Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    La commande était trop lourde

    Eugenie Bouchard se fait déclasser en finale de Wimbledon

    5 juillet 2014 16h54 |Jean Dion | Tennis
    Petra Kvitova tenait sa forme des grands jours samedi à Wimbledon, et le moment n’était vraiment pas choisi pour s’expliquer avec elle. Dominante dans tous les aspects du jeu, tant sur les coups droits que les revers, au service comme en retour, la grande Tchèque a livré une performance sans faille et n’a laissé aucune chance à Eugenie Bouchard d’entrer dans la finale, lui servant une leçon de tennis au compte de 6-3 et 6-0 dans un match expéditif qui a duré 55 petites minutes.

    Il s’agit d’un deuxième titre sur le gazon londonien pour Kvitova, 6e tête de série, au All England Club. Elle avait déjà remporté Wimbledon en 2011.

    Pour Bouchard, il s’agit d’une fin un peu brutale après une quinzaine de rêve qui l’a vue accéder au carré d’as pour un troisième tournoi du Grand Chelem consécutif et devenir la première représentante du Canada à atteindre la finale d’un tournoi majeur, mais elle en tirera certainement des enseignements précieux. Son excellent rendement lui permettra du reste de grimper au 7e échelon mondial, elle qui était 13e, et comme l’a dit Kvitova immédiatement après la rencontre, «Eugenie, je suis certaine que tu auras une autre chance bientôt».

    «Ç’a vraiment été difficile pour moi, a commenté la Québécoise, qui malgré sa déroute a eu droit à une ovation de la foule lors de la remise des trophées sur le court. Petra a été fantastique. Mais je suis très fière de la façon dont j’ai joué ces deux dernières semaines. Je pense que j’ai fait un pas dans la bonne direction. Je ne sais pas si je mérite votre amour aujourd’hui, mais je l’apprécie grandement.»

    Kvitova a mis son empreinte sur le match en réalisant trois bris de service à chacune des manches. Ses coups tout en puissance frôlaient les lignes et son rythme d’enfer n’ont jamais permis à sa rivale de s’ajuster. Les rares fois où Bouchard a pu entrevoir une lueur d’espoir, comme lorsqu’elle a échappé trois balles de bris, mais a tout de même remporté le jeu pour revenir à 2-3 à la première manche, ou quand elle a elle-même obtenu un bris pour faire 3-5, la Tchèque est aussitôt passée à la vitesse supérieure. En deuxième manche, le rouleau compresseur est sorti, et il n’a pas eu besoin de regarder derrière lui. Il n’y avait pas grand-chose à faire pour l’immobiliser.

    «C’est un long cheminement que d’essayer de devenir aussi bonne que je veux l’être, a déclaré Bouchard. Je ne gagnerai pas à chaque fois. Ma première finale en Grand Chelem est une bonne expérience de ce point de vue là. J’étais dedans au début, mais j’ai rapidement senti que je n’étais pas capable de mettre mon jeu en place. Elle m’a mis trop de pression. Parfois, l’adversaire est juste meilleur que nous et ç’a été le cas aujourd’hui. Je ne pense pas m’être laissé dépasser par l’événement. Bien sûr, je suis déçue, mais je vais aussi réaliser que je viens de loin et apprécier ce que j’ai fait.»

    Et à 20 ans, évidemment, elle peut se permettre d’entrevoir un avenir radieux sans pour autant prendre les choses à la légère. «Je sais maintenant ce que c’est que de participer à une finale. J’espère pouvoir atteindre plusieurs autres finales. C’est le but. Je vais retourner travailler mon jeu, essayer de m’améliorer. Vous devez toujours vous améliorer.»












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.