Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Football: les destins croisés de Trestman et de Dickenson

    Les deux entraîneurs-chefs s’affrontent dimanche lors du match de la Coupe Grey à Ottawa

    23 novembre 2017 |Dan Ralph - La Presse canadienne | Football
    L'ancien entraîneur-chef des Alouettes de Montréal Marc Trestman, actuellement avec les Argonauts de Toronto, lors d'une conférence de presse à Ottawa, mercredi
    Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne L'ancien entraîneur-chef des Alouettes de Montréal Marc Trestman, actuellement avec les Argonauts de Toronto, lors d'une conférence de presse à Ottawa, mercredi

    Marc Trestman connaît bien les quarts, mais il a aussi l’oeil pour ceux qui aiment enseigner.

     

    Peu après être devenu l’entraîneur-chef des Alouettes de Montréal en décembre 2007, Trestman a invité Dave Dickenson à se joindre à son personnel d’entraîneurs. Dickenson venait d’être libéré par les Lions de la Colombie-Britannique un mois plus tôt, mais le vétéran quart a refusé l’offre parce qu’il voulait poursuivre sa carrière sur le terrain.

     

    Il a passé la saison suivante avec les Stampeders de Calgary et a remporté la Coupe Grey 22-14 contre les Alouettes au Stade olympique. Dickenson a ensuite pris sa retraite, avant de devenir l’instructeur des porteurs de ballon des Stamps en 2009.

    Je me souviens d’avoir eu une discussion avec lui, et ce qui devait arriver arriva
    Marc Trestman, entraîneur-chef des Argonauts de Toronto
     

    Les deux hommes s’affronteront dimanche lors du match de la Coupe Grey, qui opposera les Argonauts de Toronto aux Stampeders de Calgary à la Place TD. Trestman terminera alors sa première saison à la barre des Argos, tandis que Dickenson mettre un terme à sa deuxième campagne à la tête des Stamps. Ils sont également finalistes au titre d’entraîneur de l’année dans la LCF.

     

    « Je me souviens d’avoir eu une discussion avec lui, et ce qui devait arriver arriva », a raconté Trestman mercredi à l’occasion de la conférence de presse des entraîneurs.

     

    Le principal intéressé a raconté qu’à l’époque où Trestman l’avait appelé, il n’était pas prêt à faire le saut.

     

    « Je savais que j’apprendrais beaucoup [de Trestman], mais je ne voulais pas mettre un terme à mon rêve de jouer au football, a racoonté Dickenson. Je lui ai dit : “Hey, je vais essayer de poursuivre ma carrière.” Et finalement, je me suis rendu compte que ma carrière de joueur était pratiquement terminée, mais je suis resté à Calgary avec Huf (John Hufnagel). »

     

    Trestman, qui est âgé de 61 ans, a passé cinq saisons à diriger les Alouettes entre 2008 et 2012, et il a atteint le match de la Coupe Grey à trois reprises. Il a remporté le précieux trophée en deux occasions avant de devenir l’entraîneur-chef des Bears de Chicago, dans la NFL.

     

    L’Américain a été congédié par les Bears à l’issue de la saison 2014, après avoir présenté un dossier cumulatif de 13-19. Il est devenu le coordonnateur à l’attaque des Ravens de Baltimore avant d’être remercié en octobre 2016, puis il est réapparu à Toronto en février à la suite de l’embauche de l’ex-directeur général des Oiseaux Jim Popp.

     

    Les Argos (9-9) ont ressuscité sous l’égide de Trestman, après avoir compilé une fiche de 5-13 la saison dernière. Ils participent au match de la Coupe Grey pour la première fois depuis 2012, alors qu’ils avaient battu les Stamps au Centre Rogers pour le 100e anniversaire du championnat de football canadien.

     

    Évidemment, les deux entraîneurs n’ont pas tari d’éloges pour leur quart respectif. « En tant qu’entraîneur, tu te définis par l’identité de ton quart, a dit Trestman. Si ton quart ne performe pas, tu n’es pas ici, à ce podium. »

     

    « Si tu veux être un bon entraîneur, il te faut un bon quart, particulièrement dans la LCF, a ajouté Dickenson. Aucun d’entre nous ne peut être un bon entraîneur s’il ne compte?pas?sur?un?bon quart. »

     

    Marc Trestman aurait voulu embaucher Dave Dickenson chez les Alouettes

     

    Marc Trestman connaît bien les quarts, mais il a aussi l’oeil pour ceux qui aiment enseigner.

