Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Entraîneur-chef: les Alouettes souhaitent discuter avec LaPolice

    16 novembre 2017 |La Presse canadienne | Football
    Le coordonnateur à l’attaque des Blue Bombers de Winnipeg, Paul LaPolice
    Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Le coordonnateur à l’attaque des Blue Bombers de Winnipeg, Paul LaPolice

    Winnipeg — Le nom du coordonnateur à l’attaque des Blue Bombers de Winnipeg Paul LaPolice revient souvent dans les conversations portant sur le prochain entraîneur-chef des Alouettes de Montréal. Mais à lire les propos du patron de la formation manitobaine, il est permis de croire que Kavis Read ne pourra même pas discuter avec LaPolice.

     

    L’entraîneur-chef des Bombers, Mike O’Shea, a indiqué mercredi, au moment de dresser le bilan de la dernière saison, qu’il s’attendait à ce que tous ses coordonnateurs soient de retour en 2018, puisqu’ils sont tous sous contrat.

     

    O’Shea a même précisé que la prolongation de contrat signée plus tôt mercredi par LaPolice — il n’a pas voulu en divulguer la durée — ne comprend pas automatiquement une clause permettant aux autres équipes du circuit Ambrosie de discuter avec lui d’un poste d’entraîneur-chef. « Il y a une façon de faire, a noté O’Shea. Il y a des règles concernant le maraudage que vous devez respecter. Mais les conversations récentes que nous avons eues, Paul et moi, ainsi que sa signature me laissent croire qu’il a envie d’être ici. »

     

    Ce n’est pas l’attaque des Blue Bombers qui est pointée du doigt pour la défaite de 39-32 subie aux mains des Eskimos d’Edmonton, dimanche dernier, en demi-finale de l’Ouest. Cette élimination fait en sorte que les Bombers n’ont pas gagné la coupe Grey depuis 27 ans maintenant.

     

    Le groupe, mené par le quart Matt Nichols, reçoit plutôt le mérite pour la saison de 12-6 de l’équipe, la meilleure fiche des Bombers depuis 2002. L’attaque a terminé au deuxième rang du circuit avec une moyenne de 26,7 points par rencontre.

     

    Ses quarts ont aussi été pressés 71 fois, le plus faible total de la ligue, et rejoints derrière la ligne de mêlée qu’en 38 occasions, à égalité au quatrième rang.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.