Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    En un an, les Golden Knights de Vegas ont épaté la LNH

    27 décembre 2017 |Michel Lamarche - La Presse canadienne | Hockey
    Le gardien des Golden Knights, Marc-André Fleury, arrête un tir de Lars Eller, des Capitals de Washington, alors que Jon Merrill, des Golden Knights, défend le filet de son équipe.
    Photo: Ethan Miller Getty images Agence France-Presse Le gardien des Golden Knights, Marc-André Fleury, arrête un tir de Lars Eller, des Capitals de Washington, alors que Jon Merrill, des Golden Knights, défend le filet de son équipe.

    Las Vegas est une ville synonyme de tape-à-l’oeil où le hasard fait foi de tout. Mais cela ne s’applique pas du tout à l’équipe de la Ligue nationale de hockey qui y a fait ses débuts en octobre.

     

    Les Golden Knights de Vegas ont confondu tous les experts en 2017 — plusieurs rivaux aussi — et réalisé plusieurs records pour un club d’expansion, au point de représenter le fait marquant de l’année dans la LNH.

     

    Grâce à un début historique pour une formation issue d’un élargissement des cadres, les hommes de Gerard Gallant n’ont toujours pas trébuché, au point de trôner au sommet de l’Association Ouest avec 23 victoires et 48 points après 34 matchs.

    Ils ont un entraîneur qui était combatif pendant sa carrière de joueur, et c’est ce qu’il exige derrière le banc. Ils vous attaquent, ils sont affamés et ils sont bons.
    Terry Crisp, associé à quatre équipes d’expansion à titre de joueur, d’entraîneur-chef et d’analyste depuis 1967

    Aucune équipe de l’expansion n’a gagné autant de matchs aussi rapidement dans l’histoire de la LNH. Les Golden Knights sont aussi devenus la première formation à remporter ses trois premières parties, ainsi que huit des neuf premiers matchs de son histoire. Lors des deux premiers mois du calendrier, ils ont connu deux séquences de cinq victoires.

     

    En guise de comparaison, les Capitals de Washington (1974-1975) et les Sénateurs d’Ottawa (1992-1993) ont amassé, ensemble, 18 victoires lors de leur première campagne dans la LNH, en 164 parties !

     

    « Je crois en notre équipe tous les soirs. Je pense que nous formons une bonne équipe de hockey. Nous travaillons avec ardeur et bataillons avec vigueur », a déclaré Gallant quelques instants après un triomphe de 4-3 contre le puissant Lightning de Tampa Bay, le 19 décembre dernier.

     

    « Pouvons-nous maintenir cette cadence ? Je pense que oui et les joueurs ont confiance d’y parvenir. Nous affrontons des adversaires très coriaces et nous leur tenons tête. Là encore, tout tourne autour de la confiance qu’affichent nos joueurs. Ils veulent travailler fort et s’assurent de jouer avec énergie match après match. Pour nous, c’est la clé. »

     

    Règles favorables

     

    Les Golden Knights ont réussi tout ça en réclamant des joueurs abandonnés par toutes les autres équipes de la LNH — ce qui avait aussi été le cas de leurs prédécesseurs —, mais de qualité bien supérieure au bassin offert aux formations d’expansion du passé. Comme les Islanders de New York en 1972, vainqueurs de seulement 12 parties sur 78 à leur saison inaugurale.

     

    Il faut dire que les règles entourant les repêchages d’expansion ont beaucoup changé au fil des décennies, souligne Bill Torrey, le premier directeur général de l’existence des Islanders.

     

    « Il n’existe aucune similitude entre notre repêchage d’expansion et celui des Golden Knights, tranche Torrey, le bâtisseur de la dynastie des Islanders du début des années 1980. Les Golden Knights ont obtenu de légitimes joueurs de la LNH, tandis que nous en avons eu trois. Tous les autres étaient de calibre des ligues mineures. »

     

    Favorisés par un système beaucoup plus équitable, les Golden Knights ont mis la main sur un gardien de premier plan en Marc-André Fleury, mais aussi sur des attaquants de qualité en James Neal, David Perron et Jonathan Marchessault.

     

    Un entraîneur de haut niveau

     

    Le directeur général, George McPhee, a également manoeuvré en coulisses avant le repêchage d’expansion pour ajouter des joueurs respectables ou d’éventuels choix au repêchage.

     

    « En Gerard Gallant, ils ont mis la main sur un excellent entraîneur. Je le connais bien, car nous l’avons eu ici. Aussi, les Golden Knights ont eu environ un an pour préparer leur repêchage et bâtir leur organisation. Avec les Panthers, nous avions eu cinq mois et, avec les Islanders, environ six mois », s’est souvenu Torrey, aujourd’hui conseiller spécial avec les Panthers de la Floride, dont il a été le président lors de leur arrivée dans la LNH en 1993.

     

    Les performances des Golden Knights sont d’autant plus remarquables qu’ils ont rapidement fait face à l’adversité. Ils ont dû faire appel à quatre gardiens différents à leurs dix premiers matchs à la suite de blessures successives de Fleury, de Malcolm, de Subban et d’Oscar Dansk.

     

    Terry Crisp, qui a été associé à quatre équipes d’expansion à titre de joueur, d’entraîneur-chef et d’analyste depuis 1967, est totalement impressionné par ce qu’il voit.

     

    « Quand tu verses 500 millions de dollars pour une concession de hockey, comme ils ont dû le faire, c’est normal de vouloir une équipe respectable. C’est vrai qu’ils ont eu des avantages que d’autres clubs [d’expansion] n’ont pas eus, mais ils en ont profité. Ils savent ce qu’ils font. Ils ont un entraîneur qui était combatif pendant sa carrière de joueur, et c’est ce qu’il exige derrière le banc. Ils vous attaquent, ils sont affamés et ils sont bons. »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.