     

    Peu après être devenu l’entraîneur-chef des Alouettes de Montréal en décembre 2007, Trestman a invité Dave Dickenson à se joindre à son personnel d’entraîneurs. Dickenson venait d’être libéré par les Lions de la Colombie-Britannique un mois plus tôt, mais le vétéran quart a refusé l’offre parce qu’il voulait poursuivre sa carrière sur le terrain.

     

    Il a passé la saison suivante avec les Stampeders de Calgary et a remporté la Coupe Grey 22-14 contre les Alouettes au Stade olympique. Dickenson a ensuite pris sa retraite, avant de devenir l’instructeur des porteurs de ballon des Stamps en 2009.

     

    Les deux hommes s’affronteront dimanche lors du match de la Coupe Grey, qui opposera les Argonauts de Toronto aux Stampeders de Calgary à la Place TD. Trestman terminera alors sa première saison à la barre des Argos, tandis que Dickenson mettre un terme à sa deuxième campagne à la tête des Stamps. Ils sont également finalistes au titre d’entraîneur de l’année dans la LCF.

     

    « Je me souviens d’avoir eu une discussion avec lui, et ce qui devait arriver arriva », a raconté Trestman mercredi à l’occasion de la traditionnelle conférence de presse des entraîneurs en marge de la Coupe Grey. Et le voici.

     

    « C’en dit long sur l’homme qu’il est… Nous pouvons tous être très fiers de chaque aspect de son jeu. »

     

    Entre-temps, Dickenson a été promu au poste de coordonnateur offensif des Stampeders en 2011, puis il a remplacé John Hufnagel à titre d’entraîneur-chef en 2016. Le principal intéressé a raconté qu’à l’époque où Trestman l’avait appelé, il n’était pas prêt à faire le saut.

     

    « Je savais que j’apprendrais beaucoup [de Trestman], mais je ne voulais pas mettre un terme à mon rêve de jouer au football, a mentionné Dickenson. Je lui ai dit : “Hey, je vais essayer de poursuivre ma carrière.” Et finalement, je me suis rendu compte que ma carrière de joueur était pratiquement terminée, mais je suis resté à Calgary avec Huf. »

     

    « Les gens qui gravitent dans l’univers du football aiment parler de football, et je suis certain que nous adorerions nous asseoir, comparer nos notes et analyser notre progression. Pas cette semaine, cependant. Nous le ferons peut-être un peu plus tard. »

     

    Trestman, qui est âgé de 61 ans, a passé cinq saisons à diriger les Alouettes entre 2008 et 2012, et il a atteint le match de la Coupe Grey à trois reprises. Il a remporté le précieux trophée en deux occasions avant de devenir l’entraîneur-chef des Bears de Chicago, dans la NFL.

     

    L’Américain a été congédié par les Bears à l’issue de la saison 2011, après avoir présenté un dossier cumulatif de 13-19. Il est devenu le coordonnateur à l’attaque des Ravens de Baltimore avant d’être remercié en octobre 2016, puis il est réapparu à Toronto en février à la suite de l’embauche de l’ex-directeur général des Oiseaux Jim Popp.

     

    Trestman s’est présenté à Toronto avec la réputation de gourou des quarts. À Montréal, il a relancé la carrière du quart étoile Anthony Calvillo. À Toronto, il a fait la même chose cette saison avec Ricky Ray, qui a établi des sommets personnels au chapitre des passes (668) et des passes complétées (474), en plus d’atteindre le plateau des 5000 verges de gains pour la première fois depuis 2008.

     

    Les Argos (9-9) ont ressuscité sous l’égide de Trestman, après avoir compilé une fiche de 5-13 la saison dernière. Ils participent au match de la Coupe Grey pour la première fois depuis 2012, alors qu’ils avaient battu les Stamps au Centre Rogers pour le 100e anniversaire du championnat de football canadien.

     

    Évidemment, les deux entraîneurs n’ont pas tari d’éloges pour leur quart respectif. « En tant qu’entraîneur, tu te définis par l’identité de ton quart, a dit Trestman. Si ton quart ne performe pas, tu n’es pas ici, à ce podium. »

     

    « Si tu veux être un bon entraîneur, il te faut un bon quart, particulièrement dans la LCF, a ajouté Dickenson. Aucun d’entre nous ne peut être un bon entraîneur s’il ne compte pas sur un bon quart. »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.