Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Nouvelle offre de la LNH: les joueurs ont jusqu'à samedi pour accepter

    12 septembre 2012 17h04 |La Presse canadienne | Hockey
    New York – La LNH a fait une nouvelle offre aux joueurs, mercredi, leur donnant jusqu'à samedi pour l'accepter, sinon elle sera retirée.

    L'offre comprend une augmentation de la part des revenus qu'auraient les joueurs, à qui on en proposait 46 %, dans l'offre précédente. Ils reçoivent en ce moment 57 % des revenus.

    Le commissaire Gary Bettman n'a pas voulu chiffrer l'augmentation de pourcentage qui serait accordée aux joueurs. Il a ajouté que dans le but de simplifier les choses, on ne changerait pas ce qui est considéré comme revenus liés au hockey, soit les revenus à partager entre les joueurs et la ligue, en vertu de la convention collective.

    Bettman et deux propriétaires ont formulé la proposition en réponse à une offre faite plus tôt dans la journée par les joueurs, qualifiée d'inadéquate par le commissaire. Le contrat de travail actuel se termine à minuit samedi, après quoi la LNH dit qu'elle va retirer l'offre et décréter un lock-out.

    Plus tôt mercredi, le directeur exécutif de l'Association des joueurs, Donald Fehr, a dit que sa nouvelle proposition s'inscrivait dans la même lignée que la précédente, en ajoutant toutefois que les joueurs étaient ouverts à obtenir un pourcentage plus faible des revenus.

    Il n'y avait pas eu d'échanges formels depuis le 31 août. Le commissaire adjoint de la ligue, Bill Daly, avait dit s'attendre à ce que les joueurs fassent part de leur agenda ou livrent un message, à défaut de faire une proposition.

    Environ 300 joueurs vont se réunir plus tard mercredi. Le bureau des gouverneurs de la LNH tiendra de son côté une rencontre jeudi.

    Du côté montréalais, l'AJLNH et au moins 16 joueurs du Canadien ont déposé une application auprès de la Commission des relations du travail, mercredi, demandant que le possible lock-out soit déclaré illégal. Il doit y avoir une audience à cet effet à 10h30 vendredi.

    Au Québec, un employeur ne peut pas décréter un lock-out à moins que ses employés soient membres d'un syndicat reconnu par la Commission, ce qui n'est pas le cas avec l'AJLNH.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel