuse comme un gamin: il s’est joué de tous ses adversaires en deux sets souvent étincelants.
    Photo: Clive Brunskill / Getty Images / Agence France-Presse À 35 ans, Federer s’amuse comme un gamin: il s’est joué de tous ses adversaires en deux sets souvent étincelants.

    Indian Wells — Après l’Open d’Australie, Indian Wells ! Revigoré par une pause forcée de six mois en 2016, Roger Federer a remporté les deux premiers rendez-vous importants de l’année et semble de nouveau inarrêtable.

     

    À 35 ans, Federer s’amuse comme un gamin : il s’est joué de tous ses adversaires en deux sets souvent étincelants, comme dimanche en finale contre Stan Wawrinka (6-4, 7-5), et il s’est ensuite moqué, gentiment, de l’émotion de son compatriote et ami lors de la cérémonie protocolaire.

     

    « J’ai perdu plusieurs matchs importants contre toi, mais quand tu es arrivé en finale de l’Open d’Australie, j’étais ton supporteur no 1. Félicitations pour ton retour à ce niveau », lui a lancé Wawrinka, ému et épuisé.

     

    « C’est un conte de fées que je vis depuis mon retour sur les courts », lui a répondu, tout sourire, l’ancien no 1 mondial qui compte désormais 90 titres à son palmarès.

     

    Grâce à ce cinquième titre à Indian Wells, le premier depuis 2012, Federer a égalé le record de son grand rival Novak Djokovic qui était jusqu’à dimanche le seul quintuple vainqueur du premier Masters 1000 de l’année.

     

    Plus important encore pour la suite de la saison, Federer va passer de la 10e à la 6e place au classement ATP lundi et a lancé un avertissement à tous ses rivaux, s’ils pensaient que son 18e titre en Grand Chelem à Melbourne en janvier était une anomalie.

     

    Contre Wawrinka, Federer a sorti le grand jeu d’entrée, un mélange d’agressivité et de variation de rythmes qui a usé le no 3 mondial.

     

    Il a surtout démontré une nouvelle fois sa capacité à bien négocier les points importants : ainsi après les neuf premiers jeux où chacun a remporté son engagement avec autorité, Federer s’est offert sa première balle de break qu’il a concrétisé pour s’offrir le set sur un coup droit manqué de Wawrinka.

     

    Mené une manche à zéro, Wawrinka n’a pas accusé le coup trop longtemps et a aussitôt bousculé Federer pour lui prendre son service, une première depuis le début du tournoi.

     

    Mais son avantage a été de courte durée : Federer a rapidement « debreaké » avec des retours canon qui n’ont laissé aucune chance à Wawrinka.

     

    Revenu à égalité (2-2), Federer a attendu patiemment la première occasion qui s’est présentée durant le douzième jeu : un revers dans le filet de son adversaire lui a offert une première balle de match qu’il n’a pas gaspillé en montant au filet, pour conclure le match et le tournoi, d’une volée de coup droit le long de la ligne.

     

    Pour la vingtième fois en 23 confrontations, pour la deuxième fois de l’année après leur demi-finale de l’Open d’Australie, Federer est sorti vainqueur d’un duel avec Wawrinka qui ne l’a toujours pas battu sur une surface autre que la terre battue.

     

    « J’espère que mon corps va me permettre de jouer encore longtemps à ce niveau », a indiqué Federer qui est devenu le doyen des vainqueurs d’un Masters 1000, succédant à Andre Agassi qui avait 34 ans lorsqu’il s’était imposé à Cincinnati en 2004.

     

    Federer peut enfoncer le clou dès la semaine prochaine lors du Masters 1000 de Miami que ne disputeront pas ses grands rivaux Andy Murray et Djokovic, respectivement no 1 et no 2 mondial, blessés.

     

    Le tournoi floridien n’est pas son favori : il n’y compte « que » deux victoires (2005, 2006), et avait chuté en quarts de finale lors de sa dernière apparition en 2014. Mais tout semble possible pour ce Federer rajeuni.

     

    Chez les femmes

     

    La Russe Elena Vesnina a remporté à 30 ans le titre le plus important de sa carrière en battant sa compatriote Svetlana Kuznetsova au terme d’une finale-marathon, 6-7 (6/8), 7-5, 6-4, dimanche.

     

    Pour sa première finale dans un tournoi WTA Premier Mandatory, les plus importants après ceux du Grand Chelem, Vesnina n’a pas tremblé. Il lui a certes fallu trois heures, soit la plus longue finale de l’histoire du tournoi californien, pour venir à bout de Kuznetsova, mais elle a conclu en beauté sa belle quinzaine californienne.

     

    Alors qu’elle était tombée en 2016 dès le premier tour, Vesnina qui s’est constituée un beau palmarès en double, a éliminé plusieurs joueuses de renom, dont la future N.1 mondiale, l’Allemande Angelique Kerber et l’Américaine Venus Williams. Après deux premières manches très disputées, la 15e mondiale a fait craquer Kuznetsova avec son service et en abrégeant les longs échanges initiaux.

     

    Elle s’est offert son troisième titre WTA, confirmant que sa surprenante demi-finale de Wimbledon 2016 n’était pas le fruit du hasard, et sera lundi 13e mondiale, le meilleur classement de sa carrière en simple.

     

    De son côté, Kuznetsova reste bloquée à 17 titres et a perdu pour la troisième fois de sa carrière, après 2007 et 2008, en finale à Indian Wells. « Je ne me suis pas sentie super sur le court, parce qu’elle était très agressive », a regretté celle qui compte deux titres du Grand Chelem (Roland-Garros 2009, US Open 2004) à son palmarès. « Je n’ai en outre pas très bien servi. Même à 4-1 au 2e set, je n’étais pas très bien. Bien sûr il y avait de la tension, mais je ne sais pas pourquoi certains jours on se sent moins bien que d’autres », a souligné Kuznetsova, qui aura 32 ans en juin prochain.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.