Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Jean Béliveau - Le «Gros Bill» a 80 ans

    31 août 2011 |Benoît Melançon - Professeur à l'Université de Montréal. | Hockey
    Capitaine des Canadiens de Montréal pendant dix saisons, Jean Béliveau a été choisi six fois dans la première équipe d’étoiles de la LNH et il a aidé les Canadiens à gagner dix coupes Stanley.<br />
    Photo: Agence Reuters Christinne Muschi Capitaine des Canadiens de Montréal pendant dix saisons, Jean Béliveau a été choisi six fois dans la première équipe d’étoiles de la LNH et il a aidé les Canadiens à gagner dix coupes Stanley.
    Personne ne s'étonnera du fait que le nom de Jean Béliveau a été évoqué à plusieurs reprises au moment de nommer un sénateur ou un gouverneur général du Canada. De la même façon, la visite rendue par Béliveau au pape Paul VI correspond bien à l'image de cet homme d'ordre. Voilà quelqu'un qui inspire la confiance et le respect, un «monsieur», le porte-parole idéal pour toutes sortes de bonnes œuvres, un père et un grand-père réputé exemplaire. Il est même possible de lui décerner un doctorat honoris causa; il en a reçu un de nombreuses universités canadiennes. On n'associe pas son nom à la contestation.

    Pourtant, Béliveau, qui célèbre son 80e anniversaire de naissance aujourd'hui, a déjà été une forte tête. Ce Béliveau-là incarnait l'indépendance, voire la rébellion. C'était au début des années 1950. Il jouait pour les As de Québec, de la Ligue de hockey senior du Québec, et les Canadiens essayaient depuis des années de l'attirer à Montréal, mais sans succès. Vedette incontestée dans la Vieille Capitale, le joueur de centre n'allait venir que si ses conditions, particulièrement salariales, étaient respectées. Quarante ans plus tard, dans la même ville, un autre joueur défendra une position similaire: Eric Lindros. La comparaison paraît blasphématoire? C'est pourtant Béliveau lui-même qui la propose dans ses mémoires, Ma vie bleu-blanc-rouge (2005).

    Portrait d'une icône sportive


    On peut résumer Jean Béliveau en chiffres: 1287 matchs dans la Ligue nationale de hockey, tous avec les Canadiens, de la saison 1950-1951 à la saison 1970-1971; 586 buts et 809 passes pour un total de 1315 points en saisons régulières et éliminatoires; 1240 minutes de punition, ce à quoi on ne s'attendait peut-être pas de ce «gentleman». Capitaine de l'équipe pendant dix saisons, il a été choisi six fois dans la première équipe d'étoiles de la LNH et il a aidé les Canadiens à gagner dix coupes Stanley. Il a été élu au Temple de la renommée en 1972.

    Quel est le mot le plus fréquemment utilisé pour décrire Béliveau? Élégance. C'était vrai de son jeu, et notamment de son coup de patin, dont les spectateurs et les commentateurs vantaient la «fluidité». C'était aussi vrai de son image publique: grande taille, voix grave, élocution lente. Le contraste est clair avec son coéquipier pendant plusieurs saisons, le mythique Maurice Richard: le joueur comme l'homme était tout en aspérités.

    Une vraie star

    Ce portrait est vrai, mais incomplet. Reportons-nous 60 ans en arrière. Quand Jean Béliveau se joint pour de bon aux Canadiens, le 5 octobre 1953, il est le premier de ce qui deviendra une lignée: la star sportive dont on sait qu'elle sera une star. C'est devenu une affaire banale: les fans attendaient Bobby Orr, Guy Lafleur, Wayne Gretzky, Mario Lemieux ou Sidney Crosby; leur réputation les précédait. Avant Béliveau, ce n'était pas le cas. Quand il arrive au Forum de Montréal, tout le monde attend un grand joueur, car les médias l'annoncent depuis plusieurs années. Il devra se montrer à la hauteur.

    Il y a une autre caractéristique de Jean Béliveau qui le distingue des joueurs qu'il côtoie au début de sa carrière: sa taille. Les amateurs d'aujourd'hui ne voient rien de spécial quand débarque un joueur de 1,91 m (6 pieds 3 pouces). Au début des années 1950, c'était l'exception. Voilà le Béliveau que chantent Les Jérolas en 1960: «Y mesure six pieds et demi / Y va vite comme une souris.» Le Gros Bill (c'est son surnom) dépasse tout le monde d'une tête.

    Portrait d'une icône culturelle


    Mais Béliveau n'est pas seulement un joueur de hockey dominant. C'est aussi une figure de la culture québécoise.

    Son nom apparaît dans une quinzaine de chansons. Denise Émond, en 1956, déplore que «Grand Jean» ait quitté Québec, car elle l'«adore»: «Il est grand pis y'est costaud.» Elle croit même que son idole aurait pu faire de la politique et se retrouver assis «à côté de Duplessis». Le fan que décrit Georges Langford dans La Coupe Stanley connaît «le nom du chien d'la femme à Béliveau». Plus tard, le numéro 4 a inspiré Robert Charlebois («Le but du Canadien compté par Jean Béliveau sans aide») aussi bien que Mes Aïeux («Les feintes savantes du Gros Bill»).

    Jean Béliveau aimait bien se faire photographier un livre à la main et parler de ses lectures. Ce n'est donc que justice qu'il devienne lui-même personnage littéraire, chez Jean Barbeau, André Simard, Marc Robitaille, François Gravel, Michel-Wilbrod Bujold. Dans Le Coeur de la baleine bleue, de Jacques Poulin, il est question du poète québécois Roland Giguère, pour qui «une montée de Béliveau, c'était beau et pur comme un poème».

    En arts plastiques, on se souviendra des sérigraphies de Serge Lemoyne et des tableaux de Benoît Desfossés et de Bernard Racicot. Au cinéma, on voit Béliveau, entre autres documentaires, dans Le Sport et les hommes, d'Hubert Aquin et Roland Barthes (1961), et dans Un jeu si simple, de Gilles Groulx (1963). Il a droit à deux statues, l'une au Centre Bell de Montréal, à côté de celles de Guy Lafleur, Howie Morenz et Maurice Richard, l'autre devant le Colisée qui porte son nom à Longueuil. Il a servi de véhicule publicitaire aux Éditions Marabout, à la crème glacée Châtelaine, aux électroménagers Corbeil.

    Du respect pour Béliveau


    La postérité culturelle de Béliveau n'est pas que francophone. Il est chanté par Jane Siberry (Hockey). Pour Mordecai Richler, Béliveau est un «artiste consommé» (The Fall of the Montréal Canadiens). Hugh Hood, l'auteur d'une hagiographie (Strength Down Centre: The Jean Béliveau Story), est fasciné par son «magnétisme». Leslie McFarlane l'a filmé dans Here's Hockey! Rick Salutin lui donne la parole dans sa pièce Les Canadiens. C'est un héros from coast to coast, dont on ne compte plus les biographies et portraits dans les deux langues officielles.

    Peut-on dire de lui, comme de Maurice Richard, que c'est un mythe national? Non, et cela, pour au moins deux raisons. Si Béliveau a été du côté de la contestation, ce n'est qu'au début de sa carrière; par la suite, son conservatisme et sa réussite sociale ont empêché plusieurs de ses concitoyens de s'identifier à lui. Or, en matière de mythe sportif, l'identification est capitale. Surtout, il n'y a pas eu, dans sa carrière et dans sa vie, un moment déterminant: le 17 mars 1955, des milliers de Montréalais participaient à ce qui est devenu «l'émeute Maurice Richard». On ne descend pas dans la rue pour un grand joueur, même s'il est le plus «élégant» de tous. On le respecte, mais on ne l'idolâtre pas.

    ***

    Benoît Melançon - Professeur à l'Université de Montréal. Il est l'auteurdes Yeux de Maurice Richard. Une histoire culturelle. Jean Béliveau a postfacé la traduction anglaise de ce livre.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.